Zack Snyder's Justice League, la critique du film

 

Publié le Lundi 22 mars 2021 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Zack Snyders's Justice League, la critique du film

Enfin !

imagePetit retour en arrière.

Après la sortie compliquée de Batman v Superman, Zack Snyder s'attaque au prochain volet de sa série de film sur les héros DC Comics.

Malheureusement, en mars 2017, peu après la fin du tournage, le réalisateur décide d'abandonner le film, le cœur n'y étant pas, l'une de ses filles s'étant suicidée quelques semaines plutôt.

La Warner, qui cherchait depuis Batman v Superman un prétexte pour virer Zack, se frotte les mains et va alors chercher Joss Whedon, auréolé du succès des Avengers 1 et 2. Sur ordre de la société, Whedon modifie le scénario, repart en tournage pour 2 mois, monte une version de 2h maximum et va chercher le vieillissant Danny Elfman pour la musique du film.

En résulte un film juste moyen avec des personnages principaux qui semblent n'être que des caméos, aux CGI hideux, aux blagues d'un autre temps et à peine plus de 600 millions de dollars récolté au box-office quand la Warner espérait dépasser le milliard.

Et l'histoire ne s'arrête pas là…

Ray Fisher jouant Cyborg dans le film, lâche plusieurs bombes sur la production du film et surtout sur le comportement de Whedon mais aussi sur les actes racistes de certains producteurs.

Zack Snyder renie totalement la version sortie en salle, il se dit même que Christopher Nolan lui conseille de ne jamais la voir.


imageDes nombreux éléments du film original non finis sortent sur les réseaux sociaux mais la Warner les fait systématiquement supprimer.

Des tréfonds du net, une petite vague commence à arriver à chaque évènement Warner. Un hastag #ReleaseTheSnyderCut naît et prend un peu plus d'ampleur chaque jour.

Les acteurs principaux militent eux aussi pour la sortie de la version originale.

Par un jour de mai 2020, à la surprise générale, le réalisateur annonce que la "Snyder Cut" sortira sur la plateforme HBO Max nouvellement lancée. Il annonce aussi que la Warner lui donne 70 millions de dollars pour finir les effets spéciaux. Il y a même un petit tournage additionnel pour ajouter quelques scènes inédites.

Depuis le 18 mars, "Zack Snyders's Justice League" est donc disponible presque partout dans le monde. Chez nous, le film est disponible en VOD sur les différentes plateformes et sortira même bientôt en DV/Blu-Ray et Blu-Ray 4k.

Donc, cette "Zack Snyders's Justice League", elle a quoi de différent par rapport à la version cinéma ?

imageD'abord, le plus évident, la durée. 2h pour la version ciné, 4h pour la version Snyder. Bien entendu, aucune des scènes tournées par Whedon n'est présente. On est donc face à presque 4h inédites. Bon en fait non, mais on se rend compte que presque toutes les scènes tournées par Zack ont été modifiées d'une manière ou d'une autre dans la version cinéma. Finis aussi les reshoots de Whedon, donc plus de Superman et sa moustache gommée numériquement, plus de Batman bouffi. Fini aussi Aquaman qui passe pour un gros beauf.

L'autre évidence, le format. Snyder a décidé de garde le format "brut", donc un format 4/3. Au début, on était dubitatif. Mais sur notre écran de 55", honnêtement, au bout de 5 ou 10 minutes, on ne le remarque plus (mais bon, quand même).

Une autre évidence, le style. La palette de couleurs utilisée, les ralentis, certains angles de caméra. Tout le film fleure bon la "Snyder Touch". Alors c'est sûr, si vous n'aimez pas la façon de faire du bonhomme, on pourrait même se demander pourquoi vous avez lancé le film… On peut dire que Snyder s'est lâché sur les ralentis. Moi, je suis fan tellement ça iconise les personnages et l'action.

imageUn autre détail qui change par rapport à la version cinéma. La violence. Ça décapite, ça tranche, ça balance dans le vide, ça empale, ça pulvérise, ça grille, ça désintègre, ça fait splotch, ça fait spoutch, ça en met plein les murs. Dans cette version, les combats sont brutaux et gores. Alors, oui, ça va surement choquer plein de spécialistes des comics, parce que tu comprends, ce n'est pas bien, c’est pas dans l’esprit… mais nous, on aime beaucoup ce parti pris, surtout au regard de ce qu'il se fait chez les concurrents et leur manière de systématiquement édulcorer cette violence dans les combats entre super-héros et super-vilains.

La musique aussi est changée avec le retour des pistes originales prévues par Junkie XL. Et c'est clairement un vrai plus tellement les pistes créées par Danny Elfman étaient le summum du raté mollasson. Ici, la musique du film envoie du pâté, c'est épique, c'est grandiose, c'est rock, c'est électrique.


imageOn a d'autres changement un peu plus anecdotiques (quoique). Le look de Steppenwolf est totalement revu. En mieux, beaucoup mieux. Concernant ce dernier, il est enfin doté d'une personnalité et de motifs clairs pour faire ce qu'il fait. Et le fameux costume noir, né dans les comics à la résurrection de Superman fait enfin son apparition !

Concernant l'histoire maintenant, techniquement, c'est la même d'une version à l'autre.

Apres la mort de Superman, Batman tente de rassembler une équipe de méta-humains en vue de pouvoir lutter pour une possible invasion extraterrestre tandis que Steppenwolf, lieutenant de Darsied, arrive sur Terre sur s'emparer des Mother Box.

Mais de nombreux éléments sont changés voir restaurés dans la " Zack Snyders's Justice League".

imagePar exemple, le film commence là où BvS se terminait. Comme le réalisateur l'avait fait pour le début de BvS qui commençait pendant l'affrontement Superman/Zod, ici le film commence sur le cri d'agonie de Superman et son effet sur les Mother Box.

Le gros ajout de cette version, c'est aussi la réintégration de l'arc de Victor Stone alias Cyborg et de tout ce qui est lié, comme le travail de son père sur la Mother Box des hommes. Victor, sa relation avec son père, avec les Mother Box, est véritablement au cœur du récit.

De même, Flash a une histoire étoffée et un tout autre rôle, sauvant littéralement la mise à tout le monde à plusieurs reprises. Alors oui, le personnage est toujours le blagueur un peu boulet de l'équipe, mais vu qu'on est habitué au Flash dragueur et gaffeur du dessin animé Justice League, ça ne nous dérange absolument pas.

Diana ne change pas trop mais bénéficie de scènes supplémentaires, et devient surtout la meneuse de l'équipe avec Batman. C'est elle aussi qui apportera pas mal d'informations historiques sur Darkseid.

imageAquaman n'est plus un gros beauf alcoolique mais quelqu'un qui se soucie du sort des petits jeunes de l'équipe et des autres. En revanche, sa haine des Atlantes, voire de sa mère est exacerbé ici. En restant sur l'homme de l'Atlantique, de nouvelles scènes avec Mera et la réintégration de Vulco sont de la partie.

Batman n'est plus un suicidaire qui cherche à racheter ses fautes quitte à y laisser la vie mais un homme qui reconnait ses torts et qui cherche à rassembler les méta-humains pour corriger le tir. Sa relation avec Alfred est beaucoup plus développée, son majordome devenant le roi des taquineries envers le milliardaire.

Après sa résurrection, on retrouve les scènes de Superman avec Lois et sa mère à Smallville. Il bénéfice aussi de quelques scènes en plus avant de rejoindre tout le monde pour la bataille finale et pour un plan à 3 avec Arthur et Diana… on apprend aussi que Lois est en dépression depuis la mort de Clark, qu'elle a arrêté de travailler, qu'elle est enceinte et qu'elle se rend tous les jours sur la tombe de Superman.

Tous ces rajouts et ces modifications rendent les interactions entre nos justiciers beaucoup plus crédibles, l'histoire plus fluide et cohérente malgré ces 4h de durée.


D'autres rajouts, que l'on pourrait voir comme des bonus viennent ici et là offrir un petit plus sympathique. Comme le retour du le général Calvin Swanwick, présent depuis Man of Steel et qui cache un secret qui ravira pas mal de fans. On note aussi le retour de Luthor et de Deathstroke dans une scène similaire à la version ciné, mais dont les dialogue ont été totalement changés !

Et enfin, le "Knightmare" dans le monde post-apocalyptique est de retour !

Cette "Zack Snyders's Justice League" est un film totalement nouveau, qui écrase la version précédente et la concurrence.

On n'est pas loin de la perfection.

Parce qu'il y a quand même quelques détails qui entachent le résultat final.

imageLes plus voyants étant des CGI clairement pas finis, surtout pendant les épilogues et durant les scènes sur Themyscira. On sent qu'il aurait fallu quelques semaines de travail pour peaufiner tout ça. Idem avec quelques fonds verts bien bien moches.

Le scénario connait aussi quelques petits bugs. Dont un bien gros sur la cohérence de l'ensemble MoS, BvS et JL…

Mais le plus gros, c'est que le film est une sorte de coup d'épée dans l'eau.

Oui, on a enfin la bonne version de Justice League prévue par Zack Snyder. Mais, on n'aura jamais la suite. A moins d'un "miracle", il est extrêmement peu probable que la Warner, qui a tout fait pour changer la direction prise par le réalisateur sur sa vision des super-héros, lance la production des suites. Idem pour le retour de certains acteurs, à moins d'un gros, très gros chèque…

"Zack Snyders's Justice League" n'est pas un film parfait. Mais presque. Et c'est surement l'un des meilleurs films sur les Super-héros.

Si vous n'êtes pas d'accord, vous pouvez toujours allez voir la version de Whedon…

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Zack Snyder's Justice League, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Warner

Développeur : Zack Snyder

PEGI : 7+

Prix : VOD

Zack Snyder's Justice League, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0