Lysfanga : The Time Shift Warrior (Nintendo Switch)

 

Publié le Jeudi 23 mai 2024 à 11:30:00 par Cedric Gasperini

 

Test Lysfanga : The Time Shift Warrior (Nintendo Switch)

Vivre. Mourir. Recommencer.

imageSorti en février dernier, Lysfanga : The Time Shift Warrior est un projet étudiant, à la base. Un projet de fin d’année qui s’est finalement transformé en vrai jeu, complet, avec création d’un nouveau studio et tout le toutim. Et dans « tout le toutim », il y a « Quantic Dream qui publie le jeu ».

Le jeu vient de débarquer sur Nintendo Switch. Et nous l’avons testé sur cette plateforme.

Vous allez incarner Imé, une jeune guerrière qui n’est autre que l’élue aussi baptisée Lysfanga, dont le but est de protéger l’humanité des Raxes, créatures démoniaques, dans le Royaume d’Antala. Manque de bol, cette désignation s’est faite au détriment du frère jumeau d’Imé qui l’a eu plutôt mauvaise et a préféré s’évanouir dans la nature. Peu de temps après, les Raxes débarquent en nombre et menacent l’équilibre du monde. Coïncidence ?

A votre avis…


imageLysfanga : The Time Shift Warrior se présente comme un hack’n slash… mais pas que. Il offre une vraie dimension stratégique. En effet, vous allez devoir jouer avec le temps et vos réminiscences. En effet, c’est le principal élément du jeu. Vous allez débuter avec 4 boucles temporelles. Les combats se déroulent dans des sortes d’arènes fermées magiquement. Et en 4 boucles, vous devrez tuer tous les ennemis présents.
Vous pourrez mettre fin à une boucle quand vous voulez : vous aurez alors le même temps de la boucle pour poursuivre votre nettoyage. Vos actions effectuées dans la première boucle sont alors répétées par une sorte de fantôme. Autrement dit, imaginons que vous avez une dizaine d’ennemis à vaincre. Trois à l’est, trois au nord, quatre à l’ouest. Vous pouvez par exemple tuer les trois à l’est et venir en défoncer un ou deux au Nord. Jusqu’à mourir (ou stopper la boucle). Une deuxième boucle s’enclenche. Vous repartez du début de l’arène et allez buter les autre à l’ouest. Pendant ce temps-là, votre « fantôme » refait le même chemin et tue donc les trois à l’est et un ou deux au Nord. Durant la troisième boucle, il suffira de butter ceux qui n’ont pas été tués dans les précédentes boucles pour terminer le niveau. Si vous n’y arrivez pas, il faudra recommencer depuis le début.

Simples au début, ces boucles se complexifient ensuite et deviennent parfois un vrai casse-tête.  Au fil de votre progression, vous gagnerez de nouvelles boucles supplémentaires, histoire de moins galérer sur certains niveaux. Et vos boucles ne serviront pas qu’à tuer des ennemis : il faudra parfois détruire un obstacle ou prévoir d’éliminer deux monstres au même moment (via deux boucles) puisqu’ils se régénèrent l’un l’autre. Complexe quand ils sont assez éloignés, soit dit en passant…

imageVous aurez accès à différentes armes, au corps-à-corps, mais aussi à des sorts permettant d’utiliser des attaques à distance. Sans oublier les runes, qui vous offrent des bonus de rapidité, de puissance, de temps… et j’en passe.

Côté ambiance, le jeu vous plonge dans une sorte de contes des mille et une nuits qui aurait mal tourné. Très codifié « vision occidentale de la période médiévale orientale », la direction artistique réussit à nous plonger dans cette atmosphère perse, à l’architecture si particulière et facilement reconnaissable. Ça respire le mystère et la magie, le danger et l’émerveillement. En tout cas, c’est plutôt joli et on se plait à évoluer dans ces décors. Alors oui, c’est un peu vide… on aurait peut-être aimé un peu plus de personnages, d’animaux, d’insectes… enfin ne pas avoir l’impression d’évoluer dans une cité figée par le temps – même si c’est le thème principal – mais en tout cas, ça reste très joli avec une belle utilisation des effets lumineux. Quant à la musique, elle aurait mérité d’être mise plus en avant, puisqu’elle souligne parfaitement l’univers.

image

imageLe jeu offre une certaine rejouabilité, puisque l’on pourra tenter d’améliorer son temps dans les arènes ou sa manière d’utiliser les boucles. Même si, pour certaines, on va tellement galérer qu’on évitera de les refaire… dans un premier temps.

Enfin, sachez qu’il faudra une douzaine d’heures pour venir à bout du jeu.

Plutôt sympa en général, le jeu souffre toutefois de quelques défauts, notamment sur Nintendo Switch. On citera une utilisation exagérée des vibrations, pas spécialement agréables au demeurant. Un texte trop petit et un manque de lisibilité global sur écran en mode portable. Lysfanga : The Time Shift Warrior est plutôt un jeu docké, dont il faudra profiter sur écran TV (ou d’ordinateur si vous jouez à la version PC) pour en savourer la beauté et mieux voir les niveaux. Notons quelques ratés – rien de dramatique toutefois – dans la gestion de caméra. Rares, heureusement. Des petits ralentissements, là aussi sans conséquence parce que hors combat, sont aussi à noter. En attendant, il s’adapte très bien à la manette ou aux Joycons, avec une belle réactivité des touches.

imageD’autres reproches peuvent être faits au titre : la gestion des boucles aurait pu aller encore plus loin, avec des parties puzzles plus complexes, plus recherchées, et surtout, l’histoire globale est assez bateau. Ça manque d’une vraie et puissante narration, d’une ambiance épique et profonde.

Mais globalement, il faut bien avouer que c’est une réussite. On se prend au jeu et, malgré ses quelques défauts, on se laisse captiver. A tel point qu’on veut toujours aller plus loin.  Réussi, avec un beau level design, avec de bonnes idées, Lysfanga : The Time Shift Warrior est typiquement le genre de jeu dont on ira au bout, sans l’abandonner en cours de route par lassitude. Pour un premier jeu, c’est une vraie et belle réussite.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Lysfanga : The Time Shift Warrior (Nintendo Switch)

Plateformes : Switch

Editeur : Quantic Dream

Développeur : Sand Door Studio

PEGI : 7+

Prix : 24,99 €

Lysfanga : The Time Shift Warrior (Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0