L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 17 juillet 2022 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Plus rien n'a de sens

imageComme vous pouvez vous en douter, j’ai vécu une semaine compliquée. Après avoir agonisé – et être mort deux ou trois fois, c’est certain – avec 40 de fièvre, j’ai finalement ressuscité, ce qui est une prouesse, surtout 9 mois avant Pâques. La comparaison ne s’arrête pas là puisque moi aussi j’ai été cloué. Par contre, effectivement, c’était au fond de mon lit et moi, quand je me cache les yeux avec les mains, j’ai pas le soleil qui passe à travers.

J’ai bien morflé, donc, avec cette saloperie de Covid, qui a quand même décidé de me laisser un petit cadeau en partant : il s’est barré avec mon goût et mon odorat. Et à l’heure où j’écris cet édito, ce matin, ils ne sont toujours pas revenus.

Et je peux vous dire que c’est une tannée. Ne plus réussir à faire la différence entre une poignée de brins d’herbe et une feuille de basilic (j’ai fait l’essai)… Ne plus réussir à faire la différence entre un Single Malt 18 ans d’âge et un putain de verre de saloperie de Chartreuse (j’ai fait l’essai)… Ne plus réussir à faire la différence entre un lapin à la moutarde et un chat (j’ai fait l’essai)… Autant vous dire que mes repas sont devenus un mélange entre angoisse et déception. L’apéro n’a plus aucun intérêt. J’ai désormais l’impression de ne manger que des trucs mous, fades…

Moi qui me targuais d’avoir un palais de gourmet et un nez de parfumeur, c’est une souffrance de tous les instants.

Alors je pourrais essayer de voir la vie du bon côté, hein : je peux désormais prendre le métro ou le train sans grimacer à chaque fois que je croise un type qui n’a pas pris de douche depuis au moins une semaine ou une nana qui n’a jamais vu l’ombre d’un déodorant. Mais bon. Pas certain que je gagne au change quand même entre ne plus pouvoir goûter aux saveurs délicates d’une cuisine raffinée et pouvoir taper la bise à un SDF sans être pris de hauts-le-cœur.

imageAlors je ne rentrerai pas dans le débat critique d’un gouvernement qui a baissé les bras des mesures sanitaires face à un peuple de toute manière trop con pour les respecter. Tout ce que je vois, c’est que je ne suis plus capable de faire la différence entre un carré de vigne en bouteille plastique et un Château Margaux 1990 (j’ai fait l’essai)…

Je vous souhaite donc à tous de le choper, d’en chier bien votre race aussi, de prendre le goût et l’odorat, voire un œil et un ou deux orteils. Ben oui, j’suis un connard, alors je vous souhaite le pire et je trouverais même ça totalement anormal que vous ayez le meilleur alors que moi, j’en ai bavé des ronds de chapeau.

Sur ce, je ne vais pas m’éternise plus longtemps. Je vais aller me préparer une salade de feuilles de cerisier, de branches de Pyracantha, arrosé de White Spirit. On va voir si ça va me réveiller le palais un peu.


 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par 10r le 20/07/2022 à 12:14

 

1

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

spéciale dédicace pour la chartreuse smiley 13

4865 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

45689-covid-19-perte-odorat-gout-apero