Spider-Man: New Generation, la critique du film

 

Publié le Mercredi 12 décembre 2018 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Spider-Man: New Generation, la critique du film

On se fait une toile ?

imageMiles Morales, jeune métis latino-africano-américain New-Yorkais, est un ado comme les autres.

Son père, agent de police et sa mère, médecin, l’envoient dans un établissement scolaire privé du fait de ses très bonnes notes, alors que Miles ne rêve que d’améliorer son art des graphs avec son oncle Aaron. Une nuit, alors que Miles et Aaron travaillent à rendre plus accueillant un tunnel désaffecté, Miles est mordu par une araignée rouge et bleue…

Quelques heures après, Miles se rend compte que ses doigts collent partout, qu’il a pris plusieurs centimètres, qu’il est plus fort et plus agile…

Bref, Miles se voit doté des pouvoirs de Spider-Man.

Alors qu’il cherche des réponses là où tout à commencer, le jeune homme se retrouve à assister à un combat entre Spider-Man et le Bouffon Vert, qui travaille pour le Caïd. Fisk est en train de tester une nouvelle machine infernale, capable d’ouvrir des portes entres les mondes.

Hélas, pendant le combat la machine explose et Miles assite, impuissant, à la mort de Spider-Man.

Le monde pleure le tisseur.

Miles aussi.

Jusqu’à ce que Peter Parker arrive. Mais un autre Parker, venu d’un autre monde grâce à la machine du Caïd. Et il n’est pas venue seul.

Tous ces Spider-Men vont devoir apprendre à Miles à devenir Spider-Man. Et à sauver le monde. Ou plutôt les mondes.


screenFilm d’animation réalisé par Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman, Spider-Man: New Generation est la dernière coproduction en date autour du Tisseur entre Sony et Marvel.

Vous aurez compris qu’il met en vedette Miles Morales, le Spider-Man de la Terre 1610, celle de l’univers Ultimate. C’est la première fois que Miles est présenté au monde sur grand écran. Mais il n’arrive pas seul, le film présente aussi d’autres tisseurs issus des comics : Spider-Gwen, une version de Spider-Woman où Gwen Stacy a hérité des pouvoirs du Spider-Verse ; Spider-Ham, une version "cochon de dessin-animé" de Spider-Man ; Spider-Man Noir, une version de Spider-Man venue des années 1930 ; Penny Parker, une jeune adolescente qui est une Spider-Woman version anime / manga où elle porte un costume robotisé. Mais aussi le Spider-Man original qui sert de mentor à Miles.

Disons-le de suite, si vous ne connaissez que de loin le Tisseur et son univers, ou plutôt les Tisseurs et leurs univers, vous allez louper énormément de choses, de blagues, de références cachées partout dans le film, tellement il en regorge. Même les scènes post-génériques cachent des surprises.

screenIl n'en demeure pas moins que ce Spider-Man: New Generation est un très bon film. Un très bon film Spider-Man, un très bon film de super-héros et un très bon film d'animation. L'histoire est bien racontée, même si, encore une fois, c'est le coup classique de l'apprentissage du héros, tout ça… Les personnages sont attachants, l'animation mêle plusieurs styles. Même la version française est de bonne qualité, avec des voix connues. Et pour ceux qui, comme moi, trouvaient scandaleux que deux danseuses en short donnent de la voix pour doubler le Bouffon Vert et le Scorpion, rassurez-vous, Olivier Giroud et Presnel Kimpembe n'ont que quelques phrases.

En bref, Spider-Man: New Generation est un film d'animation de grande qualité, qui rivalise avec les meilleurs Pixar.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Spider-Man: New Generation, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Sony Pictures Releasing France

Développeur : Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman

PEGI : 3+

Prix : Cinema

Spider-Man: New Generation, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Spider-Man: New Generation, la critique du film :

0