Steep (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Mardi 6 décembre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Steep (PC, PS4, Xbox One)

One Steep Beyond ?

imagePopulaires à une époque, misant sur le fun et les sensations, les jeux de glisse se sont faits discrets ces dernières années. La série SSX semble au point mort, Tony Hawk est enterré, Kelly Slater est noyé et on ne voit guère qui pourrait revenir sur le devant de la scène pour offrir des sensations de glisse extrême avec figures délirantes pour manger au choix, la poudreuse, le bitume ou l’écume.

Ce n’est pas Steep, le nouveau jeu d’Ubisoft qui viendra combler ce manque. Basé sur les sports de montagne que sont le ski ,le snowboard, le parapente et le Wingsuit, Steep n’est en rien le successeur de SSX, par exemple. Ni de près, ni de loin. Oubliez le côté « arcade » et délirant de cette saga. Steep lorgne du côté des sensations réalistes. Même s’il n’y arrive pas toujours…

Vous allez donc rapidement apprendre à maîtriser les quatre disciplines dans un rapide tuto, puis être lancé à l’assaut de la montagne. Une montagne déclinée en monde ouvert, ou presque.
Et rapidement, on sent la différence : oubliez les contrôles à la walou, le génie de la glisse dès les premières pentes, et les figures acrobatiques. On vous le dit et on vous le redit : Steep se veut offrir des sensations proches du réalisme. Ne comptez donc pas retrouver le côté arcade des vieux titres de glisse. Ici, selon votre vitesse, selon le revêtement du sol (neige tassée, poudreuse, glace…) le comportement varie totalement. Vous ne pouvez donc pas forcément tourner au dernier moment ou prendre forcément la trajectoire escomptée. Vos premières descentes devraient donc logiquement se solder par un plongeon malencontreux dans un précipice, un câlin avec un arbre, ou une Schumacher sur un rocher.


screenDe la même manière, enchaîner les figures fatigantes, jouer les cabris en multipliant les sauts par exemple, fatiguera votre skieur qui terminera le nez dans la poudreuse, les jambes en vrac, et quelques os fracturés qui pendouillent çà et là. Enfin, on les imagine puisque le jeu se veut très soft en matière de chutes et rencontres inopinées avec un obstacle. Même en Wingsuit encastré dans un sapin ne sera sanctionné que par un « ça faisait longtemps que je n’avais pas eu une chute pareille ».

Ce même Wingsuit qui s’avère assez fastidieux à diriger. Et oui. Il ne suffit pas d’agiter les bras et les jambes pour tourner et virevolter comme un canard sous LSD. On vous dit que Steep se veut un brin réaliste dans les sensations et comportements. Il faudra donc anticiper. Et même si ce sport extrême manque clairement de vitesse dans le rendu à l’écran, on se prendra rapidement au jeu à tenter des frôlements de falaises et autres chatouille de cimes d’arbres. Idem pour le parapente, peut-être visuellement un brin plus spectaculaire, même si les sensations offertes sont moindres.

screenReste que globalement, ce sont les épreuves de glisse qui retiennent l’attention. Et qui requièrent une certaine préparation. Il va réellement falloir étudier le terrain, parfois jumelles en main, pour savoir où passer, comment gérer votre descente… On peut toujours partir à l’aveuglette, certes, mais l’observation vous offre un vrai plus par rapport aux autres skieurs ou snowboardeurs qui se lancent directement dans l’épreuve.

Des épreuves qui apparaîtront au fil de vos performances sur la carte. Carte qui, soit dit en passant, devient rapidement bordélique. La zone de jeu est immense, certes, mais la multiplication des icônes nuit complètement à la lisibilité du jeu puisqu’il n’y a aucun filtre possible pour séparer les épreuves déjà finies des nouvelles, ou les trier par genre ou par sport. Sans oublier ces nouvelles épreuves que vous débloquez et qui se retrouvent… à l’autre bout.
L’interface est d’ailleurs globalement assez mal faite, il faut bien l’avouer.
Vous allez donc enchaîner les épreuves de type « défi de score » ou encore « courses en wingsuit » ou en parapente, voire « descente » avec le choix de votre équipement (le wingsuit peut paraître plus rapide, mais quand vous devez passer par des checkpoints et que le circuit n’est pas forcément étudié pour, ça devient vite très chaud)…

screenscreenscreen

screenLe gros point noir du jeu est peut-être, toutefois, le côté « multijoueur » imposé de force. Impossible de parcourir les tracés seul ou de se faire un trip « la montagne en solitaire ». Les autres joueurs sont sur le terrain avec vous, et vous ne pouvez rien y faire. Avoir une option « solo » aurait quand même été bien plus intéressante, surtout quand vous êtes occupés à faire de votre mieux et que vous voyez des glands venir couper votre trajectoire n’importe comment et se viander devant vous. Alors on n’est pas non plus en période d’affluence genre « vacances de février dans une station des Alpes », mais ça reste quand même parfois pénible et ennuyeux quand ce n’est pas ce que l’on recherche.

Ou restera aussi sur notre faim, ou du moins très dubitatifs quant à l’abondance de pubs de sponsors, ou les voix-off, entre ridicule et inintérêt, qui vous accompagnent tout au long de votre parcours.

screenMais même avec quelques éléments qui viennent plomber le jeu, notamment dans la gestion des sauts, simpliste et ratée, Steep promet quelques bons moments. Se faire une descente d’anthologie entre potes, revoir les meilleurs moments, les meilleures chutes… et les sensations délicieuses quand vous arrivez à bien maîtriser le gameplay…
Les lieux sont magnifiques, même si la distance d’affichage sur consoles est moindre. Le rendu est superbe et la neige n’a jamais semblée aussi réelle. On reste parfois pantois devant un paysage ou une vue.

Au final, il faut donc bien faire la part des choses : les fans de SSX et autres jeux d’arcade de type glisse seront déçus. Steep n’est en aucun cas un jeu dans ce genre. Mais pour peu qu’on y accorde du temps et de la patience pour bien en comprendre le fonctionnement et les mécanismes, il peut tout à fait offrir d’excellents moments et de chouettes souvenirs. On sent surtout qu’il s’agit d’une base. Un peu comme The Division qui a connu tellement de changements et d’améliorations qu’il ne ressemble plus tout à fait au jeu de base. Ici, on se dit qu’il y a encore beaucoup à faire, et que les promesses sont énormes. En attendant, certes, Steep n’est pas parfait et cumule pas mal de tares qui pourront rebuter, mais dans l’ensemble, c’est une réussite et un bon petit jeu de glisse. En tout cas, nous, on a plutôt accroché. Enfin, glissé dessus, pour être plus précis.


 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Steep (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

PEGI : 3+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Steep (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Steep (PC, PS4, Xbox One) :

0