Dead Island Riptide (PC, Xbox 360, PS3)

 

Publié le Mardi 23 avril 2013 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Dead Island Riptide (PC, Xbox 360, PS3)

Comme un air de déjà-vu !

imageSouvenez-vous : une île paradisiaque, des cocktails, une mer bleue, des filles en bikini… jusqu’à ce que le petit coin de paradis se transforme en véritable enfer. Bienvenue à Banoi, où les humains se transforment en zombies.
Au milieu des palmiers, des complexes hôteliers chics et de la jungle luxuriante, on retrouve nos héros du premier opus : Logan, expert en lancer, Purna, experte en armes à feu, Xian, experte en armes blanches, et Sam B, expert en arme contondantes. Un petit nouveau fait son apparition : John, ancien militaire, expert au corps à corps, et qui aimer se balader avec un gant à la Wolverine. Notez d’ailleurs que vous pourrez importer votre personnage de Dead Island pour cette nouvelle aventure.

L’histoire se déroule dix jours après les évènements du premier opus. Vous avez enfin réussi à quitter l’île pour atterrir sur un navire militaire. Malheureusement, une fois sur place, vous vous rendez compte que lesdits militaires sont à la solde de labos pharmaceutiques et que votre immunité au virus les intéresse. Vous voilà donc transformés malgré vous en cobaye. Jusqu’à ce que l’épidémie frappe également les membres d’équipage et que le navire soit en perdition.
Vous échouez donc sur une nouvelle île : Palanai.
Sauf que cette île est désormais en sursis : En effet, vous allez rapidement apprendre que tout survivant que vous êtes, vous êtes désormais une menace de sécurité mondiale. Le virus qui a transformé tout le monde en zombie serait une fuite d’origine militaire et tant qu’à faire, autant atomiser l’île pour effacer toute trace de cette « légère » erreur. Et vous êtes l’une de ces traces.
Le but est donc de réussir à foutre le camp avant que d’être vaporisé façon « mes vacances à Nagasaki en 45 ».

screenscreenscreen

screenNouveaux personnages à rencontrer, nouveaux noms, mais même décors, mêmes zombies… vous aurez comme une drôle d’impression de déjà-vu.

En effet, pour beaucoup, Dead Island Riptide ne sera qu’une sorte de « DLC », un « Dead Island 1.5 ». Pas une véritable suite. Les développeurs ont en effet assuré le minimum syndical. Vraiment.

Reste à savoir si on nage en pleine flemmardise ou en plein foutage de gueule. Et nous sommes là pour vous donner quelques éléments de réponse.

screenRien n’a changé : on repère des survivants, on monte un camp et on cherche ensuite un meilleur endroit pour se protéger. La seule nouveauté est finalement une sorte de « tower-defense » dans lequel vous devez tenter de protéger les lieux contre des vagues de zombies, lesquels arrivent toujours à pénétrer dans les lieux. A vous d’armer correctement vos collègues et de faire en sorte que personne ne meure. Simple, pas forcément passionnant, ces moments manquent clairement d’aboutissement.
A part ça, vous évoluez toujours dans une carte ouverte, obéissant à des impératifs dictés par des personnages : aller chercher un objet, aller vous renseigner sur un moyen de progresser, aller sauver telle personne, aller retrouver tel truc… Vous jouez donc de l’aller-retour d’un point à un autre, utilisant dès que possible les véhicules, bien plus rapides et plus pratiques. En voiture, on peut toujours écraser du zombie. Et désormais, en bateau, on peut également les faire voltiger. Il faudra juste prendre gare à ce qu’ils ne montent pas à bord et vous devrez alors avoir recours à un QTE – rapide et un peu lourdingue – pour vous en débarrasser.

screenscreenscreen

screenDans les endroits que vous visitez, qu’ils soient villages, garages, entrepôts ou je ne sais quoi, ou même sur le corps de vos ennemis, vous récupérez des armes, de l’argent, ou des objets. Avec l’argent, vous pouvez réparer et améliorer vos armes. En effet, elles s’usent à force d’exploser le crâne de vos ennemis. En trouvant des objets, comme des clous par exemple, vous pouvez même rendre ces armes plus létales.
Et vous allez donc dégommer du zombie à tire-larigot. Des hordes et des hordes de zombies. A pied, en faisant bien attention au timing (frapper un zombie demande au personnage de faire le geste, donc le déclencher trop tôt fera qu’il frappera dans le vide).

On progresse dans une grande carte ouverte, remplie de marais, de bâtiments, d’une Marina, d’un village, d’un camping, de jungle, de routes… et chaque endroit donne lieu à de nouvelles rencontres. De nombreux survivants peuplent l’île et leur porter secours peut vous octroyer des bonus très intéressants, qu’il s’agisse de belles sommes d’argent ou d’armes inédites ou rares.

screenOn retrouve également toujours des zombies de différentes classes. Des zombies explosifs à large portée qu’il faudra donc tuer à distance. Des assassins très résistants et très forts. D’autres qui vous crachent un liquide vert empoisonné à la tête… Ceux-là, mieux vaut leur réserver vos balles (rares) ou vos couteaux de lancer. Les autres, une bonne clef à molette ou une bonne batte de baseball fera largement l’affaire. A propos des munitions, si elles sont plus nombreuses dans cet épisode, notez que les ennemis plus balèzes sont également plus nombreux. Donc grosso modo, l’un dans l’autre, ça revient au même, sans pour autant changer le jeu en gros shoot bourrin, loin de là.
Vous aurez même droit désormais à des zombies « nautiques », dont les corps flottent à la surface de l’eau, se cachant parmi d’autres cadavres, et qui se relèvent d’un seul coup pour vous sauter dessus. Plus rapides que les zombies de base, ils sont aussi un poil plus résistant.

Remplir des quêtes secondaires permettra d’améliorer la force et la cohésion de groupe. Enfin, à chaque niveau que vous passerez, vous pourrez choisir d’améliorer votre Furie, votre combat ou votre survie. Le premier concerne la rage dans laquelle vous pouvez vous mettre en plein combat, et vous octroie donc des bonus. Le second permet d’augmenter dégâts et résistances des armes et des coups. Le dernier permet d’augmenter ses capacités de crochetage, le nombre d’objets transportés, la santé… Et bien entendu, le jeu est toujours jouable à quatre en coop.

screenscreenscreen

screenGraphiquement, là encore, on est dans du déjà-vu. Si l’on regrettera un certain aliasing sur consoles et le fait que, globalement, le moteur est tout de même dépassé et se fait vieux, l’ensemble reste cohérent et pas non plus immonde à regarder, loin de là. Il y a même une belle ambiance que les fans de zombies devraient apprécier. Entre les baraques abandonnées, les cris qui résonnent au loin, les mugissements qui se font proches et, parfois, un certain silence assez déstabilisant, le jeu reste plutôt immersif.

Reste que le jeu peine à convaincre totalement. Parce que, avouons-le, il s’agit d’un vrai copié-collé du précédent jeu. Aucune innovation majeure, voire aucune innovation tout court qui viendrait renouveler l’intérêt du joueur. Et le pire, c’est que l’on retrouve tous les problèmes inhérents au premier épisode, dont de très nombreux bugs. Graphiques et de collision, certes, mais surtout au niveau des sauvegardes. Mourir et revenir dans le jeu au milieu d’une horde de zombies… c’est plutôt pénible, d’autant plus que si vous mourez directement, la sauvegarde déconne et vous renvoie en arrière par rapport à votre progression, voire carrément au début du chapitre… Perdre 5 minutes de jeu, c’est assez gonflant, mais quand il s’agit d’une heure entière, là, c’est rageant.

screenBref, les développeurs ont vraiment assuré le minimum syndical et ne sont pas loin de se foutre des joueurs avec ce nouvel épisode.

Malgré tout, s’ils sont à baffer pour cette flemmardise impardonnable, on ira mollo dans la force de la baffe. En effet, le jeu étant un copié-collé, il est aussi plaisant que le premier jeu. Autrement dit, l’ambiance est là, le gameplay particulier révèle de belles choses malgré tout et offre un vrai challenge, et puis ça reste un bon jeu. Loin d’être parfait, certes, mais bon quand même. Les fans de Dead Island premier du nom seront donc dans leur élément et apprécieront sans doute cette nouvelle aventure, tout aussi prévisible soit-elle. Si vous aimez les zombies, si vous avez aimé le premier opus, pas de raison que vous n'appréciez pas celui-ci également.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Dead Island Riptide (PC, Xbox 360, PS3)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : Deep Silver

Développeur : Techland

PEGI : 18+

Prix : 50 €

Aller sur le site officiel

Dead Island Riptide (PC, Xbox 360, PS3)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Dead Island Riptide (PC, Xbox 360, PS3) :

0