L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 23 juillet 2023 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Quand l'égo devient une plaie mobile

imageCe matin, j’ai pris mon petit déjeuner entre deux dauphins et un kangourou femelle qui, malheureusement, a perdu son bébé. Et la voir rester devant moi, plantée sans bouger, sa poche vide, m’aurait presque coupé l’appétit. En tout cas, la scène était empreinte d’une certaine lourdeur, pour ne pas dire une certaine peine.

Et vous me connaissez : j’ai une certaine aversion pour la tristesse.

Non mais c’est vrai. Un enfant qui pleure, j’ai envie de faire l’abruti pour le faire rire. Bon, s’il continue à pleurer, je suis comme tout le monde : j’ai finalement envie de le noyer. Mais ma première réaction est de faire le pitre pour le faire sourire. J’ai déjà remarqué, d’ailleurs, que face à une situation grave et pénible, je fais systématiquement le pitre pour alléger l’atmosphère.
Bon, après, il faut choisir ses moments et ses pitreries. Par exemple, se lancer dans un hélicobite à un enterrement en faisant tourner son slip au-dessus de la tête, ça peut sembler un brin décalé. Tout comme tenir en équilibre sur une balle de tennis en jonglant avec des chatons tandis que la copine de votre meilleur pote lui avoue qu’elle a couché avec son père. Et son frère. Et sa sœur. Et qu’elle le quitte après 10 ans de vie commune, alors qu’elle est enceinte. De son père. Ou son frère. Ou sa sœur, elle ne sait pas très bien. En plus je n’ai aucun équilibre. Et je ne sais pas, mais absolument pas jongler.

Ce matin, face à ce kangourou qui me plombait l’ambiance de ma tartine à la confiture de myrtilles, ça n’a pas manqué. Histoire de faire rire l’assemblée, j’ai poussé un petit gamin dans un puit. Honnêtement, je ne pensais pas qu’il était aussi profond. Et qu’il n’y avait pas d’eau au fond.

imagePuis finalement, j’ai mis l’éléphant sur le cheval pour qu’ils se reproduisent, le dindon sur le chat, le chien sur le canard et le rhinocéros sur une dame chauve avec un gros trou dans la tête, avant d’aller passer un peu de temps avec les pirates.

Et le pire, c’est que tout ça est vrai.

J’ai vraiment déjeuné entre deux dauphins et une kangouroute (oui ben pourquoi pas, hein ?) sans bébé, poussé un gamin dans un puit et lancé la plus grosse partouze zoophile depuis la création. Tout ça sans drogue ni abus de boisson alcoolisé. Il était trop tôt pour ça. J’essaie de ne pas boire avant 8h30, quand même. Et là, il était pile-poil 8h29.

Seulement voilà. Depuis deux mois, ma chère, tendre et aimante épouse a décidé de se plonger dans les caisses de Lego et de Playmobil des gamines, pour reconstituer les ensembles dans l’optique d’en vendre certains. Parce que d’une part, ça prend de la place, et d’autre part, comme toute petite bourgeoise qui se respecte, elles n’ont trouvé d’intérêt dans les Lego et Playmobil qu’une fois dans leur vie : lorsqu’elles regardaient leur mère leur construire.
Je ne suis pas dupe, notez bien. Ma chère, tendre et aimante épouse a une certaine passion pour les Lego et sa tentative de me faire croire qu’il s’agit d’une reconstruction en vue d’en vendre certains masque en réalité l’envie irrésistible de s’amuser en montant ci une cabane Lego Elves perché dans les arbres, là un salon de coiffure Lego Friends.

imageFouillant dans les innombrables caisses de pièces Lego et Playmobil que nous gardions dans la cave, elle a peu à peu reconstitué chaque set. Et d’étaler ses constructions un peu partout dans la maison. Dans le salon tout d’abord. Jusque dans la cheminée où j’ai croisé trois dragons Lego Elves il y a peu. Je me suis même assis sur une planche à voile Lego Friends la dernière fois que j’ai voulu me poser un cul sur le canapé. Et je peux vous dire que ça fait mal, une planche à voile Lego Friends.

Après avoir colonisé le salon, c’est l’entrée, l’escalier et même notre chambre à coucher qui ont subi l’urbanisation galopante à base de petites briques. Je me demande même si cette nuit, je n’ai pas dormi avec un poney Lego Friends sous la couette.

Les Playmobils, eux, ont l’honneur de la salle à manger. Et j’ai donc petit-déjeuné entre le parc aquatique, l’arche de Noé et le set pâture avec les carottes à planter, le couple de paysan et leur gamin. Et un puit, donc.  

Alors vous allez me dire, y’a pire comme environnement, pour petit-déjeuner. Mais si vous pensez ça, c’est que vous ne vous êtes jamais assis par inadvertance sur une girafe Playmobil.

Le plus dur à passer, ce sont les oreilles.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

48793-lego-playmobil-construction-puit-enfant