ZombiU (Wii U)

 

Publié le Vendredi 30 novembre 2012 à 13:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de ZombiU Wii U

Ici Londres

imageNintendo a été clair : sa nouvelle console, la Wii U ne s’adresse pas seulement à un public familial. Les « gamers », joueurs invétérés, ne seront pas oubliés. Et la bonne preuve est que sort en même temps que la console, le jeu ZombiU.

La mode est au mort-vivant. Depuis quelques années, on en mange à toutes les sauces. Livres, films, BD, jeux vidéo… le zombie fascine, passionne… le joueur oubliant qu’il est surtout l’incarnation du consommateur moyen, de chacun d’entre nous qui vivons une vie sans saveur, dévorant les sociétés précédentes et nos aînés, pour continuer de vivre parmi le troupeau sans jamais vouloir s’en détacher. Du moins c’est – plus ou moins – ainsi que l’a popularisé George A. Romero, considéré comme l’un des maîtres du genre au cinéma.

Bref, le zombie est le personnage qui a le vent en poupe. Et il se retrouve à la Une du nouveau jeu d’UbiSoft, exclusif à la Wii U, et baptisé ZombiU. Reste à savoir si le jeu en vaut la cervelle.

ZombiU, c’est l’histoire d’une poignée de héros. Une poignée plus ou moins grosse selon votre capacité jouer et à ne pas mourir. Nous sommes à Londres, de nos jours. Parce qu’il fallait bien que ça arrive, les zombies ont débarqué. Non, je ne parle pas de la Reine Mère. Un peu de respect s’il vous plait. Mais c’est sans doute dû à la famille royale, notez bien. Sans doute encore un coup du Prince Harry, sans doute, qui a déambulé à poil avec des produits chimiques lors d’une soirée coke. Toujours est-il que la capitale anglaise est en ruines, dévastée par des types et des nanas qui se promènent en mugissant, décharnés, déchiquetés, et avec un physique qui n’est pas sans rappeler quelques mannequins anorexiques qui hantent les pages des journaux de mode.
Vous êtes l’une des rares personnes qui a pu échapper à l’épidémie. Guidé par une voix radio d’un homme qui se fait appeler le Survivant (Ken ? C’est toi ?), vous allez tenter de traverser la ville pour ne pas finir vous aussi, transformé en chose avide de manger de la chair humaine.

screenscreenscreen

screenEt ce n’est pas gagné. En effet, la particularité de ZombiU, et sans doute sa plus grande et formidable idée, est que si vous mourez, vous mourez pour de bon. Pas de pack de santé à gogo, de « recommencer au dernier point de sauvegarde » ou de vies supplémentaires cachées dans un recoin. Si vous mourez, votre personnage sera transformé en mort-vivant et c’est tout. Vous prendrez alors le contrôle d’un nouveau survivant, à proximité de là où vous avez échoué, et devrez continuer l’aventure. Petit bonus : vous pourrez recroiser votre « ancien moi » zombifié et le dézinguer pour récupérer votre équipement… Et si vous mourez avant de l’avoir récupéré, chaque objet sera automatiquement disséminé dans les alentours et vous devrez alors partir à leur recherche un à un.

screenMine de rien, cette « punition » pour avoir mal géré votre avancée est terriblement excitante et si frustrante qu’elle rajoute une bonne couche de « j’ai peur de mourir ». Un poids supplémentaire sur les épaules du joueur qui du coup, fait tout pour survivre et ne fonce pas aveuglément dans le tas. Car ZombiU réussit là où beaucoup échouent aujourd’hui : proposer un jeu d’ambiance. Vrai « survival-horror » (survie et horreur), ZombiU va mettre vos nerfs à rude épreuve. Les décors sont sombres. L’ambiance est glauque. On entend la respiration de son héros, accélérée et entrecoupée de petits gémissements lorsqu’un zombie l’a repéré et le prend en chasse… Le rythme lent du jeu, les lieux angoissants… tout est fait pour vous mettre le trouillomètre à zéro. Et ça marche ! Excellemment bien géré, le jeu vous trimballe d’un lieu à un autre, voire vous fait revenir sur vos pas, mais même dans ces cas-là, vous ne savez jamais sur quoi ou sur qui vous allez tomber. Certains passages sont même carrément anthologiques.

screenLe tout est amplifié par votre équipement et plus précisément vos armes. Si vous commencez toujours armé d’un six coup et d’une batte de cricket, et si vous allez récupérer au fil de votre avancée tout un tas d’armes supplémentaires, sachez que votre pire ennemi sera… l’absence de munitions. En effet, l’Angleterre n’est pas les Etats-Unis et on ne trouve pas ici des caisses de munitions disséminées à chaque coin de rue. Ici, il va falloir cravacher pour en trouver… Autant dire que rapidement, on en vient à les préserver et à ne les garder que pour les grandes occasions, à savoir les zombies les plus coriaces. Du coup, c’est à la batte qu’on règle son compte à la plupart d’entre eux, voire on tente parfois de les éviter, tout simplement. C’est aussi pour cette raison qu’on ne fonce pas tête baissée dans une nouvelle pièce ou un nouveau lieu. Chi va piano va sano… e va lontano.
Ajoutez l’effet torche, à éteindre régulièrement pour qu’elle se recharge…

screenscreenscreen

screenL’autre particularité de ZombiU tient dans sa jouabilité. Le Gamepad (tablette) est particulièrement et judicieusement utilisée. Radar pour repérer les zombis… mais réagissant à n’importe quelle créature, même inoffensive (rat ou corbeau) de la même manière, histoire d’ajouter dans la peur, le gamepad sert également à gérer ses objets stockés dans son sac, à viser avec un fusil à lunettes, à résoudre les puzzles et également à analyser ce que vous croisez : ennemis, pour les marquer, poubelles ou rangements pour savoir ce qu’il peut y avoir dedans…
Notez que pendant que vous trifouillez la tablette à la recherche d’un objet, le jeu n’est pas en pause… Il faudra donc avoir toujours un œil sur l’écran de télé…
En tout cas, quand on doit ouvrir une porte et qu’on tape un code où il ne nous manque qu’un seul chiffre, tandis que des zombies avancent lentement sur vous, je peux vous dire que le stress est à son comble et que nombre d’entre vous laisseront sans doute échapper un cri, voire un gémissement de frustration…

screenAutre choix, discutable celui-là, la gestion de frappe et la résistance des zombies. Ces derniers encaissent bien les coups ou les balles. A la batte, il faudra au minimum trois frappes pour vous en débarrasser. Et bien plus pour ceux qui sont plus coriaces. Mais pour frapper, il faut armer avec la gâchette gauche et cogner en appuyant sur la gâchette droite au bon moment. Un coup à prendre – c’est le cas de le dire – et qui s’effectue assez lentement. Autrement dit, impossible de balancer des dizaines de coups à tout va. Les combats en sont plus longs et stratégiques, à devoir vous débarrasser des zombies un à un et éviter de vous frotter à plusieurs à la fois.
Certains trouveront cette jouabilité rébarbative et ennuyeuse et n’y accrocheront pas. Du coup, ZombiU sera pour eux un ratage total, un naufrage insipide…
Ça n’a pas été notre cas. Mieux encore, nous avons trouvé que ce système renforçait, finalement, le côté oppressant et flippant du jeu, évitant de le transformer en gros jeu bourrin de dézingage de morts-vivants.

screenscreenscreen

screenMalheureusement, ZombiU n’est pas dénué de tout reproche. Et en premier lieu, il convient de citer… sa réalisation technique. Le jeu est relativement moche. Textures baveuses, brouillard mal fichu, textures hideuses, animations parfois mal fichues… sans oublier quelques – rares heureusement – bugs. C’est un gros point noir. Vraiment. Le jeu ne tient pas la route graphiquement et est finalement une sorte de lien entre la Wii ancienne version et la Wii U nouvelle. Mais il n’est certainement pas digne des productions actuelles.
On regrettera aussi l’absence de mode coop, en ligne notamment, qui aurait pu vraiment ajouter du charme à l’aventure. Tout s’y prêtait. On peut simplement tagger les murs pour donner des indications à d’autres joueurs en ligne, ou récupérer leur sac en tuant leur zombie… Intérêt zéro, en quelque sorte.
Intérêt zéro également au niveau du multi. Il permet à un joueur de placer les zombies sur une carte, grâce à la tablette, pour tenter de piéger l’autre joueur qui joue un survivant. Car le mode multi ne se joue… qu’à deux uniquement. Le premier mode est un simple mode survie, l’autre mode est simplement un mode Capture de Drapeau où le survivant doit faire attention de ne pas laisser trop de drapeaux aux zombies… Limité, uniquement jouable sur une même console et non pas en ligne, ce mode multi ne vaut finalement pas grand-chose.

screenAu final, ZombiU est un jeu sur lequel on aura quand même un avis mitigé. C’est un excellent jeu, certes. Bonne durée de vie (une quinzaine d’heures). Très bonne ambiance. De très bonnes idées. Mais on ne peut s’empêcher de penser que l’on aurait quand même pu avoir plus : du coop, un vrai multi, et surtout une meilleure réalisation technique. Peut-être aussi plus de variété dans les zombies, et un scénario un poil moins léger. Reste que c’est du tout bon, que vous ne regretterez pas votre achat (testez quand même le produit avant, histoire de voir si la jouabilité ne vous rebute pas) et que ça mérite une vraie suite. Avec un nouveau moteur graphique et du multi, donc. Bref, sans doute l'un des tous meilleurs jeux de lancement de la Wii U.


 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

ZombiU (Wii U)

Plateformes : Wii U

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

PEGI : 18+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

ZombiU (Wii U)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

 

 

Images du jeu ZombiU (Wii U) :

Derniers Commentaires

- À quoi jouez vous ce week-end ? par clayman00

- À quoi jouez vous ce week-end ? par jymmyelloco

- Le dessin du jour de Solène par jymmyelloco

- Waifu Uncovered par Tirelipimpon

- L'Edito du dimanche par Azu

- Ennio Morricone n'est plus par Azu

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

0