Monster Hunter Now (mobile)

 

Publié le Lundi 25 septembre 2023 à 12:00:00 par Inès Pouille

 

Test de Monster Hunter Now (mobile)

C'est maintenant !

imageIl faut savoir que même si j’étais bien au courant de l’arrivée prochaine de ce jeu, à la base je n’en pensais pas grand chose.

Qu’on se le dise, j’avais bien autre chose à foutre, et même si j’ai toujours eu ce petit regret de n’avoir jamais pris à temps le train pour Pokémon GO, bein ça changeait rien à ma vie. Et à part Pokémon GO, comme jeu-carotte qui donne un prétexte pour sortir dehors, y’avait que Pikmin Bloom. Autant dire que c’est bien la loose. J’veux dire, on parle d’une licence mal vendue depuis des années, tout ça parce que les têtes du marketing de Nintendo Japan ont décidé que ce jeu s’adressait aux jeunes filles de moins de 25 ans qui ont aimé Animal Crossing.

Non, ce n’est pas une blague.

Mais oublions cette licence désuète pour le moment, car comme vous le savez, on parle ici de Monster Hunter Now. Le Pokémon Go de Monster Hunter. Le Pikmin Bloom de- vous avez compris.

Finalement, le vent a tourné, et alors que j’embarquais dans un vieux TER qui fleurait bon la flore bactérienne d’autrui, direction chez ma maman pour fêter son anniversaire un certain 14 septembre dans un délicieux week end de 4 jours, je me suis rappelée que ce jeu existait, et qu’il était sorti.


imageAutant vous dire que l’ambiance de l’anniversaire s’est trouvée contrastée entre la liesse désinhibée de ma chère maman et de ses amis cinquantenaires en pleine transe devant la retransmission du match de rugby du jour en plein air, et ma modeste personne en train de faire des rondes à 1h du matin dans le petit patelin de 800 habitants en cherchant des bestioles.

Finalement, c’était vraiment un chouette anniversaire.

Bref. Je n’ai pas joué à Pokémon GO comme mentionné plus haut, mais je suis au courant de ce que le jeu propose en comparaison. Autant le dire tout de suite : oui, ça manque de contenu. La boucle de gameplay est très répétitive, et la partie coopération qui devrait faire tout le sel de cette sauce Monster Hunter sur le gameplay du Pokémon GO n’est malheureusement pas encore exploitée. Comprenez par là que si les chasses à plusieurs existent, elles n’apportent rien de spécial à part partager son gibier avec des amis. Il n’y a pas encore de mécaniques de raids par exemple, où l’entraide serait essentielle pour vaincre des monstres particulièrement coriaces. A noter que cette idée de raids avec des Dragons anciens par exemple, est actuellement à l’étude chez Niantic pour du futur contenu.

Niveau chasse en solo, il est assez plaisant de partir à la recherche de monstres ou de points de récoltes (les équivalents des PokéStops, qui donnent des ressources). Le combat est assez intuitif, étrangement bien synthétisé afin de transmettre le gamefeel des opus “arcade”, avec des capacités spéciales ressemblant aux arts de chasse de Monster Hunter Generations. Ceux qui ont eu la chance de pouvoir mettre les mains sur la défunte exclusivité japonaise Monster Hunter Explore à l’époque devraient se retrouver en terrain connu.

On regrette cependant que la progression soit très lente (comptez au moins 10 niveaux avant de sortir du tutoriel, et 5 autres niveaux avant de débloquer l’accès à d’autres armes, ce qui est frustrant). La frustration se développe également quand vous commencez à avoir accès à des monstres de différentes difficultées, représentées par des étoiles : les monstres 1* donneront systématiquement des composants 1*, tandis que des monstres 3* peuvent donner des composants 1, 2, ou bien 3*, la dernière catégorie étant particulièrement rare. Si la RNG se dresse contre vous, vous pourriez bien abattre 12 Pukei 2* sans obtenir l’item de rareté 2*.

imageOui, il y a comme un parfum de vécu à ce récit. Il faut dire que si ma chance a historiquement été toujours indécente sur des jeux Monster Hunter, ici, le hasard est froissé avec moi …

Sachez cependant que là où Pokémon GO pouvait vous faire redouter chaque promenade en ville sans consulter votre smartphone de peur de rater un Pokémon rare, Monster Hunter Now permet de se balader l’esprit plus tranquille. En effet, si vous croisez un monstre pendant que l’application tourne en arrière plan, votre fidèle partenaire Felyne marquera les monstres croisés, dans une limite de 3 par jour, afin que vous puissiez les combattre de n’importe où (et oui, même aux chiottes, je sais que vous y pensiez !). De quoi assurer un peu de chasse à faire tous les jours, même si on ne se balade pas énormément.

Note à part, je ne sais pas ce qui a pris aux développeurs de sortir ce jeu la semaine de la reprise de la chasse. Le fait est qu’on ressent bien le frisson du danger, lorsqu’on est cerné de part et d’autre d’un sentier de campagne par des bourrus sans doute aussi bourrés en gilets oranges.

Mais qui ne risquerait pas sa vie pour un composant 3*?

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Monster Hunter Now (mobile)

Plateformes : Mobile

Editeur : Capcom

Développeur : Niantic

PEGI : 7+

Prix : Gratuit

Aller sur le site officiel

Monster Hunter Now (mobile)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0