L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 9 février 2020 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Plus con, tumeur

C’est apparu d’un seul coup. Une grosseur assez étrange, une boule sous-cutanée alarmante… en plus, à un endroit stratégique du corps. Un endroit dont je prends soin, que je garde bien au chaud, bien emmitouflé et, surtout, un endroit avec lequel j’aime bien jouer. Tout seul ou avec les autres. Mais qui me sert en tout cas quotidiennement.

Hein ? Non, pas la bite.

C’est sur le pied, sur le dessus du pied pour être exact, qu’est apparue cette excroissance singulière et, surtout, indolore. Encore, si c’était très douloureux, je me serais dit qu’il y avait quelque chose de cassé et j’aurais remis ça en place tout seul. Mais là, rien. Aucune sensation. Même en tapant dessus avec un marteau. Rien.

Dans l’espoir que ça pouvait être grave, voire mortelle, et qu’elle pourrait donc être débarrassée de moi plus rapidement avec un petit héritage à la clef, ma femme m’a donc enjoint à aller consulter notre médecin. Vu que mes enfants commençaient elles aussi à ranger mes affaires dans des cartons pour anticiper la chose, je me suis dit que leur instinct féminin avait peut-être flairé quelque chose. J’ai donc pris rendez-vous avec ma généraliste.

C’est ainsi que je me suis retrouvé en slip, sur une table d’auscultation, à me faire caresser le pied. Non parce que je ne sais pas vous, mais ma généraliste me demande systématiquement d’enlever mon pantalon. Même si j’ai une angine ou juste une petite douleur à l’oreille, je dois retirer mon pantalon. Au début, je trouvais ça bizarre, mais vu qu’elle est très mignonne, bah, j’obéis.
J’étais allongé tranquillement, en train sans doute de raconter une connerie, quand elle m’a expliqué qu’elle trouvait ça étrange et un peu inquiétant, que c’était peut-être une tumeur, que…
« - Hein ? Une tumeur ? »
J’ai vu ma vie défiler devant mes yeux d’un seul coup. Je me suis relevé, j’ai sauté de la table et suis parti du cabinet en hurlant, les yeux plein de larmes, que j’étais trop jeune pour mourir, que je ne voulais pas perdre les derniers cheveux qu’il me restait avec la chimio et surtout pas mes poils de zgeg parce qu’un zgeg épilé, c’est quand même vachement moche, certes, il parait plus gros, mais c’est votre problème si vous avez besoin de ça, moi pas, et puis j’aime pas, et puis j’ai plein de choses à faire avant de claquer de toute manière, et puis ma femme et mes enfants ont besoin de moi, et bon d’accord, peut-être pas ma femme mais enfin bon d’accord peut-être pas même enfants non plus mais il y a bien quelqu’un sur la planète qui a besoin de moi alors je ne veux pas mourir tout de suite et puis tant pis, puisque c’est ça, je ne partirai pas tout seul, je mourrai en en emportant d’autres avec moi parce que de toute manière personne après moi ne mérite de survivre alors le premier venu que je croise, il meurt avec moi et…

Mon docteur, qui m’avait couru après, m’a déjà crié de ne pas faire de mal aux trois enfants que je venais de choper dans la cour de la garderie située juste à côté de son cabinet, de les reposer, et qu’il faisait froid, qu’il fallait mieux que je rentre pour remettre mon pantalon, qu’on allait parler de tout ça et que, franchement, faut pas croire, mais une tumeur, ce n’est pas forcément lié à un cancer, qu’il y a plein de tumeur non-cancéreuse aussi et que justement, si de tumeur il s’agit sur mon pied, ça l’étonnerait beaucoup qu’elle soit métastasée bref, que j’arrête de faire le con cinq minutes.

Ah bon. Je ne vais pas mourir alors ?
« - En tout cas, pas à cause de ça »
Et on ne va pas m’amputer la jambe au niveau du pénis non plus ?
« - Non plus »
Bon ben d’accord alors.

Elle m’a donc envoyé passer une radio et une échographie, histoire de découvrir si se cachait dans mon pied un truc grave, comme des bébés araignées qui grossissent en me dévorant le corps (ça c’est ma supposition la plus optimiste) ou juste, par exemple, un épanchement synovial lié éventuellement à un coup (ça c’est sa supposition à elle).

Moi, en rentrant, j’ai dit à ma femme et à mes filles que j’étais foutu, que j’allais forcément mourir vu les examens qu’elle m’envoyait faire et j’ai essayé de les préparer au mieux à ma future absence, histoire qu’elles ne souffrent pas trop. Je crois que j’ai bien réussi à les préparer parce que le soir même, elles ont décidé de fêter ça toutes les trois, seules, au restaurant, et que ma femme a même commandé du champagne.

Finalement, les examens ont écarté l’idée d’une tumeur. Il s’agit d’un épanchement synovial lié… à de l’arthrose dans le pied.
« - Hein ? De l’arthrose ? »
J’ai vu ma vie défiler devant mes yeux d’un seul coup. Je me suis relevé, j’ai sauté de la table et suis parti du cabinet en hurlant, les yeux plein de larmes, que j’étais trop jeune pour avoir de l’arthrose, que c’était un truc de vieux, que moi j’étais encore plein de vie, de fureur de vivre, voire même que j’étais un géant à l’est d’Eden (ndr : comprenne qui pourra), que c’était impossible, inimaginable et que, tant pis, puisque c’est ça, je ne partirai pas tout seul, je mourrai en en emportant d’autres avec moi parce que de toute manière personne après moi ne mérite de survivre alors le premier venu que je croise, il meurt avec moi et…

L’échographe, qui m’avait couru après, m’a déjà crié de ne pas faire de mal aux trois enfants que je venais de choper dans la cour de la garderie située juste à côté de son cabinet (ndr : oui mais à un moment, il va falloir arrêter de construire des garderies à côté des cabinets médicaux, hein), que ce n’était rien, que c’était tout à fait normal et que c’était aussi sans doute lié au fait que je marche énormément et que ça suffit maintenant, que j’arrête mes conneries, et qu’on allait discuter d’une probable opération pour retirer tout ça.

Au final, tout s’est arrangé. Il m’a expliqué que je n’allais pas mourir, que tout allait rentrer vite dans l’ordre et que je pourrais gambader comme un cabri d’ici peu. Moi j’ai répondu que les cabris, ça pue, que je préfère gambader comme une antilope. Vu mon physique, on s’est finalement mis d’accord pour l’expression « gambader comme un hippopotame ». Ne rigolez pas. Un hippopotame, ça court à 40 km/h. Même Mbappé, il se ferait fumer par un hippopotame. Alors hein, faites pas les malins.

Bref. J’ai une grosse boule sur le pied que je dois aller me faire enlever par chirurgie. On m’a même donné une lettre pour le médecin qui va m’opérer. Il officie dans une clinique pas très loin de chez moi. J’ai vérifié. Y’a une garderie juste à côté.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par jymmyelloco le 09/02/2020 à 13:00

 

1

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

Hummm j'ai des doutes que tes fesses ressemblent à ça !!!

3418 Commentaires de news

Ecrit par Mikis le 10/02/2020 à 11:42

 

2

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Tu devrais aussi faire vérifier cette grosseur étrange qui a poussé entre tes jambes, ce n'est sûrement pas une troisième couille due à ta "sur-virilité" !

1425 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

Derniers Commentaires

38523-tumeur-mort-enfants-medecin-hippopotame