L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 30 juillet 2023 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Cancer de la gorge

imageC’est arrivé du jour au lendemain. D’un seul coup. Sans crier gare. Sans signe avant-coureur. Un mal intense, violent, insupportablement douloureux et atrocement puissant. Comme si on vous avait mis les nerfs à vif. La gorge en feu. A vomir de la lave. A vomir du sang.

Mais surtout, la douleur était incessante. Parfois, quand on souffre, il y a quelques petits moments de répit entre deux pics. Une sorte de calme avant la tempête. Mais ici, rien de tout ça. Le mal, le mal, le mal. Permanent. Atroce.

C’est arrivé la semaine dernière, me mettant KO, m’empêchant de dormir. M’empêchant même de respirer, parfois, la nuit, alors que je tentais de trouver le sommeil ou du moins un repos nécessaire.

Vous me connaissez, je ne suis pas du genre à m’inquiéter pour un rien ou à chouiner pour une fracture ouverte ou un doigt à moitié amputé. J’ai suffisamment baroudé pour connaître les gestes qui sauvent. Une flasque de whisky pour désinfecter, un tube de colle cyanolite pour refermer la plaie, un bout de bois comme attelle, mon slip découpé en lanières pour tenir l’ensemble, et vas-y que je repars en petites foulées à travers la jungle.

imageMais là, bon sang, c’était pire que tout. Je souffrais le martyr. En silence, notez bien, parce que je suis dur au mal. Mais j’en chiais quand même des ronds de chapeaux.

Selon Internet et ses bons conseils médicaux, c’était au mieux une angine noire (parce que blanche, je laisse ça aux gamins), la peste bubonique ou un panaris purulent. Sauf que je n’avais pas, les jours précédents, fait particulièrement d’abus à poil en plein vent ni manger des rats crus. Quant au panaris… bon, c’est Internet, quoi. Qui est encore assez débile pour croire qu’on y trouve des avis médicaux sérieux ? Qui est encore assez con pour s’auto-diagnostiquer en lisant des avis sur les forums ? Qui…. oui, d’accord, quasiment tout le monde, en fait.

J’avoue, en première instance, j’ai pensé à une angine carabiné. Sauf qu’il y avait les glaires sanguinolentes. Les caillots projetés sur les mouchoirs blancs. Comme dans un mauvais film où le héros découvre que ses jours sont désormais comptés.

Cancer de la gorge.

imageÇa fait peur, comme mots, hein. Cancer de la gorge. A répéter encore et encore comme pour expier la peur, comme pour se familiariser avec la gravité de la situation.

Alors tout de suite, quand on parle de cancer de la gorge, on pense au tabagisme. J’ai fumé étant jeune. Un peu. Pas longtemps. Pas suffisamment, en tout cas, pour expliquer la situation. Mais il y a d’autres sources qui peuvent provoquer un cancer de la gorge et dont on parle moins, par fausse pudeur et par honte idiote.
Aujourd’hui, les médecins considèrent que le papillomavirus serait à l’origine de 99% des cancers du col de l’utérus, pour le femmes, et aurait bel et bien un lien avec le cancer de la gorge. D’où l’importance de faire vacciner ses enfants, garçons comme filles, et en cesser totalement avec cette mode antivax moyenâgeuse et intellectuellement régressive. Sauf qu’à mon époque, il n’y avait pas ce vaccin. Et si je n’ai pas beaucoup fumé de clopes, pour le coup, des cunnilingus, j’en ai prodigué plus souvent qu’à mon tour.

Permettez, donc, que j’utilise cette tribune pour, parfois, faire passer des messages importants. Graves. Profonds même s’ils le sont fait avec la légèreté qui me caractérise. Mais certaines causes méritent qu’on se mouille. Avec ou sans la langue.

imageFinalement, je me suis décidé à prendre rendez-vous chez le médecin qui m’a diagnostiqué une pharyngite carabinée et m’a expliqué qu’il n’y avait rien à faire, juste attendre que ça se passe, et que pour soulager la douleur, il fallait manger des trucs froids. Des glaces, par exemple. Ou des boissons glacées.

Résultat, j’ai passé deux jours à me nourrir exclusivement de cornets citron meringué ou cornets fruits exotiques, tout en buvant des pichets entiers de Frozen Margarita. Ma chère, tendre et aimante épouse faisait la gueule, mais j’avais pris soin de demander une ordonnance, que le médecin a remplie avec un petit sourire, et j’étais donc couvert. C’est vrai, quoi, d’abord. Qui est-elle pour s’opposer aux recommandations du corps médical ?

Et puis bon, l’autre bonne nouvelle, c’est que je peux toujours faire des cunnilingus, hein.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

48855-cancer-gorge-malade-medecin-glaces-forzen-margarita