Two Point Hospital Jumbo Edition (Nintendo Switch)

 

Publié le Mardi 30 mars 2021 à 12:00:00 par Steven

 

Two Point Hospital Jumbo Edition (Switch)

C'est grave docteur ?

imageVous l’aurez sans doute remarqué mais depuis quelques temps, une vague de nostalgie plane sur les trentenaires actuels. Ils ont cette forte volonté de se remémorer leurs souvenirs d'enfance quel que soit le média. Par conséquent, nous nous retrouvons dernièrement avec une multitude de remake, de remaster, de rééditions de films, dessins animés et de jeux vidéo. Certaines versions sont très bonnes mais, dans la plupart des cas, nous ne retrouvons pas l’esssence qui charmait nos souvenirs. Cela provient souvent du fait que des décennies se sont écoulées. Et mine de rien, ce qui nous plaisait avant a sans doute un goût de “déjà vu” maintenant, un aspect daté. Mais d’autres studios procèdent différemment. C’est le cas de Two Point Studio, développeur du jeu que nous allons voir aujourd’hui. Ils ont préféré récupérer l’essence de leur jeu fétiche afin de plaire aux nostalgiques sans oublier de le moderniser et de le conformer aux standards actuels pour capter un nouveau public. Dans notre cas, nous parlons du jeu Two Point Hospital qui essaye de faire revivre la gloire passée du studio Bullfrog avec son célèbre jeu Theme Hospital. Alors docteur, est-ce que Two Point Hospital : Jumbo Édition a réussi son pari de faire revivre ce jeu mythique ? C’est ce que l’on va voir dans cette consultation.

imageAvant de parler du jeu, il faut savoir que le studio Two Point Studio a été fondé à partir d’anciens membres de la team Bullfrog, Theme hospital. Donc, autant dire qu’ils étaient les mieux placés pour savoir ce qui plaisait dans le jeu. Passer cette information, que vaut le jeu sur Switch. Nous avons affaire, dans ce test, à la version Jumbo Édition, c'est-à-dire la version GOTY. Elle comprend le jeu de base, sortie en 2018, ainsi que ses quatre DLC, sortis entre 2018 et 2020, nommés respectivement : Bigfoot, l'île de Pebberley, rencontre du troisième type, en pleine nature. En plus, deux packs d'objets débloqués, permettant de personnaliser votre hôpital, sont offerts.

On va enlever directement le doute qui peut exister concernant le portage d'un jeu de gestion PC vers le format console. Oui Two point Hospital se joue parfaitement bien sur Switch. Un certain nombre de touches comme X, Y, flèches du haut, clics des joysticks ont été mises à contribution afin de donner des raccourcis. Cela aide à jongler entre la création de salle, la lecture des mails, les objectifs à effectuer et la gestion de la vitesse du jeu. En outre, le jeu n'étant pas gourmand graphiquement, l’ensemble est très fluide et agréable. Seuls les sauvegardes et les temps de chargement entre le passage de niveaux sont un peu longuets. La Switch fait très bien son travail.

imageLe jeu est articulé de la façon suivante, vous allez passer d'hôpital en hôpital, chacun représentant un niveau afin d’augmenter la réputation de votre compagnie : la Two Point Fondation. Un niveau se décompose de cette manière: Avec un budget alloué, vous allez procéder à la création de votre hôpital. Les fondations et les murs seront présents par défaut, à vous d’ajuster la mise en place de vos différentes salles et de le remplir. Plus tard, il sera également possible d’acheter des terrains pour y construire un hôpital annexe. Mais une fois encore les murs porteurs vous sont imposés. La complexité réside bien sûr sur la juxtaposition des diverses superficies des salles afin de tout optimiser pour limiter les espaces vides et limiter au maximum les aller venus de vos futurs patients. A vous de trouver la taille adéquate afin d’y installer tous les éléments nécessaires pour rendre votre salle la plus fonctionnelle possible. Par exemple, un bureau, des classeurs au minimum pour le bureau d’un médecin généraliste. Si vous ajoutez des objets supplémentaires comme des plantes, une poubelle ou une armoire à pharmacie vous augmenterez le niveau de la salle et ainsi la notoriété de votre hôpital. Il est important de noter que tous ses ajouts ont bien sûr un coût non négligeable. La gestion et l'embellissement de vos couloirs font également partie du jeu.



imageUne fois votre hôpital fraîchement optimisé, voici le déroulement du niveau. Vous allez devoir remplir différents objectifs tels qu'avoir un pourcentage de guérison nettement supérieur au décès, former des chercheurs ou garder une température optimale dans votre hôpital. La réalisation de vos objectifs vous fera gagner des étoiles, (un max de trois étoiles par hôpital ). Chaque étoile vous permettra de débloquer, sans carte vitale, des éléments non négligeables pour la suite de l’aventure. Ces objectifs seront dorénavant votre mot d’ordre dans la vie de directeur. Ils sont suffisamment différents pour casser un peu la routine entre chaque centre hospitalier. En plus de ne pas être simple, ils vous feront aussi prendre des risques car ils vous demanderont souvent de dépenser de l’argent dans des moments inappropriés. La dette ne sera pas loin si vous n'êtes pas suffisamment bien préparé. Pour remédier à cela, Il sera possible d’augmenter les tarif des consultations, de faire des emprunts, de licencier du personnel ou revendre du matériel. Vous pourrez aussi lancer des campagnes marketing afin d'améliorer votre notoriété. La gestion du personnel entre aussi dans l'équation. Il faudra engager un médecin compétent et volontaire au salaire élevé plutôt que d’engager des employés fainéants que vous retrouvez souvent en salle de repos. De plus, le personnel pourra suivre des formations pour acquérir de nouvelles compétences. Ils bénéficieront donc de primes. La casquette de directeur entre niveau d'hôpital et gestion RH prend tout son sens.

imageSi cela n'était pas assez dense à gérer, des événement aléatoires viendront s’ajouter pour mettre encore plus de dawa dans votre fondation. Certains hôpitaux subiront des secousses sismiques, d'autres géreront l'arrivée fréquente d’urgences, un souci de centrale nucléaire non loin angoissera la population ou encore un climat défavorable. Vous n’allez jamais vous ennuyer. Je vous énumère beaucoup de paramètres mais nous sommes clairement dans le jeu de gestion accessible. L’ensemble est à la portée de tout le monde. Il vous arrivera de recommencer un hôpital à zéro mais généralement, on s’en sort bien. A vous ensuite de faire le maximum de salles afin de répondre à toutes les maladies loufoques du jeu. En effet, l’autre composante glamour du titre est son côté ultra décalé, très second degré. Nous sommes en présence d’un jeu sérieux dans son fond mais pas dans sa forme. Les maladies sont toutes plus drôles les unes que les autres. Entre la maladie des clowns ou des têtes d’ampoules (au sens propre), on s'amuse à découvrir les pathologies trouvées par les développeurs et les machines inventées pour les guérir. Par exemple, pour la maladie du chien, dans la salle dédiée, un infirmier va lancer une baballe dans une niche piégée dans laquelle le patient va s’y engouffrer. C’est un vrai plaisir de découvrir la vie de ces patients et leur guérison.

imageMais au final qu’est ce que je pense du jeu ?? 20 ans après Theme Hospital, Two Point Hospital réussit son pari. Le charme est là. On s'amuse toujours autant à faire le patron d’un hôpital, à jouer entre le budget, la gestion de la place et de son personnel. Le fait d’avoir ajouter des objectifs clairement identifiables pour finir le niveau et des étoiles est vraiment sympa pour renouveler l'expérience. Ne vous attendez tout de même pas à être dans un coma artificiel. Sans que le jeu soit difficile, la gestion reste frénétique afin de tout optimiser. A chaque niveau, à un moment donné, il y a une bascule et tout s'accélère. C’est intense et grisant. On est submergé par les demandes d’urgence, de prime, de formation, de clients pas contents, etc. Sans vous donner une migraine pour autant. Le jeu nous autorise à le mettre en pause pour crever l'abcès et corriger les manques ou défauts de notre hôpital. Mais une fois le pansement posé, la machine repart de plus belle.

imageCependant, on va appuyer là où ça fait un peu mal. Malgré l’envie de casser sans cesse la routine, le management d’un hôpital se déroule toujours de la même manière. Mise en place des salles, gains d’argent, investissements dans des salles, gain d’argent, accroissement,... Enchaîner les niveaux pourra être assez rébarbatif pour certains. Mais c’est un peu l'hôpital qui se fout de la charité, ce souci est inhérent à ce genre de production. Et ce ne sont pas les DLC qui vont renouveler foncièrement le gameplay mis en place. Chacun d’entre eux apportent 3 nouveaux hôpitaux et une multitude de maladies. Il y a donc des petits arrangements dans la forme mais pas dans le fond. Bigfoot : c’est surtout la météo et le froid à gérer ici, vous aurez aussi un hôpital financé par des subventions d'Etat, vous devrez remplir des objectifs pour recevoir un salaire. Ce n'est pas un bouleversement mais la gestion de son portefeuille change un peu. île de Pebberley : vous commencez avec un hôpital dévasté par une tempête, un autre vous devrez gérer avec des hordes de patients. Rencontre du troisième type : une des particularités sera de dénicher les extraterrestres, il faudra encore plus se focaliser sur vos patients. Une sorte de loup garou dans le monde hospitalier En pleine nature : sans doute le plus rafraîchissant car un des hôpitaux vous demandera de faire corps avec votre environnement. Un pourcentage de bien-être sera votre revenu. En tout cas, on ne peut pas lui reprocher d'être généreux, avec l’ajout dans l'ordonnance de ses DLC,il n’y a pas moins de 27 niveaux à faire.
 

Two Point Hospital sait faire renaître un jeu en sachant parfaitement mélanger nostalgie et modernité. L’humour très efficace, en tout cas pour moi, couplé avec un gameplay easy to learn hard to master, fait ici écho. Et c’est une bonne chose. Prenez le temps de mettre en place votre hôpital et quand tout fonctionne sur des roulettes c’est un vrai bonheur. En plus, je n’ai pas appuyé sur ce point dans mon argumentation mais, le côté nomade de la Switch est clairement un avantage. Le jeu est clairement calibré pour des grosses comme des petites sessions de jeu, un peu partout, quand on a le temps. Attention il est souvent compliqué d'éteindre la console en pleine partie tellement on est impliqué. Par contre, je ne peux pas passer à côté du fait que chaque hôpital, même si les objectifs et certaines mécaniques changent, nous avons plus ou moins affaire au même gameplay et à la redondance des tâches. Il n'empêche que le rapport qualité/quantité prix va clairement dans le bon sens. Il serait bête de passer à côté, si comme moi vous avez été un fan du jeu original ou si vous voulez découvrir sa suite spirituelle qu’il faut avoir fait de toute urgence dans sa vie de gamer.

Et pour ceux qui veulent voir ce que donne le titre en vidéo, vous pouvez retrouver ce test sur la chaîne de File Dans Ta Chambre, l'annexe secrète de GamAlive.
 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Two Point Hospital Jumbo Edition (Nintendo Switch)

Plateformes : Switch

Editeur : Sega

Développeur : Two Point Studios, Red Kite Games Limited

PEGI : 3+

Prix : 39,99 €

Two Point Hospital Jumbo Edition (Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0