L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 20 mars 2022 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Contamination

imageAprès deux ans de pandémie, la (le ? iel ?) Covid a disparu des radars. Pfiout. Comme ça. D’un seul coup. Bas les masques, toutes bouches dehors, postillons en formation, prêts à partir, obligeant ceux qui ont négligé leur hygiène dentaire ces 24 derniers mois à se faire des bains de bouche à l’eau de javel et à se détartrer les chicots au Tipex.

Mais surtout, c’est le retour des sourires. A nouveau, les sourires furtifs d’une rencontre inopinée, (qui peut, sait-on jamais, finir tout à fait pinée), sont de retour. Les sourires connectés d’un pénible trajet en transports en commun. Les sourires gênés de deux mains qui se frôlent dans un rayon du supermarché. Les sourires complices, les sourires compatissants, les sourires mutins, les sourires coquins, les sourires amicaux, les sourires en coin… tant de petits plaisirs quotidiens depuis trop longtemps interdits qui redeviennent enfin possibles.

imageJusqu’alors star des journaux télévisés, voire des journaux tout court, le (la ? iel ?) Covid a laissé sa place à l’indicible horreur de la guerre en Ukraine. La page semble tournée et il n’aura pas fallu bien longtemps pour que les gens oublient cette période compliquée à plus d’un titre. J’en veux pour preuve les quelques bastions qui veulent encore imposer le couvre-bouche, tels les pharmacies, les hôpitaux ou les transports en commun. Mes nombreuses visites de ces trois lieux cette semaine se sont heurtés à des comportements peu scrupuleux des consignes de la part de mes con-citoyens. Ici une cliente d’un certain âge expliquant aux pharmaciennes qu’elle n’a plus de masque, qu’elle n’en rachètera plus, qu’elle n’en portera même plus quoi qu’il arrive et où qu’elle se trouve. Là un patient énervé et non masqué qui tente de forcer l’entrée de l’hôpital. Quant aux métros, RER, bus, trams… au bas mot, 50% des usagers n’en portent plus.

C’est fini, vous dis-je, iel (la ? le ?) Covid n’est plus.

Et c’est justement parce qu’il a définitivement disparu que ma douce, tendre et aimante épouse a décidé de le choper.

Parfaitement.

imageAu détour d’un rhume qui ne guérissait pas, elle s’est coton-tigée les narines pour un résultat sans appel. C’était tellement positif que j’ai bien cru que l’autotest allait faire trois ou quatre barres en bonus.

A ce niveau-là de mon édito, il convient de faire une pause. Pour savoir sous quel angle le terminer, je me suis auto-infligé un époussetage nasal intensif.
En cas de test négatif, je louerai dans un grand paragraphe ma résistance extraordinaire, mon physique incroyable et ma génétique formidable, foooormidable, comme le chante Stromae. Et le choix de ce foooormidable n’est pas anecdotique puisque je pense que ma résistance est également due aux rasades quotidiennes de whisky que je m’inflige malgré moi (si, si, je me force, je vous jure) pour lutter contre le virus.
En cas de test positif, je me répandrai pendant de longues phrases, en lamentations sur ma mort certaine et prochaine, résultat d’une envie désormais claire et affichée de m’assassiner. Ma femme ayant échoué à recruter des tueurs, en raison de ma réputation dans le milieu, elle aura préféré faire le boulot elle-même en me contaminant.

Bref.

J’attends le résultat du test.

Et au final, c’est…

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par edcostn le 21/03/2022 à 14:56

 

1

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Si j'en crois mes différents autotests, je suis toujours passé au travers...
Comme ma femme...
Comme mon fils malgré l'hécatombe dans sa classe bouillon de culture.

Donc soit on est méga résistants, soit on est méga asymptomatiques et on l'a fait à chaque fois au mauvais moment. Bon on n'a jamais fait le test sérologique je dois bien l'admettre.

Bref, je sens que ce relâchement va déclencher le chrono de l'heure de vérité smiley 54

Sinon, ayant été globalement en télétravail, je m'étais habitué à ne plus beaucoup voir mes collègues. Et quand c'était le cas, c'était avec masques seulement.

Et là je dois dire que de retrouver compagnie de gens ayant tombé le masque et perdu le chemin de la brosse à dent en même temps me donne envie de retourner me terrer au fin fond de mon petit cocon anti covid. Sans parler du climat actuel qui voudrait que ce cocon soit bunkerisé.

ps : je repasse par là gràce à un de tes repost facebook, ça faisait longtemps que je n'étais venu, content de te voir toujours au rendez vous !

20 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

44583-contamination-covid-positif-test-masque