Hyrule Warriors (Nintendo Wii U)

 

Publié le Jeudi 18 septembre 2014 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Hyrule Warriors (Nintendo Wii U)

Un jeu sans intelligence, même artificielle ?

imageDynasty Warriors, vous connaissez ? Ces beat’em up nippons vous placent dans la peau de super guerriers qui explosent des milliers d’ennemis sur des champs de bataille démesurés. Ajoutez un semblant de scénario à base de « je m’allie, je trahis, je me venge » et le jeu est un de ces gros défouloirs dont les japonais raffolent. Il faut bien avouer que, même si la série a ses fans, elle n’a jamais percé en occident. Pas même en France où, pourtant, tout ce qui vient de l’Empire du Soleil Levant a toujours fasciné et intéressé.
Aujourd’hui, Tecmo Koei sort un jeu identique, mais qui se déroule dans l’univers de La Légende de Zelda. Et forcément, ça change tout.

Ou pas, en fait.

Bienvenue dans le monde d’Hyrule. Car oui, comme son nom l’indique, Hyrule Warriors se déroule à Hyrule. Le scénario est d’une minceur cadavérique : la Triforce est une nouvelle fois convoitée par les forces des ténèbres auxquelles s’opposent les Forces de la lumière. La sorcière Cya a décidé d’ouvrir les portes du temps pour s’emparer de l’âme de Link, notre héros nain vert à clochette.
Ne cherchez, à partir de là, aucune cohérence avec l’univers de Zelda. Les anciens ennemis sont parfois alliés, les personnages « soft » se mettent à décapiter à tour de bras… Pour le coup, on ne peut même pas parler de viol d’un univers. Là, c’est carrément une tournante dans une cave jusqu’à ce que mort s’en suive.
Certes. Vous retrouverez vos personnages préférés. Mais c’est bien là le seul et unique rapport avec la saga Zelda.

Même les environnements, inspirés des différents opus, comme le désert de Gerudo, le lac Hylia ou le volcan d’Ordinn, pour ne citer qu’eux, n’ont qu’une vague ressemblance et ont été très largement remaniés.

Quoi qu’on veuille bien en dire, et même si le principe du jeu n’est pas là, il y a de quoi quand même étouffer tous les puristes. Et même si, à bien y réfléchir, ça n’est pas forcément gênant en soi, l’impression d’un « on a fait du Dynasty Warriors avec des personnages de Zelda juste pour gagner plus de fric » est terriblement tenace, du début à la fin du jeu. Loin d’un « spin-of », on est donc carrément dans l’ersatz, finalement.

screenscreenscreen

screenA part ça, ma foi… vous allez enchaîner les combats, armée contre armée. Vous allez dézinguer des milliers (le mot est bien choisi) d’ennemis, au fil de vos coups. Gameplay limité et ultra-répétitif sont au menu. Bref, on frappe les ennemis, on enchaîne quelques combos et quelques beaux coups spéciaux, et on s’amuse à courir d’un endroit à un autre. En effet, les développeurs ont tenté par tous les moyens d’agrémenter un peu les combats. Il faudra donc tenter de renverser le cours de la bataille grâce à tout un tas de choses. Délivrer des fées qui renforceront vos forts et élimineront le sort néfaste qui a été jeté sur eux, provoquant constamment des dégâts sur vos troupes. Découvrir d’autres fées dans leurs fontaines. Aller battre un petit boss à tel endroit. Faire attention aux poules qui peuvent, si elles sont touchées, se retourner contre vous. Les ramener à leur mère pour qu’elles forment une armée de poules qui combattra à vos côtés. Récupérer une clef. Récupérer des fragments, récupérer des morceaux d’images sur des araignées et j’en passe. Il y a finalement une multitude de missions qui défilent au rythme du combat. Mais cette apparente variété cache bien mal le fait que le gameplay, lui, n’évolue pas vraiment et qu’il faudra, quoi qu’il arrive, toujours décimer des hordes d’ennemis. Et finir par un boss, à l’ancienne, puisqu’il faudra trouver la faille et l’exploiter ad nauseam pour le mettre à genoux.

screenLe mode Legende vous permettra de découvrir le jeu et ses 18 missions. Le choix des personnages y sera, là, imposé. Vous pourrez ensuite décider de refaire les missions en mode libre, en choisissant cette fois les héros que vous voulez. Il y a 13 personnages différents jouables. Chacun a ses propres coups. Sachant que vous pourrez également faire évoluer vos armes grâce à un ferrailleur mais aussi permettre à chacun de changer d’arme. Même Link peut troquer son épée contre une lance ou une arme magique, comme une baguette par exemple. On peut aussi les fusionner. Au fil de l’expérience glanée, les personnages aussi évolueront et deviendront plus puissants, débloqueront de nouveaux combos ou de nouvelles attaques. Link, Zelda, Sheik, Impa, Darunia, Goron, Ruto, la princesse Zora, Fay, Midona, Ganondorf, Xanto, Ghirahim sont les heureux élus, pour ceux à qui ces personnages parlent.

screenscreenscreen

screenLe mode Aventure, a cela d’intéressant qu’il propose la carte du premier Zelda sur NES. Mélange de combats et d’aventure, il propose d’explorer chaque carte à l’aide d’objets récupérés çà et là (débloquer le passage d’une caverne à l’aide de bombes, brûler la végétation avec une bougie…) et vous jette régulièrement dans des missions spéciales, du type conquérir un territoire, survivre à un mode dans lequel chaque coup est fatal, et j’en passe. Le jeu est jouable en coop, ce qui ajoute très nettement au plaisir, sachant que l’un peut jouer sur le GamePad, l’autre sur la télé et non pas forcément tous les deux sur un écran splitté.

screenAu final, cet Hyrule Warriors offre une durée de vie très conséquente, si l’on décide d’en parcourir tous les modes. Le mode Aventure est même un vrai plus. Mais dans l’ensemble… cela n’arrive pas à relever le niveau du jeu. Le gameplay est, malgré tout, d’une répétitivité consternante, à matraquer les deux touches d’attaque de manière épileptique. Il n’y a aucune profondeur au jeu et il faudra vraiment se faire violence (ou être un brin dépressif) pour décider d’aller au bout, quel que soit le mode choisi.
Graphiquement, le jeu est en-dessous de ce que l’on est en droit d’espérer sur Nintendo Wii U. La profusion d’ennemis à l’écran y joue sans doute beaucoup. Mais ça pique parfois un peu les yeux et, globalement, la réalisation technique n’est pas vraiment à la fête.
Ajoutez un scénario finalement inexistant, des incohérences parfois choquantes avec l’univers de Zelda et vous aurez, finalement, un Dynasty Warriors dont l’habillage Zelda n’apporte strictement rien mais n’est là que pour flouer les fans. Vous noterez d’ailleurs que nous n’avons pas abordé l’IA dans ce test. Simplement parce que les ennemis en sont dépourvus et ne sont que de la chair à canon. En fin de compte, on se rend compte rapidement que Hyrule Warriors est un jeu qui plaira, sans les combler, aux fans les plus acharnés. Et avec lequel les autres s’emmerderont rapidement.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Hyrule Warriors (Nintendo Wii U)

Plateformes : Wii U

Editeur : Tecmo Koei

Développeur : OMEGA Force

PEGI : 12+

Prix : 50 €

Aller sur le site officiel

Hyrule Warriors (Nintendo Wii U)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

 

 

Images du jeu Hyrule Warriors (Nintendo Wii U) :

0