Vanquish (Xbox 360/PS3)

 

Publié le Mardi 26 octobre 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test Vanquish (Xbox 360/PS3)

Sans peur et sans répis

imageSi MadWorld avait su me séduire, j’ai été nettement plus réservé (vraiment nettement plus) sur Bayonetta. Autant dire que le studio PlatinumGames a, pour moi, encore tout à prouver. Vanquish débarque donc à point nommé pour asseoir ou enterrer la réputation des développeurs. A leur crédit, on peut rappeler que le jeu est une association avec Shinji Mikami, le créateur de la série des Resident Evil. Sauf que pour le coup, ici, pas un zombie ne vient trainer ses miasmes. Nous sommes dans le futur. Et le futur sera non seulement spatial, mais également violent. Ça va défourailler sec dans les étoiles.
 
On s’attendait à ce que soit suite à une catastrophe naturelle. Genre tremblement de terre, déchirement final de la faille de San Andreas ou, dans le pire des cas, concert de Céline Dion. Il n’en fut rien. San Francisco a été définitivement rayé de la carte suite à une attaque terroriste. Et ces terroristes n’ont pas non plus bombardé la ville à grands renforts de Halwâ Soudji ou de chèvres rachitiques : ils ne viennent pas d’un pays du Moyen-Orient mais de Russie. Parfaitement. Et en Russie, le plat typique, c’est le missile nucléaire envoyé à partir d’une station orbitale.
Zaitsev, le boss des méchants, s’apprête d’ailleurs à faire goûter sa spécialité à d’autres villes des USA : New York est la prochaine sur la liste.
 
Nos amis sauveurs de l’humanité envoient donc des troupes dans l’espace pour aller régler le problème. Et vous faites partie du voyage. Vous, c’est Sam Gideon, ancien footballeur pro, devenu soldat d’élite grâce à ses capacités physiques hors-norme. Vous êtes également aidé d’une combinaison spéciale, l'Augmented Reaction Suit, aux pouvoirs surhumains. Et autour de vous (et dans vos oreilles), des amis, des guides, des soutiens. Du soutien, vous allez en avoir sacrément besoin : ce n’est pas vraiment une visite de courtoisie que vous vous apprêtez à faire. Et ça tombe bien, en face, ils n’ont pas sorti la belle vaisselle.
 
screenscreenscreen
 
Vanquish a été développé au Japon. Et le jeu va vous faire découvrir à quel point les nippons sont férus de vélo. Si, si. Forcément. Ce jeu est totalement dopé. C’est un bidon entier de pot belge que les développeurs ont versé dans leur code. Car Vanquish n’est pas un simple jeu d’action comme on en connait tant en occident : des phases de shoot avec des temps morts pour développer l’histoire, donner de la profondeur aux personnages et vous apprendre la reproduction des gastéropodes en milieu aquatique. On a les personnages, on a le sujet, c’est clair, limpide, maintenant il faut que ça pète. Et pour péter, Vanquish pète. Durant les six heures (seulement) du jeu, vous allez en prendre plein la gueule. Et l’expression est bien choisie et en rien vulgaire. C’est une réalité. Ce jeu est une véritable tuerie rythmé comme une F1 à laquelle on aurait rajouté des bombonnes de boost.
 
screenQue ce soit durant les promenades dans divers couloirs ou dans des aires plus étendues (avec quelques moments d’anthologie), vous allez vivre l’action à 200 à l’heure.
Pour faire face aux hordes ennemies qui, du soldat de base pas forcément balaise mais sacrément nombreux, aux gros boss de fin de niveau qui chopent tout l’écran tellement ils sont énormes, en passant par des ennemis qui manient le missile comme un boulanger le pétrissage de pâte à pain, il va vous falloir des réflexes, agir vite, penser encore plus vite, et viser juste.
 
screenHeureusement, votre plus bel atout sera votre combinaison. Non seulement elle vous permet d’encaisser un nombre impressionnant de tirs et d’être rapide, mais en plus elle est dotée de tout un tas de petits gadgets bien agréables. Elle permet notamment de ralentir le temps, à la façon d’un bullet time pour aligner les ennemis en série. Juste un conseil, pendant qu’elle se recharge (parce que oui, elle se recharge toute seule), ne restez pas planqué dans un coin : arrêter d’être en mouvement, dans le jeu, c’est être mort. Cette combi vous permettra également de matérialiser des armes, à la manière d’un Transformer. Fusil d’assaut, fusil à pompe, fusil de sniper, mitrailleuse lourde, lance-roquettes, lance-disques (qui rebondissent sur les murs)… il y a de quoi se faire plaisir.
 
Notez que vous pourrez améliorer ces armes (en récupérant des bonus sous la forme de carrés verts) en leur permettant d’avoir plus de munitions, de faire plus de dégâts ou d’être plus précis, par exemple.
 
Les boss de fins seront géants, et façon old-school, il faudra shooter certaines parties de leur anatomie, type articulations, à répétition, avant de les achever tout à fait.
 
screenscreenscreen
 
screenVanquish souffre toutefois de quelques petits défauts. Outre sa durée de vie faiblarde, il n’offre aucun multijoueur. Un choix assez étonnant tant il y avait matière à bien s’éclater, notamment en coop. Ensuite, il est somme tout assez « graphiquement répétitif ». On est dans la station orbitale et d’un point de vue décor, c’est un peu toujours la même chose. Heureusement, quand bien même on pourra regretter ce manque de diversité, le jeu est vraiment joli. Les animations sont bien foutues et, surtout, même si l’action est détonante à l’écran, pas un ralentissement n’est à déplorer.
On aura aussi parfois tendance à trouver certains boss ou affrontements un poil redondants.
 
Reste que, malgré ces quelques petits reproches, Vanquish est une bonne et belle claque. Bourrin à souhait, nerveux comme si vous étiez sous perf de café pur, doté d’une réalisation irréprochable, superbe, vraiment prenant, il est ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans le genre. J’avoue y avoir retrouvé certaines sensations des vieux hits des années 80/90, à suer sang et eau pour finir un jeu, mais avec une réalisation moderne.
Si vous aimez le genre, ne passez surtout pas à côté.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Vanquish (Xbox 360/PS3)

Plateformes : Xbox 360 - PS3

Editeur : Sega

Développeur : Platinum Games

PEGI : 18+

Prix : 70 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

 

 

Images du jeu Vanquish (Xbox 360/PS3) :

0