L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 9 juin 2024 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Toutes les femmes sont belles

imageAujourd’hui, je ne vais pas vous parler de politique. Je devrais, pourtant, hein. Ce serait l’occasion – et à ce niveau-là, toutes les occasions sont bonnes – de souligner une nouvelle fois à quel point les derniers sondages me foutent la gerbe et me donnent envie de mandaler 1 votant sur 3, à leur sauter à pieds joints sur la gueule pour leur faire sortir, au choix, la merde ou la cervelle de la tête.

Je n’ai que trop expliqué à quel point le racisme, l’homophobie et l’égoïsme crasse, sans cesse grandissant, d’une fange de la population, sans cesse grandissante, me révulse.

Non, aujourd’hui, j’ai juste envie de voir la vie en rose. Un peu comme si, dans ce bourbier d’une société noyée dans l’immondice de ses pensées, je cherchais à tout pris le plaisir futile d’une vie plus légère.

imageLe soleil est revenu et, avec lui, des températures plus printanières, tirant légèrement sur l’estival… Pas encore de quoi suer à grosses gouttes au moindre mouvement et maudire le destin qui ne vous a pas fait gagner le gros lot « piscine » de la dernière tombola, mais suffisamment pour s’effeuiller légèrement et laisser dans la penderie les blousons et les parapluies. Cela dit, ne les rangez pas encore au grenier, le beau temps ne va pas durer.

En attendant, ces quelques jours de soleil et de chaleur ont fait apparaître dans les rues des robes plus légères, des petites chaussures plus estivales, des tenues plus courtes…
Bref, le soleil brille, la peau se dévoile et les filles sont belles.

C’est une période que j’aime vraiment, et j’en ai déjà parlé dans des éditos précédents, mais en ces temps troubles et vomitifs, m’en voudra-t-on vraiment de me répéter un peu, juste pour parler de légèreté ?

imageToutes les femmes sont belles, quand elles tombent la doudoune épaisse et l’écharpe, quand elles troquent leurs bottes fourrées pour des nu-pieds élégants, quand les pantalons laissent place à des jambes interminables, quand les jupes volent au gré de leurs pas, quand les talons résonnent sur le pavé…

J’avance donc au milieu de toute cette beauté, de toute cette légèreté, le sourire aux lèvres et les pupilles frétillantes, entre deux sessions de gouttes de collyre antihistaminique, oubliant tout du désastre extérieur.

Toutes les femmes sont belles et il serait de bon ton de le rappeler. Tout simplement. Et il serait bon, aussi, qu’elles ne l’oublient pas. Jamais.

Sur ce, je vais me poser à la terrasse d’un café et… apprécier le spectacle de la vie féminine qui passe devant moi.

Smiley bisou. Cœur. Cœur. Aubergine.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

50906-printemps-soleil-chaleur-femmes-jupes