Paper Mario Sticker Star (3DS)

 

Publié le Vendredi 28 décembre 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Paper Mario Sticker Star

La colle est à consommer avec modération

imageRebelotte.

C’est la fête des stickers et, telle une rockeuse en robe de princesse, Peach est sur scène devant des centaines de Toad, ces petits bonshommes avec des champeaux en forme de champignons blancs à points rouges. Alors qu’elle s’apprête à lancer un riff de folie et mettre le feu à sa guitare avant d’arracher ses vêtements et dévoiler une guêpière noire cloutée – on peut toujours rêver, non ? - , Bowser débarque et l’enlève. Une nouvelle fois.

Passée la déception de voir à quel point les développeurs de Nintendo sont affligeants quand il s’agit de renouveler leurs scenarii, on se rend compte que le monde de Mario est en proie à un chaos total. Lors de son apparition, Bowser a touché l’étoile des Stickers et du coup, toutes les images se sont répandues à travers le monde Champignon. Lorsque Mario rouvre les yeux, la place sur laquelle se déroulait la fête est dévastée. Les Toad sont placardés contre les murs comme de vulgaires affiches, ratatinés sous des caisses ou objets du décor, voire roulés en posters et jetés dans un coin…

Bienvenu dans l’univers de Paper Mario.

screenscreenscreen

Notre héros va donc devoir délivrer ses petits amis. Certains sont bien cachés, d’ailleurs, dans l’espoir d’échapper au tyran Bowser qui est l’unique responsable de ce désastre. Soutenu par l’étoile de Stickers, au caractère bien trempé, Mario va parcourir les niveaux dans la joie et la bonne humeur.

screenCes pérégrinations sont présentées sous la forme d’un jeu de plateforme, simple, pour ne pas dire simpliste, dans lequel évolue le héros. Il frappe les blocs, récupère des pièces, libère les Toad… et récupère des stickers.
En effet, le jeu met en avant la collectionnite aigue d’images à coller dans votre album. Ces images ne sont pas inutiles. Elles s’utilisent en effet lors des combats contre les ennemis. Chaque fois que vous en croisez, vous les affrontez dans des petits combats au tour par tour, un peu à la manière d’un Final Fantasy première génération. Les stickers vous servent à frapper vos adversaires : des marteaux de différentes puissances, des bottes, des carapaces de tortue… A vous de choisir lequel utiliser. Certains vous permettent également d’endormir vos ennemis ou de récupérer de l’énergie. Il y en a tout un paquet, aux effets divers et variés.
De base assez faibles, vous pouvez décupler leurs effets en appuyant sur la touche A au bon moment. Tout comme presser la même touche au bon moment lorsque vos ennemis vous attaquent permet de réduire les dégâts encaissés.
Les stickers pourront, d’autre part, servir pour reconstruire des ponts ou éléments du décor, voire résoudre certains puzzles et vous permettre d’avancer dans le jeu.

Et ?

screenscreenscreen

screenEt c’est à peu près tout. On arrêterait là le test, vous auriez déjà une bonne vision de ce qu’est Paper Mario Sticker Star. Une vision quasiment complète.
On enchaine les balades puis les combats. Ces derniers se déroulent toujours de la même manière. Vous êtes seul, vous affrontez un, deux ou trois ennemis. Vous frappez toujours en premier celui qui est le plus proche devant vous. Pas d’acolyte pour vous prêter main forte et mettre au point une tactique. Pas de possibilité de combiner des forces, de choisir ses cibles… rien.
Finalement, les combats deviennent rapidement répétitifs et offrent un intérêt très limité, d’autant plus que l’on n’y gagne que de maigres piécettes.
Les pièces, notez bien, serviront également à acheter de nouveaux stickers. C’est là toute la destinée des héros : sauver le monde et un peuple, mais devoir acheter quand même ses munitions à ceux qu’il vient de sauver, quitte à mettre le sort de toute la galaxie en péril parce que, bon, hein, c’est payant et puis c’est tout.

screenFinalement, on en vient à rapidement tenter d’éviter les ennemis, voire fuir les combats le plus possible.
On regrettera aussi l’exigence du jeu, qui vous oblige parfois à tourner en rond, à chercher la petite bête pour résoudre enfin l’énigme ou pouvoir progresser. La preuve au tout début, où vous devez sauver tous les Toad du village, sans exception, pour pouvoir avancer. Même celui qui est bien planqué derrière une maison… il faudra bien penser à vous faufiler dans une petite allée étroite, même s’il n’est pas évident du tout qu’on peut s’y aventurer, à moins d’avoir de la chance de la trouver ou qu’on vous le dise comme je viens de le faire, tout simplement. Un simple exemple pour vous montrer que c’est tout ou rien dans Paper Mario Sticker Star, mais que le tout n’est pas forcément évident à atteindre.

Heureusement, l’ambiance du jeu est agréable. Les décors sont sympathiques et le mélange 2D/3D est bien géré.
Malgré les quelques désagréments cités auparavant, le jeu fonctionne plutôt bien et est agréable à jouer, grâce à un gameplay simple et accessible.

Bref, plein d’humour et joliment fait, ce Paper Mario Sticker Star est un bon jeu, sans pour autant atteindre le niveau de ses prédécesseurs dans la série, ni se hisser dans le top des meilleurs jeux sur 3DS.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Paper Mario Sticker Star (3DS)

Plateformes : 3DS

Editeur : Nintendo

Développeur : Intelligent Systems

PEGI : 3+

Prix : 40 €

Paper Mario Sticker Star (3DS)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

 

 

Images du jeu Paper Mario Sticker Star (3DS) :

0