L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 14 mars 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Vaccination, première

imageNous sommes samedi matin. Oui, je sais, là, quand vous lirez cet édito, nous serons dimanche. L’horaire de publication des éditos ne varie pas : dimanche, 12h. Mais là, tout de suite, nous sommes samedi matin. Il est même 11h29, pour tout vous dire. Et je reviens de chez mon médecin.

Nous devisions calmement sur la vie, le monde et plus généralement, sur les baffes dans la gueule. Enfin, pour être tout à fait exact, il m’expliquait ne pas comprendre pourquoi les médicaments qu’il me donne pour gérer mon stress ne fonctionnent pas. Moi, ça fait plusieurs fois que je lui réponds que je ne suis pas stressé, que tout va bien, que je suis même très détendu, il n’en démord pas : je suis forcément stressé. Sous prétexte qu’il a encore eu un appel de la police hier, parce que j’ai expliqué un peu vivement à un gars que dans le train, on garde son masque. Sur la bouche et le nez. Pas sous le menton. Et personnellement, je n’y peux rien s’il m’a répondu d’aller me faire foutre, moi. Moi je lui avais gentiment demandé. Avec un sourire. Bon, un sourire sous le masque, mais un sourire quand même. Alors pour aller dans son sens, je lui ai expliqué, toujours gentiment, qu’aller se faire foutre, ça peut faire très très mal quand on n’a pas l’habitude. Enfin, pas l’habitude de cette manière. Et surtout, mon explication a été donnée très calmement. Sans stress. Ni haine ni colère. Uniquement dans le but d’apprendre quelque chose à quelqu’un. C’est mon côté Prof qui est ressorti, quoi.

Mais il n’en démord pas, mon médecin : si je suis méchant, c’est à cause du stress.

imageAlors perso, j’trouve pas que sois particulièrement méchant. Mais lui me dit que si. Que quand on arrache un accoudoir de siège de TGV pour frapper un mec avec et lui péter les dents en l’introduisant dans sa bouche, c’est méchant. Moi, perso, j’trouve juste que c’est une méthode d’apprentissage comme une autre. Et j’ai des arguments pour la valider : il est communément admis que nos grands-parents et arrière-grands-parents avaient un sens de la politesse bien plus fort, bien plus ancré, bien plus respectueux, que les générations suivantes. Et bien, souvenez-vous des coups de règle en fer sur les doigts, fessées et autres brimades. Donc je ne fais, au final, que chercher à comprendre si le respect et la politesse étaient le fruit de ces punitions physiques. Une sorte d’étude sociale, si vous préférez. Donc d’intérêt général. Si c’est pas de la pure gentillesse, ça, d’œuvrer pour le bien-être du monde entier !

Enfin bref. Finalement, j’ai changé de sujet parce qu’il commençait à me gonfler et que j’étais à deux doigts de lui faire ingérer sa boîte de Tranxene 100mg par voie rectale et on m’aurait encore taxé de méchanceté.
J’ai donc détourné la conversation sur la vaccination COVID-19 et notamment sur le nombre de doses reçues, la difficulté de communiquer, les ratés…
- « Le pire, m’expliquait-il, c’est que certains patients ne se présentent pas, parce que nous administrons l’AstraZeneca et qu’ils en ont peur. Tiens, regarde, tu es mon dernier patient ce matin et il me reste 2 doses qui vont partir à la poubelle parce que des patients ne se sont pas présentés ».
- « Ben t’as qu’à me vacciner, alors ».
- « Sauf que tu n’es pas un cas à risque ».
- « Un cas, je n’en sais rien, mais à risque, clairement, oui. Un risque pour les autres, avant tout, je te l’accorde, mais dans population à risque, y’a pas indiqué pour qui il est, le risque ».
- « Oui mais t’es pas prioritaire. Pas de comorbidité, par exemple ».
Alors je lui ai expliqué que de la morbidité, j’en avais plein, surtout chez les autres en fait. Et puis hein, quitte à les jeter, ces doses, autant en jeter une dans mon bras.

imageIl a donc accepté de me vacciner, à condition que j’arrête de le menacer et que je repose la chaise.
Et c’est ainsi que je me suis retrouvé à remplir le questionnaire Covid :
- Avez-vous déjà fait une allergie grave ?
Oui, je suis très allergique aux cons. Mais très très allergique, hein.
- Êtes-vous cas contact ?
Oui, j’ai plein de contact avec des cas. Dans le train, hier, j’ai eu un gros contact, par exemple.
- Prenez-vous un traitement anticoagulant ?
Oui, mais seulement pour les autres. Pour les contacts avec les cas, justement. J’ai plein de trucs qui empêchent de coaguler.

Et bon, apparemment, mes réponses n’offraient aucune contre-indication au vaccin.

Bref. J’ai été vacciné. Une première dose. Et je me suis dit que si je me tapais une réaction sévère, genre fièvre, il valait mieux que j’écrive mon édito aujourd’hui…

09h27, dimanche matin.

imageBon. Les effets secondaires, ça existe vraiment. Même pour quelqu’un qui, comme moi, a une santé de fer. De fer blanc, certes, mais de fer quand même. Mal de crâne et surtout, douleurs articulaires dans tout le corps comme si je sortais d'un gang bang avec un troupeau de rhinocéros. J’ai passé une nuit de merde. C’est normal, il paraît. C’est surtout loin d’être insurmontable. Les rhinocéros, ça me connait. Les gang-bang aussi. Mais le ratio bénéfices/emmerdements justifie pleinement la vaccination.

Sur ce, je vous laisse, je vais m’enfiler une boîte de Doliprane en suppositoires. Faut juste que je pense à les retirer la boîte parce qu’hier soir, ça m’a fait un peu mal quand même.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Quantum le 14/03/2021 à 23:01

 

1

avatar

Inscrit le 08/05/2009

Voir le profil

smiley 7 magique comme toujours ... :)

639 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

41431-port-masque-vaccin-premiere-injection