Jersey Boys, la critique du nouveau film de Clint Eastwood

 

Publié le Mercredi 18 juin 2014 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Jersey Boys, la critique du nouveau film de Clint Eastwood

Mafia, argent facile, chansons et petites pépées

imageCedric est une grosse raclure, on en conviendra tous. Mais, sans doute dû à son physique attendrissant (ou la batte de baseball qu'il porte en permanence) on ne peut rien lui refuser. Quand il m'a demandé d'aller voir le dernier film de Clint Eastwood intitulé Jersey Boys parce que "l'Inspecteur Harry, quoi ! En plus c'est un film sur des Ritals dans les années 60 ! Avec la Mafia, des filles faciles, de l'argent et tout ! Tu vas adorer !", j'ai été séduit par le pitch. Alors j'y suis allé avec plaisir. 

Et donc Cedric est un enflure.

Parce que Jersey Boys n'est pas un film avec des morts, du sang et l'Inspecteur Harry. C'est l'adaptation de la célèbre comédie musicale éponyme crée en 2005 à Broadway qui s'inspire de l'histoire du groupe The Fours Seasons. La personne à l'origine de cette comédie musicale est Bob Crewe, producteur de génie à l'origine de l'autre célèbre comédie musicale à succès Mama Mia. Bob Crewe fut également producteur des Fours Seasons à l'époque. Le film est donc une adaptation de cette comédie musicale qui cartonne aux States mais dont, avouons-le, le succès n'est pas parvenu jusqu'à nous.

J'imagine que pour beaucoup de monde, le groupe est parfaitement inconnu au bataillon. Sauf qu'on connait tous forcement certains de leurs tubes. Que ce soit les versions originales ou les reprises. La preuve, "Can't Take My Eyes Of You", c'est eux. Que celui qui n'as jamais entendue cette chanson soit pendu. Les sourds sont bien entendue exclus du concours.



screenEn prenant pour base la comédie musicale, le film fait donc la part belle aux show musicaux. De nombreux concerts et enregistrements parsèment le film. Pensez donc à allez le voir dans un cinéma avec de très bonnes enceintes. Parce que ce serait vraiment gâcher que de ne pas avoir un très bon son pour le coup.

Mais on n'est pas dans Grease. Tout n'est pas rose.

Originaires du New Jersey, petites frappes sans grande envergures liées à la Mafia Italienne des années 60, les membres du groupe Tommy DeVito, Nick Massi vivent de petites arnaques, de vols et font régulièrement des séjours en prison. Ils sont rejoints par Frankie Valli dont la voix est un 'don de Dieu'. Dixit le Parrain de la Mafia locale qui le prendra sous son aile. Ils sont bientôt rejoints par Bob Gaudio, qui écrira les tubes du groupe.

Sauf que voila, Tommy, se prenant pour le chef et tapant très souvent dans la caisse, il va peu à peu mener le groupe vers l'explosion. Surtout qu'il a emprunté de l'argent à la Mafia...


screenPorté par John Lloyd Young, Erich Bergen, Vincent Piazza et Michael Lomenda dans le rôle des Four Seasons, le film surprend par la rupture du quatrième mur car les personnages parlent de nombreuses fois aux spectateurs. Pour les incultes, ce mur imaginaire est ce qui sépare la scène des spectateurs.

Alors c'est sûr. Y a pas de mort, y a pas de sang, y a pas de grosse explostion ni de fin du monde. Y a même pas de femme a poil. Et encore moins d'Inspecteur Harry. 

Mais Jersey Boys est un très bon film. Beaucoup moins fleur bleu et niais que ce à quoi on peut s'attendre d'une comédie musicale. Et ce n'est pas plus mal.

Et donc Cedric est un enflure. Mais pas tant que ça au final.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Jersey Boys, la critique du nouveau film de Clint Eastwood

Plateformes :

Editeur : Warner Bros

Développeur : Clint Eastwood

PEGI : 7+

Prix : Cinema

Jersey Boys, la critique du nouveau film de Clint Eastwood

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0