Pro Evolution Soccer 2010 (Xbox 360/PS3)

 

Publié le Jeudi 5 novembre 2009 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Pro Evolution Soccer 2010 (Xbox 360/PS3)

Le retour du Roi

imageComme chaque année, un nouvel opus de Pro Evolution Soccer débarque dans les rayons. PES, comme on l’appelle. Et il était attendu de pied ferme. Les dernières versions étaient en perte de vitesse face à leur grand rival, le Fifa d’Electronic Arts.

Et avouons-le, il est vraiment difficile de ne pas transformer ce test en simple comparaison. Et finalement, c’est logique et légitime. Et c’est ce que nous allons faire.

Globalement, PES est un jeu moins complet que Fifa. Nettement moins complet. Moins de modes de jeux, moins d’options, moins d’équipes… mais attention, moins complet ne veut pas dire incomplet, ou insuffisant. On retrouve quand même les bases nécessaires pour tout bon jeu de foot qui se respecte : la possibilité de faire un championnat, de s’entraîner, de faire une rencontre simple, de faire un tournoi et la possibilité de jouer à plusieurs. Un mode comparable à celui de Fifa, dans lequel on ne joue qu’un seul joueur et on le mène du statut de cireur de banc à star international est également présent.

Pas de fioriture, donc, mais l’essentiel.

On sera moins indulgent sur les équipes. Si PES tente d’inverser la tendance ces dernières années, on se retrouve encore trop souvent avec des équipes fictives. Ce n’est, soit dit en passant, pas seulement leur faute : Fifa a les droits exclusifs de certains championnats ou certaines équipes, au niveau des vrais noms. On se retrouve donc, par exemple pour le championnat anglais, avec les trois-quarts des équipes au nom certes évocateur (London North…) mais faux. Et c’est idem pour les joueurs, bien entendu. Et mine de rien, jouer avec les vrais joueurs, c’est quand même bien plus sympa. Alors on peut changer tous les noms, certes, mais passer 6 heures à modifier tout son jeu, c’est quand même bien chiant.
On aimerait donc que, d’un côté, Konami fasse un effort supplémentaire sur ce point et que, de l’autre, Electronic Arts cesse de verrouiller le marché. Notez que les vrais équipes et joueurs de la Ligue 1 sont là.

Voilà pour la longue parenthèse. Parlons match, maintenant. Et je vais être direct. Quitte à faire hurler quelques Fifans. Je préfère jouer à PES 2010 qu’à Fifa 2010. Et pas qu’un peu. Vraiment. Je m’explique…

Déjà, le jeu est plus rapide dans PES. Bien plus rapide. C’en est saisissant. Et finalement, c’est bien plus agréable. Alors ok, les joueurs sont un peu animés comme des robots. Leurs mouvements de corps ne sont pas réalistes, contrairement à Fifa. Mais dans ce dernier, on a un peu l’impression de contrôler des tanks, des joueurs lourds, alors que dans PES, on a vraiment l’impression d’avoir des athlètes, et pas des gros bourrins.
Comme expliqué, donc, oui, ils ont des mouvements moins réalistes et les animations sont peut-être plus saccadées (attention, le jeu ne rame pas, je parle des animations des joueurs, moins naturelles). Mais leur placement et leurs mouvements sur le terrain sont, eux, nettement plus réalistes. Le sens du jeu est très nettement plus agréable sur PES que sur Fifa où, finalement, les grandes et belles actions, les grandes balles, les débordements sont gâchées par le fait que les passes courtes sont privilégiées et plus efficaces et que les joueurs ne s’engouffrent quasiment jamais dans les espaces, voire ont tendance à reculer quand l’ailier déborde. Là, dans PES, le comportement des joueurs est bien plus sympathique et laisse bien plus de liberté quant au plaisir du jeu. Et ça, ça change tout. C’est pour ça que PES est, de moins humble point de vue, bien plus agréable à jouer.

Maintenant, c’est vrai que la physique de balle n’est pas parfaite. Mais aussi, dans PES, un tir de 30 mètres ne rentre pas 1 fois sur 2. Je sais que certains lui reprochent la faiblesse des gardiens, qui ont tendance à relâcher un peu trop souvent le ballon. En plusieurs heures de jeu, à part peut-être sur une ou deux actions, mais pas plus, je n’ai pas vu une seule fois le gardien relâcher le ballon sans que ce soit justifié. Il ne suffit pas de prendre la manette en mains et de se dire si c’est ou non réaliste. Pour pouvoir juger, il faut peut-être comparer avec de vrais matches. Et vous verrez effectivement qu’un gardien ne bloque pas si souvent la balle.

Au final, donc, c’est vrai que Fifa est plus joli. Mieux animé. Plus complet. C’est un peu le foot bourgeois, pimpant et bling-bling. Mais de mon point de vue, PES est plus agréable. Il sent plus la sueur, et permet finalement plus de liberté d’action au joueur. Je ne lui mettrai pas plus, question note, qu’à Fifa, parce qu’il reste encore du boulot. Du boulot sur l’animation des joueurs, le graphisme, et la physique de balle notamment. Mais à choisir, il a quand même ma préférence.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Pro Evolution Soccer 2010 (Xbox 360/PS3)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : Konami

Développeur : Konami

PEGI : 7+

Prix : 65 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

 

 

Images du jeu Pro Evolution Soccer 2010 (Xbox 360/PS3) :

0