L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 17 septembre 2023 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Les six p'tites souris

imageL’Edito de la semaine dernière a fait son petit effet. Comme je m’y attendais, j’ai reçu mon torrent de messages haineux, de messages d’insultes et même mon petit lot de menaces diverses et variées. Comme quoi, en plus d’être totalement dénués de second degré, les gens sont très prévisibles.

Petit rappel des faits : dans cet Edito, je décrivais ma chasse à la p’tite souris voleuse de cornichons à grands renforts de pièges et d’appâts à la Patamilka.

Et forcément, les purs défenseurs de la Nature n’ont pu supporter l’idée qu’on fasse du mal à la moindre petite bébête, nous, humains sans cœur et à l’incommensurable violence. Et plus précisément moi, humain sans cœur et à l’incommensurable violence.

Tout au long de la semaine, donc, on m’a promis les pires maux, terrestres et célestes, on m’a souhaité les pires souffrances, les pires fins possibles et, dans certains messages, je ne suis pas passé loin d’être la cause unique de tous les fléaux présents sur la Terre.

Je passerai les appels à ce que l’on fasse la même chose à ma famille, et, entre nous, imaginer qu’on installe des tapettes géantes dans mon salon m’a beaucoup fait rire et m’a renvoyé au bon vieux temps des Nuls, à une époque où, justement, ce fameux second degré n’était pas qu’une vague notion mais quelque chose de bien réel. Y’a pas que Régis, qu’est un con.
Je passerai même la photo de poupée vaudou avec ma tête collée dessus, vu qu’en plus, ce n’était pas moi sur la photo mais Vincent (qui vient de comprendre pourquoi il a mal au bide depuis 3 jours).

Mais franchement. Tout ce déferlement de haine. Tout ça pour des tapettes.
(comme diraient les extrêmes politiques et religieux devant la loi 2013-404).

imageJe n’ai ni envie de me lancer dans un débat sur le manque total de discernement de certaines personnes. Encore moins sur leur manque d’éducation, d’intelligence et de rationalité. Vouloir que toute ma famille meure parce que j’ai éclaté une souris, comment dire…

Je ne me lancerai pas non plus dans une dissertation sur les soi-disant amoureux de la Nature qui ont un ou plusieurs chats chez eux, cet animal domestique considéré comme un fléau pour la biodiversité (selon une étude, dans le monde, les chats seraient responsables de la mort de 4 milliards d’oiseaux et 22,3 milliards de petits mammifères chaque année). On estime qu’en France, un chat tue environ 113 autres animaux par an en moyenne.

Moi, j’ai juste tapetté une souris. Et personne ne me demande de lui grimper sur les genoux pour me caresser le cou pendant que je ronronne, mais on veut que je clamse le plus violemment possible.

Autre petite précision sur ces chers éditos, particularité que j’avais déjà soulevée il y a quelques semaines mais qu’il semble bon de rappeler parce que les gens sont quand même un peu cons : il ne faut pas tout prendre au premier degré. Ni tout pour argent comptant.

Par exemple, on m’a beaucoup reproché ma vindicte contre les rongeurs pour un motif futile. Un simple grignotage de cornichon.
Alors oui, une petite souris a grignoté un de mes cornichons il y a quelques semaines. C’est d’ailleurs ce qui a inspiré l’Edito. Mais peu m’importe. Ce n’est pas cet événement qui a fait de moi l’Attila des rongeurs, le Hitler des Ratatouille. C’est quand elles ont commencé à s’attaquer aux fils électriques (pourtant enterrés) de l’éclairage du jardin que je me suis dit qu’il fallait m’en occuper avant qu’elles ne déclenchent un quelconque incendie. Et parce qu’elles laissaient des preuves d’une surpopulation qui pouvait devenir vraiment problématique.

imageNon, je n’ai pas tué de chat avec une simple tapette à souris. Ni d’oiseau. Ni de hérisson. Je n’ai pas besoin de tapette pour ça. Un lance-pierres ou le parechocs d’une voiture suffisent amplement.

Bref, tout n’est pas à prendre pour argent comptant dans un Edito.

La preuve… Référez-vous au dernier paragraphe de ce fameux Edito de la semaine dernière, sur ma peine et ma rédemption.

Et bien vous savez quoi ? J’en ai éclaté six autres, depuis, des p’tites souris.

Et ça continue.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

49265-fleau-souris-tapette-intelligence-second-degre