FIFA 13 (PC, Xbox 360, PS3)

 

Publié le Jeudi 11 octobre 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de FIFA 13

Mes impressions...

imageFIFA est l’un des jeux les plus discuté à la rédaction de GamAlive. J’ai bien écrit « discuté », pas « disputé ». Nuance. Nuance de poids, d’ailleurs.
Oui, je sais. Cet article commence comme un billet d’humeur et non pas un vrai test. Mais le jeu est sorti il y a quelques jours déjà et nous l’avons reçu relativement tard. Du coup, un test classique aurait-il eu son intérêt ?
J’ai donc décidé de prendre un tout autre angle de critique pour ce FIFA 13. A prendre ou à laisser.

Notez que la première phrase de ce texte parle de « FIFA ». Sans préciser « FIFA 13 ». C’est voulu. Parce que chaque année, la discussion revient sur le tapis. D’ailleurs, j’aurais pu préciser qu’il n’est pas seulement discuté au sein de la rédaction, mais également avec nombre de nos confrères.

Dans le monde du foot, il y a les pro-PES et les pro-FIFA. Personnellement, je répète à l’envi que je suis pro-bon jeu avant tout. Je me moque du logo, de l’éditeur, du nom. Ce qui m’intéresse, c’est de prendre du plaisir, d’avoir un bon produit entre les mains.

Reste à savoir si FIFA est un bon jeu. Et c’est là tout l’intérêt de cet article. Parce que si vous lisez les tests des uns et des autres, si vous regardez les ventes du jeu, FIFA, et ce FIFA 13 en particulier, est un très bon jeu. Les superlatifs sont nombreux pour le qualifier et chacun y va de son petit commentaire et de sa petite anecdote.
Je ne remets pas ça en cause. J’acquiesce, même : FIFA 13 est un bon jeu. Seulement j’apporte une nuance : un bon jeu, oui, un très bon jeu, non.

Je ne partage pas l’enthousiasme de mes confrères. Ni même celui de Vincent, au sein de la rédaction, qui lui ne jure plus que par FIFA, après des années passées à taquiner du PES. Personnellement, j’ai du mal à me séparer de l’un ou de l’autre. Simplement parce que les avantages de l’un sont les inconvénients de l’autre. Le rêve serait peut-être, au final, de réunir les deux équipes de développement et de nous sortir LE jeu ultime.

screenscreenscreen

screenD’un point de vue contenu, FIFA écrase son concurrent, c’est évident. Que dis-je… il l’explose. Parce qu’on dira ce que l’on voudra, mais avoir les vrais noms de joueurs ou d’équipes, ça fait vraiment la différence. D’autant plus que FIFA 13, de ce côté-ci, propose une nouvelle fois un choix énorme. Pensez donc : Quatre divisions pour les Anglais, 2 pour la France, l’Allemagne, l’Italie, et l’Espagne. Et une pour l’Arabie Saoudite, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Corée du Sud, Danemark, Ecosse, USA, Mexique, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Irlande, Russie, Suède et Suisse… Ajoutez une quinzaine d’équipes supplémentaires (Athènes, Olympiakos, Galatasaray, Glasgow Rangers et un XI de légende), et un peu moins de 50 équipes nationales…

Malgré un menu confus, pour ne pas dire très bordélique, ce FIFA 13 propose toutes sortes de jeux : on peut faire un match classique, un championnat, un tournoi, jouer en mode carrière (entraîneur et/ou joueur), mais on peut aussi jouer les vrais matchs de la journée ou de la semaine, jouer jusqu’à 4 sur un même écran, ou à 22 en ligne… sans oublier un nouveau mode entraînement très complet et très bien fait qui vous permettra de maîtriser au mieux ce nouvel opus.
On a du mal à s’y retrouver, au final (appeler les principaux modes « EASFC » pour « Electronic Arts Sports Football Club » ne fait qu’ajouter à la confusion), mais ça reste le jeu qui propose le choix le plus important, nombre d’équipes et de modes confondus.

screenMalgré tout, ce qui fait un jeu de foot, ce n’est pas seulement son contenu. C’est avant toute chose, son gameplay. Le plaisir d’avoir la manette entre les mains.
Notez au passage que nous avons été frappés par une différence énorme de rapidité du jeu entre la version Xbox 360 et la version PS3. Si des réglages peuvent être faits à ce niveau, il convient toutefois de dire que la version PS3 est nettement plus lente, les joueurs bien plus lourds et patauds que la version Xbox 360. Surprenant.
Graphiquement, le jeu est toujours aussi réussi. Le niveau de détail reste impressionnant et l’animation très réaliste. Si l’on occulte les commentaires (ils s’adaptent aussi en fonction du classement de l’équipe dans le vrai championnat) qui sont toujours aussi approximatifs et tombent parfois complètement à côté de la plaque, preuve qu’aucun vrai effort n’a jamais été fait de ce côté-là, l’ambiance est excellente dans ce FIFA 13. Les supporters, la beauté des stades… On s’y croirait presque.

screenscreenscreen

screenSur le terrain, on retrouve la même jouabilité que FIFA 12. Peu de changements a été fait. La balle est plus difficile à contrôler dans les situations chaudes (pression d’un joueur adverse) ou selon votre situation (en courant, balle qui arrive dans le dos…). Et la gestion de la défense est toujours aussi complexe (il faut appuyer sur la touche de prise de balle au bon moment sous peine de se voir déséquilibré), sans oublier faire avec une défense parfois à la rue dans son placement – trop souvent à mon goût). Mais le jeu s’en veut plus technique. Il faut bien gérer ses débordements, sachant que les défenseurs sont quand même plus présents sur les ailes, bien assurer ses passes, faire attention aux dribbles qui en cas de perte de balle peuvent se transformer en contre mortel, bien placer son joueur sur les tirs…
C’est un gameplay plus exigeant, mais toujours aussi propre.

screenMalgré tout, on retrouve encore et toujours pas mal de pains au niveau du réalisme et du comportement des joueurs. Trop pour lui attribuer ces lettres de noblesse que tous semblent vouloir pourtant lui offrir. A force de trop vouloir complexifier les réactions, à rendre plus pointus les gestes, les développeurs offrent en fin de compte un jeu qui propose trop souvent des actions bouillasses. C’est LE gros reproche que je fais à FIFA et sur lequel je m’oppose souvent avec mes confrères, ou même avec Vincent au sein de la rédaction. Pourtant, ce qui est amusant, c’est que lorsqu’on dispute une partie, je m’amuse à souligner les incohérences du jeu. Et au final, ils se rendent à l’évidence que même s’ils n’ont pas le même degré d’exigence ou la même sévérité à son égard, force est de constater que j’ai raison. Les joueurs qui parfois s’arrêtent en pleine course parce que vous en prenez le contrôle. Les prises de balles improbables par l’arrière alors que vous protégez parfaitement votre ballon. Les joueurs de votre propre équipe qui viennent vous couper la trajectoire et vous font perdre la balle ou rater une passe. Les contrôles de balle totalement hasardeux. La défense parfois à la rue qui ne suit pas le porteur du ballon...
Et je ne parle pas des tirs ratés à bout portant, ou tacles foireux, et autres comportements qui cassent totalement le réalisme du jeu mais qui pourront, par contre, être évités par le joueur en maîtrisant mieux le jeu, en s’habituant à ne pas trop appuyer sur les boutons (ce qui détermine la force de frappe) ou en appuyant au bon moment (pour prendre la balle).

Il y a donc du bon et du mauvais dans la jouabilité de ce FIFA 13. Mais il serait stupide justement d’occulter le mauvais.

screenscreenscreen

screenJe pense d’un point de vue personnel que les développeurs, à trop vouloir rendre réaliste leur jeu dans le comportement des sportifs, et laisser la main aux joueurs qui contrôleront au maximum leurs équipes, nuisent en fait à ce réalisme. Finalement, un jeu encore plus réaliste, encore plus plaisant, serait peut-être de trouver le bon équilibre entre ce qui est géré par l’IA seule et ce qui ne l’est pas. Et pas certain que la série évolue dans le bon sens. Surtout quand on voit, finalement, un PES qui fait de vrais efforts à ce niveau et propose un jeu peut-être plus scripté, mais finalement plus réaliste dans le comportement des joueurs, et surtout, des matches plus dynamiques et rapides, malgré une physique de balle toujours un tantinet capricieuse.

screenQu’on ne me fasse pas non plus l’avocat du diable. Je ne suis pas en train de dire que ce FIFA 13 n’est pas un bon jeu, qu’il faut se rabattre sur son concurrent, qu’il est raté, qu’il n’est pas plaisant…

FIFA 13 est un bon jeu. Notamment parce qu’il permet de se faire plaisir, de passer de longues heures entre potes à s’affronter. Il a peut-être plus de mal à nous convaincre en solo, face à l’IA, mais il n’empêche qu’EA Sports livre une nouvelle fois un jeu très complet, extrêmement fourni niveau base de données et options, et avec une jouabilité acceptable. Suffisamment acceptable pour s’éclater et faire de bons matches. C’est ce qui importe le plus, en fin de compte.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

FIFA 13 (PC, Xbox 360, PS3)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : Electronic Arts

Développeur : EA Sports

PEGI : 3+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu FIFA 13 (PC, Xbox 360, PS3) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

- L'Edito du dimanche par AL-bondit

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par clayman00

- L'Edito du dimanche par clayman00

- L'Edito du dimanche par AL-bondit

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

0