Darkestville Castle (PS4, Xbox One, Switch)

 

Publié le Jeudi 1 octobre 2020 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

Darkestville Castle (PS4/Xbox One/Switch)

Une histoire d'os

imageSorti il y a maintenant 3 ans sur PC, le point & click déjanté Darkestville Castle nous revient cette fois dans une version console. L'occasion de pouvoir (re)découvrir le titre du studio argentin qui fleure bon les titres de Lucas Arts à la sauce Tim Burton.

Dans Darkestville Castle, on incarne Cid, un démon squelette plutôt sympa qui comme tous les démons squelette plutôt sympa s'occupe de manière plutôt sympa à terroriser les habitant de la ville qui eux, pour le coup, trouve qu'il n'est pas très sympa. Mais ça, c'est une histoire de point de vue. Reste que l'un d'eux, Dan Teapot n'a pas franchement apprécié que le monsieur crâme sa baraque et a donc décidé de se venger en embauchant une troupe de chasseurs de démons professionnels tout en ayant pris soin de leur faciliter la tâche en emprisonnant Cid dans son château. A vous donc de vous échapper dans ce qui est le prologue du titre. Par le suite vous serez amené à visiter différents lieux de Darkestville, sa taverne, sa mairie, son cimetière et j'en passe mais également le monde des Enfers dans une aventure qu'on parcourt avec plaisir pendant quatre petites heures.

Si Darkestville Castle n'est pas surprenant et ne bouleverse pas les codes du genre, il reste cependant diablement sympathique à suivre. Déjà parce que c'est bien écrit, ensuite parce que c'est blindé d'humour. Un humour complètement débile auquel j'ai adhéré. Parfois totalement absurde. Parfois plein d'autodérision sur lui-même ou les codes du genre. Côté gameplay, on est dans du très classique, on peut intéragir de trois manières avec les différents éléments ou PNJ du jeu : les regarder, les prendre ou discuter avec eux. On a pléthore d'objets à récupérer qu'il faudra parfois combiner pour en créer d'autres et se débloquer d'une situation. D'ailleurs, du côté des énigmes, c'est plutôt bien fichu, même s'il arrive que certaines combinaisons soient un peu bizarres, on s'en sort assez facilement : le tout étant de faire preuve d'observation et de réflexion. Pour les moins doués, le titre propose une aide qui permet d'afficher tous les objets de l'écran avec lesquels on peut intéragir. Histoire d'être sûr de ne rien louper.


Finalement, là où le titre s'en sort beaucoup moins bien, c'est sur ses graphismes qui lui donne un air pas très sympathique de jeu flash. Et que ce soit sa direction artistique ou ses animations, on oscille entre le bon et le moins bon. J'ai trouvé qu'il y avait une certaine inégalité dans le design des personnages. En revanche, j'ai grave apprécié la bande-son. Sans être folle, elle fait bien le job pour l'immersion.
 

Vous l'aurez compris, Darkestville Castle est un chouette petit jeu qui, a un petit prix (14,99€), propose un agréable moment à passer pour peu que la direction artistique et les graphismes fleurant le jeu flash ne vous bloquent pas. Si vous êtes un amateur des point & click, c'est à faire.
 
Et si vous souhaitez découvrir les 30 premières minutes du titre, je vous laisse en compagnie de l'équipe de File Dans Ta Chambre, dont je fais partie :
 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Darkestville Castle (PS4, Xbox One, Switch)

Plateformes : Xbox One - PS4 - Switch

Editeur : Buka Entertainment

Développeur : Epic LLama

PEGI : 16+

Prix : 14,99 €

Darkestville Castle (PS4, Xbox One, Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0