Batman : Return to Arkham (PS4, Xbox One)

 

Publié le Jeudi 17 novembre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Batman : Return to Arkham (PS4, Xbox One)

Le super-héros qui fait pssscccchiiiit

imageEntre manque d’imagination et argent facile avec peu d’efforts, les remakes HD et autres versions remastered sont légion sur cette génération de consoles. On voit donc débarquer pléthore de jeux sortis initialement sur PS3 et Xbox 360, adaptés pour la PS4 et la Xbox One.

C’est le cas notamment de Batman Return to Arkham. Cette nouvelle compilation regroupe les deux premiers jeux Rocksteady sortis il y a déjà 7 et 5 ans. Batman Arkham Asylum date de 2009 et Batman Arkham City date de 2011.

Pour rappel, le premier opus se déroule sur l’île d’Arkham, et plus précisément dans l’asile. Les criminels se sont échappés, sous l’impulsion du toujours aussi fringuant Joker. Batman débarque donc sur place pour faire le ménage.
Le deuxième, lui, se déroule 18 mois plus tard. La population carcérale explosant, l’asile et le pénitencier ont trouvé une nouvelle extension : les bas quartiers de Gotham, réquisitionnés et transformés en Arkham City, une ville close réservée aux criminels. Voyant que ces derniers sont prêts à lancer une grande contre-offensive sous la houlette du Docteur Hugo Strange, Batman décide à nouveau d’intervenir. Sa route va croiser celle du Joker une nouvelle fois, mais aussi du Pingouin, de Mr Freeze et de bien d’autres super-méchants…

On retrouve donc le super-héros avec toute sa panoplie : gadgets en tous genres, dont les fameux Batarangs, mais aussi un grappin, et autres grenades, brouilleur, gel explosif et j’en passe, chaque opus ayant son lot de spécialités et accessoires avec lesquels dérouiller ses ennemis.

Deux excellents jeux au demeurant, à l’ambiance sombre et violente, se voulant quelque part le pendant vidéoludique des films de Nolan.

Alors, ces versions remasterisées, que donnent-elles exactement ?


screenEn premier lieu, on regrettera – vraiment – l’absence de Batman Arkham Origins dans le lot. Ce troisième opus, pas loin finalement d’être le plus intéressant, se trouve mystérieusement banni du lot. Parce qu’il vient d’un autre studio ? Parce que Warner prévoit de le vendre à part et à prix d’or ? La question reste entière.

D’un autre côté, quand on voit la qualité de ce portage, on se dit que l’on n’est pas forcément pressé…

En effet. Avouons-le tout de go : le boulot a été bâclé. Certes. Le graphisme a été amélioré. Les textures sont plus belles, avec tout plein de pixels en plus. Les modèles 3D sont plus fins. Les éclairages ont été revus également et les effets de particules sont plus présents. Bref, en théorie, c’est plus joli, plus détaillé, bref, ça claque mieux la rétine.
Du moins, ça la claquerait si les développeurs n’avaient pas atténué l’ambiance sombre des jeux. Ces nouvelles versions ont des couleurs plus prononcées, plus de lumières, des personnages moins sombres… bref, sans pour autant tomber dans le chatoyant, l’ambiance glauque et pesante, les décors d’une noirceur déprimante, les traits inquiétants des personnages… tout est réellement atténué… et les deux jeux perdent cruellement de leur superbe… voire de leur profondeur et de leur intérêt.

screenMieux encore : la fluidité est catastrophique. Une vraie honte. De très fréquentes chutes de framerate flinguent la fluidité du jeu et donc le gameplay par la même occasion. Trop de détails, une action trop chargée, des déplacements trop rapides… et le jeu sort les rames.
Sans oublier le clipping et l’aliasing, encore bien trop présents pour des jeux accusant 5 et 7 ans portés sur des consoles sensées être bien plus puissantes.

Ajoutez enfin des problèmes de son, parfois trop fort ou parfois trop effacé durant les dialogues, venant ajouter au marasme de ces portages bâclés.

Alors certes, les jeux restent très bons. On a en plus droit à tous les DLC sortis pour les deux jeux, inclus ici. Mais à bien y réfléchir, et après avoir re-testé les jeux sur PS3 et Xbox 360… on se dit qu’avec cette compilation, Rocksteady et Warner se foutent littéralement du monde.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Batman : Return to Arkham (PS4, Xbox One)

Plateformes : Xbox One

Editeur : Warner Bros. Games

Développeur : Rocksteady

PEGI : 16+

Prix : 40 €

Batman : Return to Arkham (PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 4/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Batman : Return to Arkham (PS4, Xbox One) :

0