Maléfique, la critique du film

 

Publié le Lundi 2 juin 2014 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Maléfique, la critique du film

Ceci n'est pas un conte de fées

imageMaléfique, une jeune fée cornue et ailée protectrice de la Lande, fait la connaissance de Stéphane, du royaume des humains.

Elle lui fait découvrir son monde, endroit paradisiaque, rempli de fées et de créatures magnifiques. Des sentiments amoureux naissent entre eux. Mais une fois adulte, Stéphane ne vient plus voir Maléfique. Déçue, Maléfique se concentre sur la protection de son peuple car les hommes veulent s'en emparer. Elle lutte donc avec ses troupes et ses pouvoirs contre le tyrannique Roi Hubert.

Ce dernier est grièvement blessé durant la bataille. Il indique alors que celui qui arrivera à tuer Maléfique sera récompensé au-delà de ses rêves. Son fils, qui n’est autre que Stéphane, part donc retrouver la fée pour la prévenir de la menace. Alors qu'elle lui fait confiance, il la trahit, la mutile de ses ailes et revient auprès de son père pour les lui offrir en trophée.

Sombrant dans la haine, Maléfique fera tout pour se venger de Stéphane.

Vous connaissez « La belle au bois dormant », le conte de Perrault version Disney sur le bout des doigts ? Aurore, Philipe, les bonnes fées, le baiser magique et tout ?

Oubliez ! Tout ça c'est bon pour les enfants.


screenDans Maléfique, on a l'autre version du conte. Un autre point de vue serait-on tenté de dire. Où les rôles sont inversés. Où les cartes sont redistribuées.

Dans le film de Robert Stromberg, Maléfique est une bonne fée, poussée de l'autre côté du miroir par la trahison de Stéphane. Les humains ne sont qu'assoiffés de pouvoir, voulant prendre possession du paradis à leur porte. Les bonnes fées devant s'occuper d'un bébé sont des idiotes incapables. Même le prince charmant n'est qu'un "fils de" sans talent.

Tous les codes des films Disney et des contes de fées sont repris et moqués, avec humour.

Porté par la magnifique Angelina Jolie, sexy en diable avec ses cornes, le film se concentre donc sur sa relation toute particulière avec Aurore, qu'elle est obligée de surveiller et de protéger tant ces bonnes fées sont incompétentes si elle veut que sa malédiction se réalise.

screenscreenscreen

Elle Fanning campe une Aurore tout sourire, qui s'émerveille de tout. Et nullement effrayée par cette "marraine" à cornes qui la suis depuis l'enfance. Au fur et à mesure de l'histoire, on découvre que les points communs entre la princesse et l'ancienne Maléfique sont nombreux.

screenLe roi, dont la fourberie l’a fait accéder au trône, plongera dans la folie suite à la malédiction. Orgueilleux, fou et méprisable, il veut à son tour exercer sa vengeance. On est bien loin du père bien veillant et éploré.

Les décors somptueux de la Lande, mélange entre Avatar et le Seigneur des Anneaux, contraste fortement avec le pays des hommes, dont même le château de la Belle aux Bois Dormant est lugubre.

Au final, Maléfique est une version inversée du dessin animé, qui se moque des codes propres au genre. Un petit moment de bonheur qui se permet de casser les codes habituels du conte de fées et se paye même le luxe de nous interroger sur notre vision simpliste et manichéenne des faits. Un film qui, même en l'absence de violence, est tout de même à déconseiller aux enfants. 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Maléfique, la critique du film

Plateformes :

Editeur : The Walt Disney Company France

Développeur : Robert Stromberg

PEGI : {PEGI}

Prix : Cinema

Maléfique, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0