Wonder Woman 84, la critique du film

 

Publié le Mercredi 31 mars 2021 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Wonder Woman 84, la critique du film

Nd Cedric : le film à éviter cette année

imageDepuis la fin de la 1ère Guerre Mondiale, Diana vit dans le monde des Hommes.

En cette année 1984, elle se fait appeler Diana Prince, habite Washington et travaille au département d'archéologie du Smithsonian Institution, plus précisément au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. Parallèlement, elle botte des culs de criminels en tant que Wonder Woman.

Enfin, elle botte des culs mais prend garde à détruire les enregistrements de ses interventions pour garder son existence secrète. Malgré des interventions en public et en plein jour…

Même si sa vie est bien remplie, Diana en a gros sur le cœur car Steve Trevor lui manque. L'ancien espion/soldat, qui s'est sacrifié dans le combat contre Ares, est toujours dans les pensées de la belle et courageuse Amazone.

Un jour, une nouvelle collègue, la docteur Barbara Ann Minerva, intègre son service. La chercheuse, très introvertie et quelque peu maladroite, est une spécialiste des antiquités. Elle travaille sur une pierre d'origine inconnue que le musée est chargé d'identifier à la suite d'un casse dans une bijouterie clandestine.

Selon la légende, la pierre pourrait réaliser n'importe quel vœu. Mais demanderait aussi quelque chose en échange…

Si ni Diana ni Barbara ne croient en cette légende, il n'en est pas de même pour Maxwell Lord, un golden boy qui cherche la pierre par tous les moyens.

Quand les vœux « accidentels » de Diana et Barbara se réalisent, Wonder Woman tente de retrouver la pierre avant qu’elle ne nuise… mais il est peut-être déjà trop tard…


imageWonder Woman 1984 est la suite des aventures de la princesse Amazone sortie en 2017. Il est toujours réalisé par Patty Jenkins. On retrouve au casting Gal Gadot et Chris Pine revenant du 1er film et nous avons Kristen Wiig ainsi que Pedro Pascal qui rejoignent la fête. Coté musique le génie Hans Zimmer prend la relève de Rupert Gregson-Williams.

Pandémie oblige, la sortie de WW84 a quelque peut été bousculée. Reporté plusieurs fois, le film a fini par sortir dans certains cinémas US et sur la plateforme HBO MAX.

Alors, est ce qu'on doit ranger WW84 dans les films "qui sauveront les cinémas quand la plèbe pourra se précipiter en masse dans les salles obscures" ou dans "nan mais en fait, depuis mon canapé, ça va très bien comme ça merci, en plus je n'aime pas les gens" ?

On va laisser tomber le suspense de suite : Wonder Woman 1984 n'est ni bon ni mauvais, bien au contraire.

L'histoire est globalement claire, précise et bien racontée, les enjeux des différents protagonistes sont là aussi compréhensibles et on n'a pas besoin d'un BAC + 45 en "Evil Genious" pour capter le propos. Mais dans le même temps le film enfile les clichés comme des perles. La guerrière toute puissante en mal de son amour perdu, la femme introvertie et peu sûre d'elle qui veut être comme sa pote magnifique et pleine d'assurance, le méchant qui en veut toujours "plus".

imageLes acteurs sont crédibles et jouent bien, Pascal et Wiig ont l'air de s'éclater dans leurs rôles. Gadot est toujours parfaite dans le rôle mais à l'air effacée voire absente par moment.

La réalisation est très bien avec une représentation des années 80 haute en couleurs et pleine de détails, les rares scènes d'action pètent bien, les effets spéciaux sont de belle tenue pour la plupart. Mais certains FX sont franchement affreux, globalement, les scènes d'action sont assez plan-plan et on ne peut s'empêcher de se demander si on est devant une parodie ou devant une représentation 1er degré des années 80.

Pour finir, si le film peu se regarder indépendamment de tous les autres films du feu DCU, on ne peut s'empêcher de le voir comme une énième trahison à la vision de Zack Snyder. Surtout dans la séquence presque finale où est repris le très beau thème musical "Beautiful Lie" dans un "joli discours bien mielleux" de Wonder Woman.

Bref, encore une fois Wonder Woman 1984 n'est ni bon ni mauvais, bien au contraire.


Le contre-avis de Cedric :
imageJe trouve Sylvain bien complaisant face à ce Wonder Woman 84 d’une pauvreté abyssale dans tous les domaines. Un scénario con comme une blette, des retournements de situation visibles à dix kilomètres et qu’on aurait vraiment aimé ne pas voir arriver tellement ils sont bateaux, un scénario con comme une endive, je sais, j’en ai déjà parlé, mais il est tellement con comme une laitue qu’il faut le souligner… Le tout servi par des acteurs qui en font des tonnes. De l’insupportable Pedro Pascal qui n’a jamais aussi mieux joué qu’avec un casque sur la gueule à l’inexpressif Chris Pine qui semble constamment jouer le débile même quand il essaie d’être sérieux, sans oublier Kristen Wiig qui cabotine à un niveau de pénibilité rarement atteint… il n’y a finalement que Gal Gadot qui, effectivement, est plus effacée comme le disait Sylvain. Mais entre nous, je pense qu’en réalité, elle s’emmerde.

Wonder Woman 84 est, au final, un navet complet. Une sombre bouse qui ferait passer Daredevil et Elektra pour des chefs d’œuvre, bref, sans doute le plus mauvais et indigeste film de super-héros jamais réalisé. Et pourtant, j’ai vu le Supergirl de 1984. C’est dire. Je n’ai même pas réussi à tenir jusqu’à la fin. J’ai préféré aller me tartiner un sandwich gorgonzola-sardine-chocolat à la place. Et bien ça m’a laissé un meilleur goût dans la bouche.
 
image

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Wonder Woman 84, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Warner Bros

Développeur : Patty Jenkins

PEGI : 3+

Prix : VOD

Wonder Woman 84, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0