L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 19 décembre 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Je vais (encore) avoir la Covid-19

imageLa semaine dernière, je vous annonçais l’imminence de ma contamination par la Covid.

Ce n’était, finalement, qu’une question de jours, voire d’heures. Et ce n’est pas que je sois d’habitude particulièrement pessimiste, mais avec mon état un brin dépressif de ces derniers temps, je ne me faisais pas trop d’illusion quant à la finalité de cette contamination. J’avais même déjà commandé les faire-part de décès, avec une petite phrase d’accroche sympa. Au départ, j’avais pensé à « Pas eu besoin d’odorat pour savoir que ça sentait le sapin » mais j’avais finalement opté pour « Toux toux you too ».
Comme l’intubation me tentait moyen, j’avais même pensé un moment esquiver l’épreuve et essayer d’arrêter un RER avec la tête. Si possible à une heure de grande fréquentation. Genre le matin, quand tout le monde part au boulot. Vu ma corpulence, ça aurait pris toute la journée pour ramasser tous les morceaux, voire une partie de la nuit aussi. Ça aurait été l’occasion de partir avec panache, sur un coup d’éclat, en faisant chier un max de gens. Tout à fait mon style.
Mais finalement, j’ai eu pitié des femmes de ménages et j’ai simplement commandé une grosse boîte. En sapin, donc.

Finalement, je suis peut-être bien immortel. Parce que je n’ai pas chopé la Covid. Nib. Que dalle. Les tests sont négatifs. Oui, j’ai bien dit « les », parce que j’ai quand même demandé de doubler les cotons-tiges dans le nez, histoire d’être certain du résultat. Et bien rien. Pas de contamination.

imageAllez expliquer à l’imprimeur que ses faire-part, finalement, je ne vais pas les prendre. Et le croque-mort que de toute manière, il trouvera bien à refourguer le « coffret cadeau » de 2 mètres sur 1 à quelqu’un d’autre. Oui, certes, d’avoir demandé d’inscrire dessus « C’est lourd à porter, hein ? », ça limite les possibilités de vente en seconde main. Mais quand même.

Bref, je ne suis pas contaminé et je vais vivre.

Enfin, ça, c’était il y a 48 heures. Parce qu’hier matin, on m’a téléphoné pour me dire que j’étais à nouveau cas contact. Mais du genre bien comme il faut. Encore. Avec la quasi-certitude de le choper à mon tour. Encore.
Je vous épargne les tronches de l’imprimeur et du croque-monsieur quand je les ai rappelés pour leur dire que finalement, j’allais peut-être bien prendre la totale…

En tout cas, ça a tellement pombé mon week-end que ma chère, tendre et aimante épouse a décidé de me remonter le moral. « Si tu meurs, autant que tu sois présentable. Alors je vais te couper les rares cheveux qu’il te reste, te tailler les sourcils et la barbe, et te faire un masque pour nettoyer la peau. Mourir, c’est une chose, mais mourir négligé, ça jamais ! En plus, ça va grave te détendre ».
Avec toute ma délicatesse et mon humour raffiné, j’ai bien essayé de lui faire comprendre que quitte à tailler quelque chose, y’avait d’autres choix que les sourcils et la barbe pour me détendre, mais bon. Je me suis tu et j’ai laissé faire.
C’est ainsi qu’hier soir, je me suis retrouvé à incarner « Barbie tête à coiffer et à maquiller », assis sur un tabouret dans la salle de bains, pendant que ma chère, tendre et aimante épouse s’amusait à jouer les apprenties esthéticiennes.

Je vais vous spoiler direct la fin : elle n’aura pas son diplôme.

imageBon. Le peu de cheveux qu’il me reste n’a pas eu trop à souffrir du passage de la tondeuse. Là-dessus, elle a réussi l’examen. On est donc passé au taillage de sourcils. C’est quand elle a lâché un « Oups, j’ai raté » que je me suis dit que mourir négligé, c’était peut-être finalement inévitable. Et effectivement, j’ai une moitié de sourcil en moins. A tel point que ce n’est pas « Oups j’ai raté » qu’elle aurait dû dire, mais « Oups, j’ai complètement merdé je ne pensais pas que la tondeuse coupait aussi bien ».
Pour la barbe, pas de souci. Elle l’a parfaitement taillée, pour le coup. Elle l’a tellement bien taillée, d’ailleurs, qu’elle a même entaillé la lèvre supérieure avec ses ciseaux. Je me suis donc retrouvé avec la bouche fendue en deux et qui pissait le sang. Tellement qu’un pansement ne servait à rien et que j’ai dû me coller une serviette hygiénique sur la plaie. Une « super absorbante pour la nuit »…

Autant vous dire que pour le masque nettoyant pour visage, j’étais moyen-chaud. Mais comme elle m’a répondu « tatatatata, qu’est-ce que tu veux qu’il t’arrive avec un masque, ça au moins, ça te fera du bien tu vas voir, ça va nettoyer les pores de ta peau ».
Elle s’est donc amusée à m’étaler une espèce de pâte noire sur le visage et m’en faisant tomber une bonne dose sur le torse au passage. Mais, « hé, qu’est-ce que tu veux qu’il t’arrive avec un masque », hein ?

imageCe sont mes filles qui, passant dans la salle de bains, ont fait remarquer qu’elle avait utilisé un masque dépilatoire. Comme elle avait étalé ça « grossièrement », ça avait aussi pris dans les poils de la barbe. Et des sourcils. Et des cils. Et un quart du torse.

Au final, je me retrouve avec des cils en moins, un sourcil sur deux, une moitié de barbe arrachée, le torse en partie épilé et une lèvre entaillée. Ah ben c’est clair, j’étais vachement plus détendu après…

Bref, je vais avoir la Covid dans les prochains jours, voire les prochaines heures.

Ils vont bien se marrer, en réa, quand je vais débarquer avec mon épilation façon street art.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Quantum le 20/12/2021 à 15:47

 

1

avatar

Inscrit le 08/05/2009

Voir le profil

Au moins tu ne te demande plus si tu ne ferais pas une petite dépression ces temps ci ... smiley 7

ya du mieux :)

670 Commentaires de news

Ecrit par Cedric Gasperini le 20/12/2021 à 16:51

 

2

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Et ce n’est pas que je sois d’habitude particulièrement pessimiste, mais avec mon état un brin dépressif de ces derniers temps, je ne me faisais pas trop d’illusion quant à la finalité de cette contamination.
Ben...

7007 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

43990-covid-19-contamination-cas-contact-epilation-massacre