F1 2016 (PC, Xbox One, PS4)

 

Publié le Lundi 29 août 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de F1 2016

La F1 justifie les moyens ?

imageChaque année, Codemasters nous livre un jeu de Formule Un de qualité. Rien de bien nouveau à l’horizon. Ce F1 2016 ne déroge pas à la règle, autant vous le dire tout de go : c’est encore et toujours un bon jeu, qui ravira les fans du genre. Avec la mise à jour des écuries, des pilotes et des circuits. Dont l’ajout des deux nouveaux : Hockenheim, en Allemagne et Bakou en Azerbaïdjan. Idem pour les écuries, avec l’arrivée d’Haas F1 et de Renault.

Alors que l’année passée le jeu avait fait l’impasse d’un mode carrière avec son propre pilote, il est à nouveau disponible ici. Vous pouvez donc créer votre propre personnage, lui choisir un nom, un visage, un casque… et c’est à peu près tout. On aurait peut-être aimé avoir un peu plus de choix, un peu plus d’options de personnalisations… mais il faudra vous en contenter.
Ensuite, c’est une écurie qu’il va falloir choisir. Là aussi, on aurait peut-être aimé des débuts plus timides soit dans une « division » inférieure, soit avec une petite écurie… mais non. Vous pourrez choisir n’importe quelle écurie, même les plus performantes, comme Mercedes. Bien entendu, le « niveau » de cette écurie influe directement sur leurs exigences. Impossible de ne pas viser le titre avec une grosse écurie, quand les plus petites exigeront de vous simplement quelques points ou quelques pôles positions.


screenLes 21 grands-prix sont donc disponibles, et tout au long de la saison, vous allez devoir bosser pour perfectionner non seulement votre conduite, mais aussi votre voiture. Dans les stands, vous pourrez en effet gérer les différents paramètres de la voiture, et même orienter la Recherche et Développement. D’innombrables réglages, à paramétrer en fonction de la météo, des temps de vos concurrents, de votre stratégie d’arrêts aux stands… Et ne croyez pas qu’il n’y aura que peu d’incidence sur le comportement de la voiture. Le moindre réglage peut vous faire gagner ou perdre une course, selon que vous choix est judicieux ou malheureux. C’est particulièrement vrai pour les pneumatiques, par exemple.

screenS’il y aura toujours la possibilité de jouer avec des réglages basiques, automatiques, les puristes pourront donc aller chercher le chrono grâce à d’infimes modifications. Il y a d’ailleurs deux modes carrière, au final : simple ou pro.
De la même manière, il y a désormais pléthore de niveaux de difficulté. De quoi se la jouer plus simulation, comme dans le niveau Légende, ou plus arcade, comme dans le niveau Très Facile.

Pour les parties rapides, vous pourrez choisir de faire la course en entier, mais aussi juste 5 tours, ou un quart de longueur… mais aussi changer quelques petites choses, comme la météo.

screenscreenscreen

screenLe gameplay, quant à lui, est désormais plus exigeant. Attention à vos freinages, moins permissifs. Les blocages de roues peuvent être fréquents si vous n’y prenez garde. Exigeant (les sorties de route seront fréquentes au début), la jouabilité de F1 2016 est toutefois entachée par quelques petits soucis d’IA… Si la plupart du temps, tout va bien et les adversaires ont réellement fait des progrès, ne vous percutant pas systématiquement ou ne suivant pas aveuglément une trajectoire prédéfinie, peu importe qui se trouve dessus, il arrive encore qu’ils vous rentrent dedans… même en ligne droite. Et c’est toujours vous qui prendrez la pénalité… Alors certes, c’est rare… mais quand ça arrive, notamment au dernier tour d’un grand-prix joué tout entier… ça donne juste envie de manger le disque du jeu. Un patch devrait rapidement corriger ce point. Du moins on espère.

screenEnfin, techniquement parlant, le jeu est loin d’être un canon de beauté. Et pourtant, il se permet quelques baisses de framerate et un aliasing omniprésent. Du coup, pas de jeu en écran splitté à deux non plus. Et c’est toujours dommage pour un jeu de courses. Pas de quoi s’extasier, donc, devant le graphisme du jeu. Même si, n’exagérons rien, ça n’est pas non plus catastrophique. C’est acceptable. Mais loin d’être bluffant, donc. Comme pour les précédents opus, serait-on tenté de dire…

Au final, F1 2016 reste un très bon jeu de Formule Un. Quelques soucis techniques ou d’IA qui seront sans doute corrigés au fil du temps n’entament pas l’enthousiasme d’avoir un jeu complet, bien fait, et pointu qui ravira les amateurs de ce sport.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

F1 2016 (PC, Xbox One, PS4)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Codemasters

Développeur : Codemasters

PEGI : 3+

Prix : 60 €

F1 2016 (PC, Xbox One, PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu F1 2016 (PC, Xbox One, PS4) :

0