Banishers : Ghosts of New Eden (PC, PS5, Xbox Series)

 

Publié le Lundi 19 février 2024 à 11:30:00 par Cedric Gasperini

 

Test Banishers : Ghosts of New Eden (PC, PS5, Xbox Series)

A la vie, à l'amour

imageAprès des années de disette durant lesquelles les développeurs se sont massivement tournés vers l’action à outrance au détriment d’une histoire très travaillée, ou vers le tout-multijoueur avec les mêmes carences scénaristiques, les jeux narratifs solo font depuis quelques temps leur retour en force. Alors que certaines licences pataugent dans un renouveau raté alors que d’autres arrivent à se relancer brillamment, on voit aussi apparaître de quoi poser les fondations de nouvelles sagas prometteuses, à l’instar de, pour ne citer que cette évidence, A Plague Tale.

Studio français qui n’a plus à faire ses preuves, Don’t Nod lance un nouveau jeu dont on imagine bien découler une saga. Banishers : Ghosts of New Eden est une de ces petites pépites qui nous avait tapé dans l’œil dès les premières images et dont le test a confirmé tout le bien qu’on pouvait imaginer de lui.

Red Mac Raith et Antea Duarte sont deux « banishers ». Des chasseurs de fantômes qui renvoient les revenants dans l’outre-tombe. Couple au travail, ils le sont aussi à la ville et leur amour semble fusionnel. Nous sommes en 1695. Antea et Red ont répondu à l’appel d’un ami qui a besoin de leurs services. Les voilà débarqués dans les nouvelles colonies américaines, à New Eden qui n’a de paradis que le nom. Et rapidement, la chasse va tourner au drame. Antea est tuée et laisse derrière lui un Red seul et effondré. Le couple n’est pas pour autant séparé : L’âme d’Antea n’a pas franchi le portail vers l’outre-monde et elle va accompagner son bienaimé dans son combat, lui offrant des capacités spectrales inédites mais, finalement, indispensables pour mener à bien leur quête.


imageEt vous voilà donc lancé dans une histoire poignante, à l’écriture soignée, où vos choix pèseront réellement sur l’ambiance et le destin du monde. Ou plutôt de votre monde, celui de votre bienaimée.

Au fil de votre exploration et de vos rencontres, vous allez devoir aider les villageois subissant une vague inexpliquée de phénomènes surnaturels, liés à des spectres pas toujours très amicaux. Entre recherche d’indices et résolution de puzzles, vous parcourez des régions sauvages, affrontez quelques fantômes. Cette partie, qui constitue l’essentiel du jeu, met en lumière les atouts de chaque personnage. Vous incarnerez un coup Red, un coup Antea, l’un agissant sur le réel, l’autre sur l’irréel et pouvant aussi voir ce qui est invisible à l’œil humain.

Niveau gameplay, on lorgne sur du God of War, la référence évidente. Et au fil de votre progression et des compétences débloquées, vos personnages gagneront en puissance et en efficacité, mais aussi en complémentarité. Les développeurs ont réussi ce pari : faire en sorte que les deux héros se complètent. D’une touche, vous pourrez passer de l’un à l’autre. Cette fonction, que vous maîtriserez rapidement, va permettre de dynamiser beaucoup les combats.

imageUne fois les missions achevées, un choix sera à faire, entre bannir l’âme d’un défunt, la laisser errer ou l’apaiser. La sanction de bannissement a pour effet de rapprocher un peu plus Antea de la résurrection. Mais êtes-vous prêt à sacrifier autant d’âmes pour cela, âmes parfois pures ? La qualité de l’écriture fait que le poids des décisions pèse véritablement sur le joueur.

Au final, Banishers : Ghosts of New Eden est une vraie bonne surprise. Certes, le jeu n’est pas dénué de défauts. On pourra lui reprocher une certaine redondance – mais légère, pas de quoi vous faire poser la manette – notamment dans le gameplay, un manque de réelle liberté, le jeu étant assez dirigiste dans son level design. On pourra reprocher quelques imperfections (synchronisation labiale), quelques ralentissements, même sur console, ou le côté RPG un peu light, qui aurait gagné à être plus poussé et plus profond. Bref, le jeu n’est pas parfait.

imageMais la qualité de son écriture, la qualité de son doublage, qui est aussi à souligner, ses graphismes soignés qui vous plongent totalement dans l’ambiance, chaque élément étant placé de manière juste, sans « forcer » le gameplay, le tout agrémenté d’une excellente ambiance sonore, ses personnages, très bien écrits et attachants, son dynamisme et son rythme, sont autant d’atouts qui balayent les défauts d’un revers de main.

Doté d’une vingtaine d’heures de durée de vie, si vous ne voulez pas faire trop de quêtes annexes (pourtant sympathiques), Banishers : Ghosts of New Eden est assurément l’un de ces jeux de cette nouvelle année sur lesquels il faut compter. Un jeu qu’il vous faut avoir. Un jeu qui promet la naissance d’une belle saga. On a déjà hâte d’en voir la suite.

imageimageimageimageimageimage

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Banishers : Ghosts of New Eden (PC, PS5, Xbox Series)

Plateformes : PC - PS5 - Xbox Series

Editeur : Focus Entertainment

Développeur : Don't Nod

PEGI : 16+

Prix :

Aller sur le site officiel

Banishers : Ghosts of New Eden (PC, PS5, Xbox Series)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0