Feedback : les add-ons de Mass Effect 2

 

Publié le Mercredi 12 mai 2010 à 12:00:00 par Pierre Le Pivain

 

Retour vers le futur

imageCoïncidence : c’est au moment où je reçois mon tout nouveau clavier Microsoft Sidewinder X4 que je me mets à réécrire un article à propos d’un jeu vidéo… Du coup, j’étais tellement habitué à l’ancien clavier, que je multiplie aujourd’hui les coquilles et autres gourages liés à la frappe sur un clavier dont on a l’impression qu’on a changé toutes les touches de place.
Mon Dieu, c’est atroce…
 
En dehors de ça, il fallait que je re-revienne sur Mass Effect 2 pour plusieurs bonnes raisons. La première, réside dans la sortie de tous les add-ons et autres suppléments gratuits dont bénéficie le jeu de Bioware depuis sa sortie. L’autre bonne raison, c’est qu’il faut aussi parler du dernier gros add-on, Kasumi, puisqu’il est payant quoi qu’il arrive, code Cerberus ou pas. La dernière bonne raison tient dans le fait que j’ai upgradé mon PC, qui dispose maintenant de deux cartes graphiques GeForce 275GTX montées en SLI et que, au regard des problèmes d’affichage constatés lors de mon premier visionnage du jeu, il fallait bien revenir sur ce point avec une configuration de combat. 
 
Commençons par ce qui peut paraitre insignifiant. Le pack payant qui permet de changer les costumes de certains personnages sont, l’air de rien, relativement bienvenus. Certes, ça n’amène à rien à proprement parler en termes de gameplay, mais en termes de profondeur du background, ce petit add-on permet de débarrasser le jeu d’une incohérence regrettable. En fait, tout réside dans le fait que le personnage de Garrus, dès qu’il était loyal, pouvait changer de vêtement. Or, si les vêtements d’origine étaient sérieusement endommagés, le fait de les changer avec son statu de loyauté ne changeait pas le problème : les vêtements étaient toujours endommagés, mais changeaient juste de couleur ! C’était d’un ridicule assez poussé, pour ne pas dire absolu. Grâce au pack de vêtement, Garrus peut enfin changer vraiment de combinaison de combat et avoir une armure toute neuve.
Au regard de cette rectification vestimentaire qui améliore autant le fond que la forme, on peut aussi parler des add-ons de combinaisons et de casque de combat qui ont été mis à disposition sur le réseau Cerberus il y a peu de temps (moyennant tout de même une petite dépense de points « XBOX LIVE » même si on fait tourner le jeu sur la seule et vraie plate-forme universelle de jeu vidéo qui soit : à savoir le PC)
 
Sur ces derniers éléments, il y a peu de chose à dire. Au-delà d’un aspect cosmétique discutable, les designs des armures et des casques étant, à deux exceptions près, plutôt banals, il faut juste signaler que les apports de ces accessoires visent à faciliter la tache du joueur de manière plutôt triviale… On regrette, au bout du compte, que contrairement à l’armure N7 classique, le joueur ne puisse pas disposer de la liberté de jouer sans casque, ou même de pouvoir customiser un peu plus le design et les couleurs des armures complètes distribuées en supplément du jeu. Il faut tout de même avouer que le projecteur à arc, c’est un peut le gadget surpuissant presque rigolo… en matière d’add-ons téléchargeable, c’est de loin le « gag » de jeu le plus rigolo et le plus puissant qui a été mis en ligne pour les joueurs. Enfin, on peut se faire des rigolades façon sort de vingtième niveau pour Dragon Age Origins, mais avec un côté technologique loufoque qui fait jubiler comme le Joker jubilerait en électrocutant Batman avec sa poignée de main électrique de 35 000 volts… C’est du tout bon, c’est du tout fun !
 
screen screen screen
 
De son côté, on a presque attendu avec une certaine impatience le pack Fakir. Pour rappel, ce dernier permet enfin au joueur de disposer d’un véhicule permettant à son équipe de crache-la-mort de parcourir la surface des planètes à bord d’un aéroglisseur furieusement armé d’un gros canon qui envoie des missiles à tête chercheuse. Sur le papier, ça a du charme, mais dans les faits, le Pack Fakir est surtout un moment de déception.
 
screenLe pack Fakir n’est ni plus ni moins qu’une chose d’une linéarité affligeante. … A ce stade, on est presque tenté de dire qu’à côté du pack Fakir, Halo 3 est un bon jeu… C’est dire le rien que véhicule cet add-on.
L’intérêt principal des phases d’explorations en véhicule du premier volet de Mass Effect résidait dans le fait qu’on pouvait aller n’importe où, n’importe quand, et surtout, qu’on pouvait quitter le véhicule à loisir. Le Pack Fakir aurait dû respecter cet élément de gameplay, au lieu de devenir une chose aussi anecdotique qui, heureusement, est gratuite… Le Pack Fakir, tel qu’il a été conçu à l’heure actuelle, est inutile. Il n’apporte rien au jeu… Dieu merci, il n’en retire rien non plus !
 
Reste le gros morceau : le module Kasumi. Scénario additionnel de belle taille, puisque déjà plus épais que l’add-on Zaeed. Ce scénario est assez différent en bien des points par rapports à tous les autres présents dans l’histoire principale de Mass Effect 2. Certes, le joueur doit défourailler et expédier façon puzzle quelques vagues d’assaillants, mais si ce point de gameplay remet le couvert avec force, la narration qui amène à l’éclatage d’autrui à coups de gros calibre est assez insolite.
 
screenLa mission proposée par la nouvelle recrue, Kasumi, est ni plus ni moins un cambriolage façon « Ocean 11 », à la différence qu’ici, l’équipe qui devra faire le casse se limite à deux personnes : Kasumi et Shepard. Les recettes propres aux films de casse et de cambriolage sont, bien qu’extrêmement simplifiées, très présentes. Par ailleurs, le fait d’imposer la figure en ne donnant aucun choix de partenaires pour la mission n’est pas sans donner un certain charme à part entière par rapport au reste du jeu dans son ensemble.
 
Kasumi, de son côté, offre au joueur un nouvel éventail de compétences très intéressantes dans le cadre de la gestion des combats en équipe, et son arrivée à bord du Normandy est un indéniable plus, tant par l’exotisme de ses méthodes, que par son efficacité.
On regrette tout de même que le scénario ne soit pas assez long, même si le joueur en a pour son argent, dans le sens qu’on aurait voulu « un peu plus » de phases de jeu et de « story telling » dans le cadre de la préparation du casse en lui-même. Il est à noter que le scénario ajoute une arme très intéressante : la mitraillette Locust. On regrettera encore qu’on ne puisse pas pouvoir se servir des grenades aveuglantes qui  équipent les services de sécurité de la villa à cambrioler.
 
screen screen screen

Pour finir, posons-nous la question principale : tous ces add-ons arrangent-ils la qualité du jeu Mass Effect 2 ? La réponse est « oui-non ».

« Oui  », à travers la trame narrative, et en excluant le très inutile pack fakir qui aurait du avoir des « applications » plus proches du blindé Mako du premier opus en ce qui concerne les phases d’exploration des planètes. Tout le reste est bon à prendre. Des fois, il ne s’agit que de simples améliorations matérielles qui facilitent relativement la tâche du joueur. Des fois, le contenu est plus profond et a une incidence sur le fond du gameplay , voire, consolide les bases de la trame narrative… tout cela est bon pour le background.
Et puis « non » parce qu’ne matière de correction des bugs d’affichage et de collision, rien n’a été fait… Alors, oui, c’est vrai : avec deux NVidia  275 GTX montées en SLI, les bugs arrivent juste plus vite…

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Feedback : les add-ons de Mass Effect 2 :

0