Rocketbirds : Hardboiled Chicken (PC)

 

Publié le Mercredi 7 novembre 2012 à 14:00:00 par Alexandre Combralier

 

Rocketbirds Hardboiled Chicken (PC)

Chicken gun

screenSi je vous dis « Poulet », vous penserez probablement à « Purée » ou à « Flic ». Dans la majorité des cas, ce sont ces deux réponses qui reviennent le plus. Rares sont ceux qui s’en éloignent. Encore plus rares ceux qui s’en écartent aussi loin que les Texans de Ratloop. Quand quelqu’un leur a dit « Poulet », ceux-ci ont immédiatement répondu : « Excellente base de scénario pour un plateformer-action 2D, n’est-il pas ? ». La genèse de Rocketbirds : Hardboiled Chicken est entourée de fumée (sans doute celle rejetée par les exotiques produits jamaïcains qui furent consommés avec zèle et application). Il faut dire qu’on a beaucoup de peine à comprendre comment ces Texans en sont arrivés à leur pitch de départ. Rocketbirds : Hardboiled Chicken vous place donc dans la peau (ou plutôt les plumes) du Poulet dur à cuire éponyme. Un poulet tout à fait normal, à ceci près qu’il parle, qu’il porte des kalachs et qu’il est barraqué comme Stallone. Bien évidemment, Hardboiled Chicken et ses potes poulets doivent arrêter des Manchots totalitaires avant qu’il ne soit trop tard. 

screenscreenscreen

screenLe scénario de Rocketbirds : Hardboiled Chicken est légèrement barré. A peine. L’ambiance restera peu ou prou la même durant toute l’aventure : entre des dialogues souvent risibles, jamais lourdingues et des décors fourmillant de clins d’œil et autres pures déconnades, impossible de s’y tromper, Rocketbirds : Hardboiled Chicken ne se prend jamais au sérieux et c’est tant mieux. La force de son humour 100 % non-sense, jusqu’à la séquence de fin, réside cependant bien plus dans ces petites touches successives de dérision que dans les cut-scenes, trop longuettes et curieusement moins drôles. On vous conseille d’ailleurs de jouer en version originale, même si une traduction française est proposée.
 
screenRocketbirds : Hardboiled Chicken est donc un jeu drôle, et il nous fallait commencer par là tant on trouve que trop rares sont les softs qui misent à ce point sur la carte dérision. Mais dans « jeu drôle », il y aussi « jeu », et il nous faut donc voir ce qui différencie le soft de Ratloop du premier Carambar venu. Les joueurs de la version PS3, sortie il y a pile-poil un an, ne seront pas dépaysés : Rocketbirds : Hardboiled Chicken est un jeu en 2D finalement très classique, alternant entre séquences de plateforme, d’énigmes et d’action. 
 
Plus fin qu’il ne pourrait en avoir l’air, Rocketbirds : Hardboiled Chicken sera pourtant loin de décrocher le premier prix du Concours Lépine. Le jeu reprend des mécanismes usités depuis les années 1980. Dans les phases de plateforme et d’énigmes, on tente simplement d’aller à un point A à un point B : pour ce faire, de nombreux détours seront requis pour trouver les passes nécessaires pour ouvrir certaines portes, et, dans ce but noble et louable, il faudra circuler entre les tableaux des différents niveaux en réussissant dans un ordre bien précis certaines tâches données (la plupart du temps, actionner correctement une série d’élévateurs). L’architecture générale des tableaux est généralement assez bien pensée pour que le joueur ne s’y perde pas. Sans être trop difficiles à trouver, les solutions aux embûches sur la route du joueur ne seront jamais simplistes ou illogiques. Un équilibre sans doute bien pesé.

 
screenscreenscreen
 
screenLes phases de combat jouent dans un registre encore plus connu. Aucune touche « Recharger » (mais il faudra veiller à récupérer les munitions laissées par les ennemis), assez peu de possibilités de mise à couvert (parfois, derrière une caisse ou dans l’arrière-plan du décor), très peu de types d’ennemis différents, et quatre armes disponibles (les grenades, le pistolet, le fusil automatique et le fusil à pompe). On tire nécessairement horizontalement, le plus simplement du monde, debout ou accroupi. Ratloop a eu le bon goût de ne pas inclure une barre de vie auto-régénérante qui aurait certainement rendu les affrontements plus bourrins. En l’occurrence, ils pourront d’abord être périlleux au cas où le joueur serait cerné (surtout que le Hardboiled souffre d’une inertie parfois exaspérante), mais, une fois la bonne technique retenue, ils ne devraient poser plus aucun problème.
 
screenRocketbirds : Hardboiled Chicken se distingue heureusement par ses insectes à cervelle. Expliquons-nous : le « Brain Bugs » est une sorte de grenade que le joueur peut lancer sur n’importe quel ennemi pour en prendre le contrôle. Il pourra bien sûr s’en servir pour tuer d’autres ennemis sans user ses munitions. Mais, là où ça devient plus intéressant, c’est lorsqu’il devient nécessaire de jouer avec le contrôle de nos adversaires Manchots dans la résolution d’énigmes. 
 
Il n’en demeure pas moins que le jeu est basé sur des mécanismes somme toute répétitifs, impression cependant nuancée par les trois phases de Jet-Pack, divertissements sous forme de Shoot them up, lors desquels notre Poulet sauveur du monde se livrera à de mémorables joutes aériennes. Là encore, le gameplay est très simple et on sent bien que ces séquences ont d’abord été apportées moins pour offrir des phases particulièrement excitantes que pour briser un certain sentiment de lassitude qui pourrait commencer à s’installer.

 
screenscreenscreen
 
screenUne monotonie qui n’est en revanche aucunement entretenue par l’ambiance graphique du jeu. On vous fera d’ailleurs voir du pays entre la jungle, le centre-ville, les souterrains, le musée, la fusée... En tant que projet indépendant, Rocketbirds : Hardboiled Chicken ne vous arrachera certes pas vos deux précieux globes. Mais les décors, non seulement variés, sont aussi très réussis : on ne s’est pas moqué de nous, il s’agit bien de la 2D des années 2010. Ce qu’on constate le mieux sur les jeux de lumière, sacrés succès d’une direction artistique franchement agréable à l’œil.
 
screenUne monotonie qui aura d’ailleurs encore moins le temps de s’installer si l’on considère la durée de vie du jeu : trois petites heures en mode solo. C’est très court, même pour un titre vendu huit euros. Or c’est lorsque l’on a l’impression que le jeu va vraiment commencer et nous offrir des séquences plus enivrantes, que le générique de fin apparaît. Les 15 chapitres originaux sont cependant complétés par une toute nouvelle campagne en coopération jouable, et, autre nouveauté,, aussi bien en local qu’en online. 10 chapitres supplémentaires qui viennent forcément compenser l’étroitesse du contenant. Néanmoins, la campagne multijoueur se déroule la majorité du temps sur des environnements de la campagne solo, et surtout n'est pas aussi inspirée que ce que l'on aurait souhaité.
 
Avec du recul, on s’aperçoit que Rocketbirds : Hardboiled Chicken ne manque pas de points forts. Un scénario (ou plutôt des dizaines de mini-sketches) burlesque, une ambiance graphique réussie, à quoi il faut rajouter une bande-son qui sort de l’ordinaire par le soin qui y a été apporté. Celle-ci est signée du groupe de rock New World Revolution, et viendra s’intercaler aussi bien dans les cinématiques que dans les niveaux eux-mêmes.

 
screenscreenscreen
 
Le problème, finalement, c’est qu’on a l’impression que tout cela n’existe que pour empêcher de penser à un gameplay éculé qui aura eu du mal à nous enthousiasmer. Un cache-misère, oui, mais un cache-misère à même de remplir en grande partie son office. Superficiel, Rocketbirds : Hardboiled Chicken l’est assurément, et c’est d’abord parce qu’il manque de profondeur. Loin d’être un grand jeu vidéo, le titre de Ratloop n’en reste pas moins un honnête passe-temps pour qui voudra bien prêter plus attention à l’emballage. Si le charme persiste, tout indique que vous passerez un bon moment. 
 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Rocketbirds : Hardboiled Chicken (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Ratloop

Développeur : Ratloop

PEGI : 12+

Prix : 7,99 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Rocketbirds : Hardboiled Chicken (PC) :

0