L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 31 janvier 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Moi, j'suis copain avec une hyène

imageVous connaissez tous mon combat « Don Quichottesque » contre l’incivisme et la stupidité qui pourrissent le quotidien. Ces petites choses que chacun fait, volontairement ou non d’ailleurs, sans penser un seul instant que cela nuira au bien-être d’autrui. Et dont d'ailleurs, en fait, il se fout ou ne se soucie pas, à partir du moment où lui, ça lui simplifie la vie.

Ma femme me reproche régulièrement mes sautes d’humeurs qu’elle trouve de plus en plus fréquentes et de moins en moins supportables. J’ai beau lui expliquer que si je suis de plus en plus agressif avec les autres, c’est peut-être parce qu’ils sont de plus en plus cons et égoïstes, elle aimerait quand même que je me calme.

« Est-ce que je peux quand même le terminer ? » lui demandais-je hier, alors que j’étais en train de sauter à pieds joints sur la mâchoire de mon nouveau voisin à qui j’avais déjà demandé 5 fois, donc 4 fois de trop, de tailler son putain de Pyracantha qui dépasse allègrement de sa clôture pour venir déverser ses branches épineuses dans mon allée et contre lequel je me suis déjà empalé la main deux fois.
Il faut dire que le matin même, j’avais déjà expliqué gentiment à un blaireau, à Leroy Merlin, que s’il poussait de 30 cm son caddie, il permettait aux voitures de passer et ainsi éviterait d’en bloquer une dizaine, créant un bouchon inutile. Je lui expliquais aussi, toujours gentiment à coups de marteau (magasin de bricolage oblige) que « c’est bon, j’en ai pour deux minutes » est l’un des arguments les plus individualistes et insupportables qui soient, dont usent et abusent d’ailleurs ces gros connards de livreurs au quotidien, et qu’il ne saurait donc être employé sur un parking de magasin.

imageJ’ai eu beau dire à ma chère et tendre épouse que non, je ne suis pas violent, que c’est le monde qui l’est, que ce sont les autres qui m’agressent en permanence par leur comportement, et que Végèce, c’était quand même pas un branquignole, alors quand il écrit « Igitur qui desiderat pacem, praeparet bellum », ça veut quand même bien dire quelque chose... elle n’a rien voulu entendre. Comme quoi c’est bien une nana : ça parle, ça parle, mais quand vous avez un truc important ou intelligent à dire, y’a plus personne pour écouter.

Pire ! Elle m’a même retenu par le bras quand j’ai voulu aller pacifiquement discuter avec ces trous du cul qui manifestaient devant la mairie contre la PMA, la GPA, l’avortement et le Mariage pour tous, mélangeant tout et n’importe quoi au nom de l’intégrisme religieux, sous prétexte que, je la cite, « on ne va pas discuter pacifiquement en tenant une pelle dans les mains ». Alors que ce n’est pas de ma faute si j’ai cassé ma batte de baseball et que la nouvelle n’est pas encore arrivée suite à un « problème de livraison », le livreur s’étant fait agresser près de chez moi parce qu’il bloquait la rue « juste deux minutes, c’est bon ».

Ben oui. Je n’y peux rien. Je suis ouvert d’esprit et ne l’embarrasse pas, justement, cet esprit, avec des considérations religieuses à la con dans le but de faire chier le reste du monde. Je suis pour le Mariage pour Tous. Pour la PMA. Pour la GPA. Je suis totalement pour l’avortement. Limite même pour l’avortement forcé quand on est trop con. Je suis de ceux qui pensent que deux papas ou deux mamans peuvent largement valoir un papa et une maman, et suis persuadé que dans certains cas, c’est même mieux.
imagePire ! J’écoute souvent de la musique de pédé faite par des pédés, passe du temps en compagnie de mes amis pédés et, si le short moulant ne m’allait pas si mal, j’irais défiler sur un char de pédés à la Gay Pride parce que l’ambiance m’a toujours captivé. Et pourtant je reste un hétéro convaincu. Mais… mais… du coup, ce n’est pas une maladie contagieuse ? Ou alors j’suis immunisé. Ou non, j’suis asymptomatique ! C'est ça ! J'suis asymptomatique ! C'est le mot à la mode, alors autant le coller à toutes les sauces.

Enfin bref. Si tous les abrutis voulaient bien lâcher la grappe du reste du monde, et bien justement, le monde tournerait quand même plus rond. Et mon budget pelle et batte de baseball serait revu à la baisse. Et ma femme ne m’obligerait pas à consulter.
C’est une de ses collègues qui lui a suggéré de me prendre rendez-vous avec un « coach du bonheur ». Un bon gros nom à la con pour cacher un gros abruti ancien dépressif qui pense qu’il existe une formule magique pour aider à supporter la vie en général.
Alors que ma recette personnelle marche déjà très bien : un bon feu de cheminée, un bon fauteuil, un verre de whisky.

Et en bonus, de temps en temps, une bonne pipe.

Toujours est-il que j’ai rendez vous avec un « coach en développement personnel, confiance en soi, école du bonheur ». Déconnez pas, ça existe vraiment, y’a même des écoles de formation pour ça. Je le sais, j’ai vérifié. Pour m’aider à « gérer mon agressivité ».

Je vous raconte la semaine prochaine ?

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

41138-pma-gpa-avortement-agressivte-incivisme-pipe