Gylt (PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, PC)

 

Publié le Vendredi 7 juillet 2023 à 12:00:00 par Romain Cappelletti

 

Test Gylt (PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, PC)

A la fois mignon et flippant

imagePrécédemment sorti en tant qu'exclusivité Stadia en novembre 2019, Gylt a été adapté pour une sortie multiplateformes le 06 juillet 2023.
Edité par Tequila Works, à qui on doit des jeux comme Deadlight ou Rime, et prochainement Song of Nunu en collaboration avec Riot Games, et co-développé par Tequila Works et Parallel Circles Limited, Gylt est un jeu en 3D qui mêle aventure, infiltration, réflexion et horreur dans un cocktail qui fait mouche.

Le joueur incarne Sally, une petite fille d'une dizaine d'années, qui est à la recherche de sa cousine Emily. Un soir, elle fera la rencontre d'un vieil homme mystérieux et sera transportée dans un monde parallèle. Un monde qui ressemble à la ville dans laquelle vit Sally, mais dont la population a été remplacée par des monstres terrifiants.

Tout en dénonçant le harcèlement scolaire et en mettant en avant la souffrance des enfants qui en sont victimes, Gylt jouit d'une direction artistique très "dessin animé", avec des couleurs équilibrées et une gestion de la lumière très réussie. On identifie d'un coup d'oeil les éléments avec lesquels on peut interagir et on se perd assez rarement dans les niveaux.
 


imageL'ambiance sonore est de grande qualité : les sons sont flippants et retranscrivent bien les actions, de plus il y a assez peu de moments de "vide sonore", et toujours une lampe qui grésille ou un volet qui grince, ce qui maintient le joueur en alerte.
Les musiques sont cools mais pas transcendantes. Elles remplissent bien leur rôle.
Le jeu cède rarement à la facilité pour faire peur, et c'est une bonne chose : il sera très rare qu'un ennemi apparaisse soudainement sur votre écran pour vous faire sursauter. Au contraire, Gylt mise énormément sur son ambiance et sur ses sons localisés pour faire monter la pression : lorsque le joueur est proche d'un ennemi, la musique se renforce et le coeur de Sally s'emballe... Les monstres poussent parfois des cris depuis les salles adjacentes, comme pour rappeler au joueur qu'ils ne sont jamais bien loin... Des écritures menaçantes sont souvent visibles sur les murs comme "We see you" (Nous te voyons)...

L'histoire en elle-même est très simple, elle tient sur une feuille de PQ : Sally va chercher Emily, point. C'est un peu court, mais ce qui est plus intéressant dans la narration, ce sont les différents secrets qu'on peut trouver. Comme des dessins qui relatent le passé de Sally et Emily, ou différents livres et carnets via lesquels on en apprend plus sur le monde dans lequel les jeunes filles ont été transportées. La narration passe aussi par l'environnement : le jeu compile beaucoup de petites mises en scène, notamment des scènes de harcèlement ou de violence physique, reproduites par des mannequins, et qui donnent un aperçu des épreuves par lesquelles ont dû passer les protagonistes.

Un gameplay simple mais efficace.
image Gylt commence vraiment comme un jeu d'horreur : Sally n'a pas d'arme, seulement une lampe torche. Elle peut courir sur une courte distance, se baisser pour être plus discrète, et parfois ramasser une canette et la lancer pour distraire les ennemis, mais c'est tout. Et le jeu fonctionne très bien comme ça. Alors on est assez surpris lorsqu'après une heure de jeu environ, Sally trouve une arme. Le gameplay, qui jusqu'ici était purement axé sur l'infiltration et l'horreur, se mue assez rapidement en survival horror : une fois Sally armée, on a beaucoup moins peur des ennemis, donc se faire repérer n'est plus aussi dangereux et on se sent tout de suite bien plus à l'aise dans les niveaux. Certes l'arme de Sally est une lampe torche qui nécessite des piles pour fonctionner, mais le jeu est extrêmement généreux en munitions, et on en est rarement à cours. C'est dommage, car on perd pas mal de l'aspect horreur et de la sensation de vulnérabilité portée par la petite fille...
D'un autre côté, les armes sont aussi utilsées dans les énigmes et les puzzles, ce qui les enrichit.

Les puzzles et les énigmes ne cassent pas trois pattes à un canard, il s'agira souvent de déplacer des objets, allumer ou éteindre des intérrupteurs, ou diriger le faisceau de la lampe torche sur une cible. Evidemment certaines énigmes sont plus complexes que d'autres, mais le joueur moyen n'aura pas besoin de connecter plus 4 ou 5 neurones pour les réussir. Si d'aventures, on en vient à bloquer sur une énigme, Sally donnera un indice sur ce qu'il faut faire, ça aurait pu être agaçant, mais les développeurs ont bien géré la fréquence à laquelle les indices sont donnés.

image Avant de conclure, sachez que Gylt est un jeu facile et assez court , comptez environ 6 heures pour finir l'histoire, et jusqu'à la dizaine d'heures si vous souhaitez trouver tous ses secrets. Ceci dit, il n'en demeure pas moins riche et intense, avec plusieurs ennemis et niveaux impressionants, ainsi qu'une tension qui vous prend aux tripes du début à la fin.
Gylt ne réinvente pas la roue, mais il n'a pas vocation à le faire. C'est un bon jeu qui remplit bien les objectifs qu'ils se donne, et, même une fois armé, vous aurez peur, au moins un peu.
Avec des énigmes parfois un peu faibles mais toujours satisfaisantes et un environnement changeant qui vous fera appréhender les conséquences de vos actions, Gylt est un jeu auquel il faut jouer seul, dans le noir, et qui vous maintiendra en haleine pour quelques soirs.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Gylt (PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, PC)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4 - PS5 - Xbox Series

Editeur : Tequila Works

Développeur : Tequila Works, Parallel Circles Limited

PEGI : 12+

Prix : 34,99 €

Aller sur le site officiel

Gylt (PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0