(Preview) Splinter Cell Conviction

 

Publié le Lundi 15 mars 2010 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

Sam le pêcheur

imageIl n'y a rien de pire pour un parent que de perdre l'un de ses enfants. Surtout quand on est un père et qu'il s'agit de sa fille unique. Surtout quand elle s'est faite abattre et que l'on ne sait pas qui a commandité le meurtre. De quoi vous faire péter un câble et ce, même si l'on s'appelle Sam Fisher et que l'on était jusqu'à présent l'agent le plus classe et efficace du monde.

Trouver qui a tué sa fille et lui faire mordre la poussière, ce sera le leitmotiv de Sam Fisher dans ce Splinter Cell. La trame principale n'est pas comme dans les Splinter Cell habituels. Ici c'est la personnalité de Sam qui est mise en avant afin de donner un peu plus de profondeur au personnage. Ce n'est plus le Sam Fisher exécutant de la NSA que l'on dirige. D'ailleurs ce dernier a quitté Echelon III. Mais Sam Fisher, l'homme. Celui qui vient de perdre sa fille et qui est profondément meurtri. On y découvre donc un homme qui n'a plus foi, ni loi. Sauf les siennes. Bien sûr, que les fans se rassurent, ce Splinter Cell aura quand même le droit à sa conspiration secrète. C'est simplement que l'histoire est un peu plus profonde, un peu plus humaine et donne finalement un peu plus de consistance au personnage de Sam.

Cette approche différente du personnage aura obligé les développeurs à modifier le gameplay. Sam étant ici une espèce de chien fou, le titre s'oriente clairement plus vers l'action que les anciens opus. Je vois déjà les puristes crier au scandale, sortir les torches et les haches. Mais qu'ils se rassurent, les développeurs n'ont absolument pas abandonné le côté "Stealth" du titre pour autant. Il est toujours possible de jouer "intelligemment", comme l'a dit lors de la présentation Max Beland, directeur créatif du titre. C'est surtout que maintenant, il est possible d'aborder le titre différemment. Ce qui, ma foi, offre plus de possibilités aux joueurs dans le choix d'appréhender les situations.

screenAfin d'inciter à jouer de manière discrète, les développeurs ont eu l'excellente idée de récompenser les joueurs qui suivront cette voie grâce au "Marquer et Exécuter", ou "M&E"  pour les intimes. Sous ce nom à rallonge se cache la possibilité de marquer 2 ou plusieurs ennemis (selon votre arme) ainsi que certains éléments du décor afin d'être sûr de faire mouche lorsque vous relâchez le bouton de tir. Ainsi vous êtes assurés d'éliminer vos ennemis sans que ces derniers n'aient le temps de donner l'alarme. Bien entendu, c'est un bonus. Il n'est donc pas possible de l'utiliser tout le temps. On n'est pas chez les assistés non plus. Pour le gagner, il faudra que vous éliminiez un adversaire au corps à corps et surtout, en toute discrétion. Le joueur qui arrivera dans une nouvelle zone cherchera donc en premier une proie un peu excentrée afin de l'éliminer sans trop de souci et de récupérer le précieux bonus. Le "M&E" est une excellente idée qui permet d'apporter un élément stratégique supplémentaire dans l'approche des niveaux. De plus, chaque élimination faite avec le M&E est ultra-classe et rend Sam Fisher d'autant plus cool.

screenscreenscreen

screenBien que plus orienté vers l'action, il ne faut pas croire que ce nouveau Splinter Cell s'est transformé en simple jeu d'action à la troisième personne. Simplement parce qu'il est toujours aussi facile de mourir, et que Sam n'est pas un guerrier à la Gears of War. Quelques balles suffisent pour trépasser. Il faut donc constamment évoluer dans l'ombre, et rester à couvert. L'avantage par rapport aux précédents opus, c'est qu'ici, se faire repérer ne signifie pas rater la mission, c'est simplement voir des renforts arriver et des gardes aux aguets. Plus fortement concentrés à l'endroit où vous vous êtes fait repérer. Et ceci est dû à une autre nouveauté "la dernière position connue". Le fait de vous faire repérer laissera à l'endroit où vous vous êtes fait voir, une sorte de fantôme de votre silhouette. L'idée peut être, par exemple, de se faire délibérément repérer afin que les gardes se concentrent en ce point puis de les contourner et d'en éliminer d'autres un peu plus loin tranquillement. Encore un atout supplémentaire pour élaborer vos stratégies.

screenCar oui, de la stratégie, il en faudra grandement pour traverser les niveaux sans encombre. D'autant plus que ces derniers sont ouverts et offrent ainsi diverses possibilités d'action. A chaque fois que l'on arrive dans une nouvelle zone, on prendra donc le temps de regarder ce qui nous entoure afin d'évaluer toutes les possibilités qui nous sont offertes par l'environnement. On commencera donc par exploser une ou deux lumières afin de rester invisible à l'oeil adverse, l'écran passant ainsi en noir et blanc pour nous signaler que nous sommes bien dans l'ombre, puis on s'approchera d'un ou deux gardes un peu en retrait afin de gagner un "M&E". Si vous vous faites repérer, cependant, vous avez intérêt à devenir mobile. Très mobile. Parce que les ennemis arrivent en masse et sont loin d'être idiots. D'autant plus qu'il est assez facile de se faire prendre à revers ou de se faire encercler.

Je parlais tout à l'heure d'un Sam plus violent. Et bien contrairement aux anciens épisodes, les interrogatoires sont ici à la hauteur de sa violence et de sa rage. On dirait presque Cedric quand il n'est pas content. Quand un interrogatoire commence, Sam saisit le gars à interroger par son col et lui éclate la tête sur tout ce qui passe par là. Urinoirs, miroirs, tables... tout y passe et presque tout peut être briser avec la tête de notre interlocuteur lors de ces séquences. Une bien belle manière de pouvoir ressentir toute la haine et la force que déploie notre agent dans sa quête de vengeance.

screenscreenscreen

screenTout dans le titre est fait  pour que le joueur soit en totale immersion. Ceci grâce à la grande fluidité du titre en termes de mise en scène. Il n'y a aucune coupure pour le joueur. Pas d'écran des objectifs qui se déclenche et vous coupe en pleine phase de reconnaissance. Ici, les objectifs apparaissent directement sur les éléments du décor, comme s'ils étaient projetés par un rétroprojecteur. J'avoue que c'est assez surprenant les premières fois, mais l'on s'y fait très vite. Et cela évite de devoir passer par un quelconque menu. De la même manière, lorsque vous rencontrez certains personnages, des vidéos incrustées se lancent, également sur les éléments du décor. J'avoue par contre que le résultat, m'a pour le coup, beaucoup moins convaincu, dans le sens où il faut déjà les remarquer et en plus, parce qu'elles sont quelques fois confuses. Ca évite d'avoir une coupure avec un flashback, mais c'est assez déstabilisant.
Toujours dans cette optique d'immersion et de fluidité, la mise en scène se fait d'un seul trait. La caméra ne se coupe pas. Elle suit toujours l'action. Même lors des dialogues. Les seules véritables coupures observées sont finalement lorsque l'on décide d'utiliser les caisses d'armes afin d'améliorer son matos.

Parlons un peu du matos d'ailleurs. Le titre propose un paquet d'armes que l'on peut améliorer. Chaque arme possède 4 caractéristiques, taille du chargeur, puissance, portée mais également précision. Il sera possible d'améliorer pour chaque arme 3 de ces capacités à l'aide d'argent. Cet argent se gagne de manière astucieuse aux travers de différents défis que propose le titre. Neutraliser au corps à corps X ennemis, tuer X ennemis à 10 mètres de distances, etc.

Globalement, le mode solo  est très agréable. Les modifications opérées sur le gameplay fonctionnent à merveille. Sam est vif, agile et se dirige avec une facilité déconcertante. Tous ceux qui n'aimaient pas la série Splinter Cell pour la difficulté des commandes et le côté un peu "tank" du personnage ne rencontreront pas ses problèmes ici.

screenscreenscreen

screenEn dehors du solo, nous avons pu nous essayer aux modes multijoueurs du titre. Tout d'abord au mode prologue, véritable mode coopération. Plutôt que d'opter pour une simple redite de l'aventure solo, mais à deux, les développeurs proposent une histoire originale précédant celle de Conviction et dans laquelle Sam Fisher n'est pas présent. Ici, on y incarne les agents Archer et Kestrel, agents américains et russes, afin de retrouver 4 bombes EMP russes volées.
L'expérience de jeu en coopération s'étale sur 4 missions dont les mécaniques sont très sensiblement les mêmes que le jeu en solo. Il faudra toujours faire preuve de discrétion, cette fois-ci à deux, avec toutefois quelques possibilités propres aux modes multijoueurs. Un joueur à terre pourra par exemple faire le mort afin d'être tranquille ou se relever légèrement pour tirer sur ces adversaires en attendant que son pote vienne le secourir. Bien entendu, faire ceci, c'est prendre le risque de recevoir une bastos en pleine poire et d'échouer la mission. Jouer en coopération est vraiment très fun, pour peu que votre coéquipier ne soit pas aussi discret qu'un éléphant marchant sur du verre. Ubisoft a eu la bonne idée de ne pas trop forcer la coopération avec son level design. Il n'est donc pas nécessaire de passer sa vie à s'entraider pour avancer à l'aide de courtes échelles ou autres. Seules quelques actions comme l'ouverture de certaines portes volumineuses ou de boutons à activer demandent à être fait à deux.
Je tiens à signaler que ces stages sont cependant faisables seul. Mais c'est nettement moins fun.

screenJ'ai également pu m'essayer au mode Opérations Spéciales. Ce dernier comporte 4 types de missions, Chasseur, Infiltration, Survie et Duel. Et c'est ce dernier que j'ai testé. Comme son nom l'indique, le but est d'éliminer son adversaire. Jusque-là, rien de surprenant, sauf que ce n'est pas si facile puisque la zone de combat regorge d'ennemis. En tuer un vous rapportera 1 point. Tuer votre adversaire vous en rapportera 5. Mourir vous en fera perdre 3. Les parties sont donc très nerveuses grâce à ce système de point qui permet quelques retournements de situation bien sympathiques.

Quoi qu'il en soit, le mode multijoueurs parait suffisamment solide pour prolonger de plusieurs heures l'expérience de Splinter Cell Conviction.

Au final, ce Splinter Cell Conviction m'a convaincu. L'expérience offerte par ce titre renouvelle la série. Sam est plus fort que jamais, plus violent aussi, mais pas pour autant plus bête et irréfléchi. Et bien que l'annonce de l'orientation plus action du titre ait pu faire peur, finalement, après l'avoir eu entre les mains pendant plusieurs heures, je me sens rassuré. Ne reste plus qu'à découvrir l'histoire dans son intégralité. Chose possible le 15 avril prochain, date de sortie du titre, et exclusivement sur Xbox 360 et PC. Vivement !

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu (Preview) Splinter Cell Conviction :

0