Gangster Squad, la critique du film

 

Publié le Mardi 5 février 2013 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Gangster Squad, la critique du film

Les Indestrucorruptibles

image1949, Los Angeles. Mickey Cohen (Sean Penn) dirige le crime organisé de la ville. Brutal et impitoyable, il a la main sur la prostitution, la drogue, les paris clandestins, les armes. Il a acheté les politiques, les policiers et les juges de la cité des anges. Il tient la ville dans sa main.
Ce qui n'est pas du goût du sergent John O'Mara (Josh Brolin), héros de la guerre et flic ne supportant plus la corruption. Ce n'est pas non plus du goût du chef de la police de L.A., William Parker (Nick Nolte), qui charge O'Mara de, non pas d'arrêter ou de tuer Cohen mais de détruire son empire, sa manne financière. Qu'une fois ce dernier hors-jeu, il n'y ait rien à récupérer pour un quelconque remplaçant. Pour ce faire, le sergent devra monter une équipe de flic hors-norme. Car ils devront agir en dehors de la loi.

L'équipe est donc recrutée et ne contient que des insoumis et des inadaptés. Le sergent Jerry Wooters (Ryan Gosling), héros de guerre lui aussi, mais qui passe son temps à boire et draguer dans les clubs de la ville. L'agent Coleman Harris (Anthony Mackie), policer afro-américain qui refuse toute promotion pour continuer à atrouiller dans la rue et casser les dealers à coups de matraque. L'agent Conwell Keeler (Giovanni Ribisi), agent du renseignement pendant la guerre et expert en électronique. L'officier Max Kennard (Robert Patrick), vieux briscard aux méthodes de cow-boy qui a un pris sous son aile un tout jeune policier débutant, l'agent Navidad Ramirez (Michael Pena) dont personne ne veut car il est d'origine mexicaine.
Ces six hommes vont donc affronter Mickey Cohen et ses troupes. Sans plaque ni soutien. Car ils ne vont pas résoudre une affaire. Ils partent en guerre.

screenscreenscreen

Gangster Squad est la nouvelle réalisation de Ruben Fleischer qui est derrière le très bon Bienvenue à Zombieland. Ici, il s'attaque à un registre moins fantastique et livre sa version du film de gangster. Je dis sa version, car, il faut bien l'avouer, je m'attendais à un film, dans un style plutôt classique. Il est vrai, que je n'avais vu la bande d'annonce que d'un œil. Je m'attendais donc à un L.A. Confidential ou un Les Incorruptibles. Or, bien que Gangster Squad traite des mêmes sujets, équipe de flics "hor-normes", chasse au gangster... le traitement est différent.

screenDéjà le film a beaucoup d'humour. Ce qui étonne dans un film au fond aussi sérieux. Mais cela apporte une bonne humeur générale au film qui n'est pas déplaisante. Après, alors que certaines répliques et situations sont calibrées pour être humoristiques, d'autres sont de l'humour involontaire. Entre l'un des personnages qui meurt comme Marion Cottilard, et un gangster qui en étranglant quelqu'un met le feu à son manteau, on peut se demander si le réalisateur n'a pas fait le choix d'adoucir ces scènes par des éléments comiques.

Le film contient aussi des scènes des fusillades aux nombreux ralentis comme beaucoup de films actuels. Ce qui m'a semblé, sur le moment, assez bizarre. Parce que, pour moi, j'avais encore en tête les traitements "à l'ancienne" des films similaires. Mais les séquences sont belles, et cela ne détone finalement pas du tout, ajoutant même plus de puissance et de profondeur à ces scènes d'action.

screenscreenscreen

screenNiveau histoire, le réalisateur ne suit pas à la lettre la chute de Mickey Cohen, il s'en inspire. A l'époque, des policiers ont bien monté différents groupes "secrets" pour faire tomber les gangs et la mafia de L.A. Ici, on a plus affaire à un condensé de ces différents groupes. Entre tabassages de mafieux, destructions de drogue et de tripots clandestins, écoutes illégales... leur emploi du temps est très chargé. Vous noterez assez facilement que chaque membre de ce groupe est un stéréotype de personnage classique : le héros de guerre meurtri, le play-boy je-m'en-foutiste, le black hargneux, le vieux cow-boy, le jeune "étranger" dont personne ne veut et enfin l'intello. Et à la vue de leur première sortie, qui a plus l'air d'une sortie des Daltons ou des Pieds Nickelés, on pouvait craindre le pire sur la qualité de leur association...

Bien entendu, ce n'est pas parce que ce sont des stéréotypes que les acteurs jouent mal. L'alchimie fonctionne parfaitement entre les membres du groupe, dont les leaders sont Josh Brolin et Ryan Gosling. Mais l'acteur qui capte toute l'attention, c'est le magistral Sean Penn dans le rôle de Mickey Cohen. Il vous glace le sang à chaque apparition. L'acteur livre, comme à son habitude, une prestation remarquable. Un petit mot également sur Emma Stone qui campe ici une femme fatale prise entre deux feux. C'est la première fois qu'elle joue ce type de rôle et elle ne s'en sort pas si mal. Dommage que son personnage ne serve pas à grand-chose...

Gangster Squad est au final un bon film, apportant un traitement frais au film de gangster. A allez voir, donc.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Gangster Squad, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Warner Bros.

Développeur : Ruben Fleischer

PEGI : 12+

Prix : Cinema

Gangster Squad, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Derniers Commentaires

- À quoi jouez vous ce week-end ? par jymmyelloco

- Le dessin du jour de Solène par jymmyelloco

- Waifu Uncovered par Tirelipimpon

- L'Edito du dimanche par Azu

- Ennio Morricone n'est plus par Azu

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

- S.C.A.R, le Doom du pauvre ? par Quantum

0