Professeur Layton et le Destin Perdu (DS)

 

Publié le Mercredi 20 octobre 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test Professeur Layton et le Destin Perdu (DS)

Mystères et boules de gomme

imageRevoilà notre ami le professeur Layton et son apprenti, Luke. Nos deux grands amateurs d’énigmes vont une nouvelle fois êtes plongés dans une aventure abracadabrante qui va mettre leurs méninges à rude épreuve. Et forcément, les vôtres aussi.

N’ayons pas peur des mots. Le premier jeu du Professeur Layton, intitulé L’étrange village, a été un véritable carton. D’une originalité folle, doté d’un scénario béton, de personnages charismatiques et d’un genre passionnant, il est également sorti en plein boum de la Nintendo DS.
Même ma chère et tendre, d’ordinaire si prompte à fustiger ma passion et mon boulot et à me faire remarquer que je ferais mieux de lâcher la manette pour aller réparer le four, était tombée sous le charme. Elle a terminé les deux jeux et attend chaque année le nouvel opus avec impatience.

L’étrange village, le premier jeu, était donc une petite tuerie basé sur un système simple : un duo improbable d’enquêteur, composé d’un professeur et de son jeune apprenti, un mystère incroyable, des gens à questionner, chacun y allant de sa ou de ses petites énigmes à résoudre, le tout avec un graphisme type dessin animé du plus bel effet.

Le second opus, sorti l’année passée, était intitulé Le Professeur Layton et la boîte de Pandore. Personnellement, j’y avais nettement moins accroché. Enigmes répétitives avec le premier opus, scénario moins accrocheur, moins bien ficelé et basé dans un monde plus réaliste, énigmes amenées comme un cheveu sur la soupe… Attention, je ne dis pas que le jeu était mauvais, loin de là. Il était dans la même veine que le premier. Mais il m’avait (nettement) moins séduit.

J’attendais donc avec appréhension la troisième aventure de notre duo de choc.

screenscreenscreen

L’histoire est, une nouvelle fois, assez étonnante. Layton et Luke, son apprenti, sont dans un bus qui les emmène vers une horlogerie de Londres. En leur possession, une étrange lettre. Elle les supplie de se rendre là-bas. Mais ce qu’il y a de véritablement extraordinaire, c’est que ladite lettre a été écrite par Luke lui-même… dans 10 ans !
Comment a-t-elle fait pour leur parvenir ? Comment est-ce possible ? Pourquoi ce Luke du futur demande-t-il de l’aide à son mentor ?
screenNos deux compères veulent découvrir les réponses à ces questions et se dirigent donc vers l’horlogerie. Durant le trajet, Layton se remémore des évènements survenus la semaine précédente et qui pourraient ne pas être étrangers à cette affaire : Luke et lui étaient invités dans un jardin londonien à assister à une démonstration scientifique. Un savant assurait avoir découvert le voyage dans le temps. Pour tester la machine devant tout le monde, il a pris, comme cobaye, le premier ministre. Bien entendu, tout est allé de travers : le ministre a disparu, le savant également, et la machine a explosé.

Je ne vous en raconterai pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise. Sachez simplement que les rebondissements seront assez surprenants, pour ne pas dire complètement énormes, et devraient vous laisser pantois.

screenBon. Sachez surtout que j’ai vraiment adoré ce troisième opus. Il est, à mon sens, largement supérieur au second. Peut-être même meilleur que le premier.

La recette demeure inchangée. Layton et Luke se baladent de lieu en lieu pour démêler l’écheveau. Et d’écheveau, c’est un vrai pur sang. On est toujours à cliquer sur les personnages que l’on rencontre, à parcourir du stylet les décors pour trouver des pièces SOS qui vous permettront d’acheter des indices lorsque les énigmes seront trop difficiles… bref c’est du déjà-vu. Il n’y a, en fait, aucune innovation sur ce jeu. Quelques changements de base, tout juste. Pas d’appareil photo à remonter. Ici, c’est un livre d’image dans lequel on collera des vignettes pour créer une histoire (la première est simpliste et sans grand intérêt, les autres sont plus amusantes). Le hamster, quant à lui, est changé en voiture. Il faudra parcourir 10 circuits en indiquant à une voiture automatique quel chemin prendre pour le compléter, via des panneaux et bonus à disséminer sur le parcours. Sympa, mais simple gadget.

Mais alors, pourquoi un tel engouement sur un jeu qui, en fait, n’a pas bougé d’un iota d’un opus à l’autre ?

screenscreenscreen

screenParce que ce troisième volet des aventures de Layton est vraiment bien ficelé. Le scénario est captivant. A tel point que je me suis surpris, parfois, à zapper des énigmes pour aller plus vite et découvrir plus rapidement les indices suivants (on peut toujours récupérer les énigmes ratées chez Mémé Mystère). Ce scénario s’inscrit dans une fiction plus assumée que le second opus. Et surtout, les énigmes sont nettement mieux amenées. La plupart du temps, elles ont une signification et s’inscrivent véritablement dans la logique de l’histoire. Ce n’est pas du « oh bonjour, je ne vous connais pas mais j’ai envie de vous soumettre une énigme ». Il y a presque toujours une raison au fait qu’un personnage vous en pose une. Et certaines sont vraiment capitales pour la suite du jeu.
Mieux encore. Répétitives et redondantes par rapport au premier jeu dans sa suite, les énigmes sont ici nouvelles, fraîches, sympathiques et moins souvent tirées par les cheveux.
On a vraiment l’impression d’en avoir une nouvelle série, et non pas une sorte de décalcomanie des précédentes. Elles semblent surtout mieux diluée dans l’histoire qui, du coup, prend plus d’importance.

165 énigmes à résoudre, des décors et des petits films d’animation toujours aussi sympathiques, ce Professeur Layton et le Destin perdu est une petite merveille, tout simplement.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Professeur Layton et le Destin Perdu (DS)

Plateformes : DS

Editeur : Nintendo

Développeur : Level 5

PEGI : 7+

Prix : 40 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

 

 

0