Civilization: Beyond Earth (PC, Mac)

 

Publié le Mardi 28 octobre 2014 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Civilization: Beyond Earth (PC, Mac)

Un peu plus près des étoiles ?

imageAprès vous avoir fait dominer le monde en long en large et en travers, Civilization vous entraîne par-delà les étoiles, vers l’infini et au-delà, sur une nouvelle planète. Une série de catastrophes ont dévasté la Terre. Parce que l’Homme est Homme dans toute son horreur, seuls quelques élus ont eu le droit d’embarquer à bord de vaisseaux spatiaux pour aller s’installer sur une nouvelle planète. Choisis selon leurs compétences et leurs connaissances, ils ont donc atteint une nouvelle Terre, pleine de promesses et de… dangers ?

Pour débuter la partie, vous pouvez choisir une création aléatoire ou décider vous-même des paramètres. Ainsi, vous pouvez choisir parmi les 8 factions disponibles, qui apportent chacune leurs bonus, une unité de colonisateur spéciale, elle aussi dotée de bonus (nourriture par exemple) voire un vaisseau particulier, qui lui aussi peut permettre de gagner par exemple une meilleure vision de la carte ou une unité supplémentaire… A moins de vouloir laisser faire le hasard, il y aura donc tout un tas de petites choses à paramétrer pour obtenir ces fameux « coups de pouce » qui vous seront le plus utiles, selon le style de jeu que vous affectionnez. Préfèrerez-vous un bonus de nourriture, un bonus d’opérations secrètes plus rapides, une production des bâtiments plus rapide, des créations de villes accélérées, des unités de combat plus performantes ? A vous de faire comme vous le souhaitez.

screenscreenscreen

screenTrès classique dans son fonctionnement, Civlization Beyond Earth débute par un tutoriel, si vous n’êtes pas familier avec les anciens opus. Voire si vous voulez vous rafraîchir la mémoire. Complet et très bien fait, nous ne saurions trop vous le conseiller, d’ailleurs.
Une fois le choix du déploiement de votre base fait, il faudra explorer les alentours. D’un côté, vous allez développer les infrastructures de votre base qui deviendra votre capitale. La faire évoluer, construire des bâtiments, produire ressources et colons… Il faudra développer votre santé et votre énergie, ainsi que vos cultures et votre culture…
D’un autre côté, il faut aussi aller dénicher quelques trésors cachés, vous immerger dans un écosystème inconnu et le modeler à votre image. Car la planète est habitée et dangereuse. Entre certaines cases toxiques, entre les monstres extra-terrestres qui y régnaient peinards avant que vous ne veniez leur disputer le haut de la chaîne alimentaire, vous allez avoir fort à faire. Des insectes volants, des vers géants… si la plupart de ces bestioles sont pacifiques, au premier abord, certaines peuvent décider de bouffer de l’humain au petit-déjeuner. De la même manière, à trop vouloir mâter de l’animal, on s’attire les foudres de la race toute entière. Attention, donc, à ne pas trop vouloir « vous faire » de l’extra-terrestre.

screenVous l’aurez compris, Civilization Beyond Earth se joue comme les anciens opus. Avec les mêmes conditions de victoire via la domination militaire, sur les autres factions humaines, ou encore le développement scientifique ou économique. Vous pourrez aussi choisir trois nouvelles voies. La Suprématie de l’homme et de la technologie, la Pureté, afin de rester fidèle à son humanité, ou l’Harmonie, pour être en parfaite symbiose avec la Nature. Ces décisions impacteront votre manière de jouer, vos recherches scientifiques, vos constructions, votre évolution…
Cela influencera également vos quêtes. Car vous allez devoir en remplir certaines pour atteindre votre but. Et selon la condition de victoire recherchée, vous risquez parfois de devoir faire des choix pas forcément évidents : vous passer de certains bonus, de certaines technologies importantes… Malgré tout, selon vos décisions, vous pourrez gagner des points en rapport avec votre condition de victoire. Et ces points permettront parfois d’obtenir de nouveaux bonus, différents, en adéquation avec votre voie…

screenscreenscreen

screenComme d’habitude, vous évoluerez selon un arbre des technologies extrêmement vaste et varié, vous offrant les moyens de progresser, de découvrir, de créer, d’évoluer. On regrettera un manque d’informations et un évident manque de clarté à ce niveau. Il faudra donc sans doute quelques parties, voire quelques retours en arrière au niveau sauvegardes pour bien l’appréhender. Rien de bien terrible toutefois, ni de rebutant. Il faudra surtout faire preuve de logique et bien réfléchir sur le long terme.

La couche orbitale sera également à exploiter. Vous pourrez envoyer des satellites qui vous permettront de progresser plus facilement dans le jeu. Soutien offensif ou défensif au sol, espionnage impossible dans une zone, bonus de production de nourriture… chaque satellite affecté à une zone permet d’obtenir un avantage.

screenEnfin, la culture possède comme les doctrines de Civilization V, son propre arbre d’évolution. Vous définirez les valeurs à ajouter à chaque branche (4 différentes) et privilégierez les voies qui vous apporteront, là encore, des bonus importants pour votre progression.
Ajoutez les classiques diplomaties, pour pouvoir échanger et commercer avec les autres factions, ou l’espionnage, pour dérober leurs technologies, voire leur mettre des bâtons dans les roues lorsqu’ils se montrent un peu trop prétentieux ou agressifs. Enfin, les routes commerciales sont de retour, entre vos cités mais aussi avec les cités voisines.

Au final, Civilization Beyond Earth est la digne suite des précédents volets. C’est un bien et un mal. Un mal parce que l’on aurait peut-être aimé plus d’innovations, plus de nouveautés par rapport à la série. Autre chose qu’un Civilization classique dans l’espace. Un bien parce que l’on retrouve avec plaisir les mécanismes qui ont fait le charme de la saga. Parce que les petits ajouts, notamment les nouvelles conditions de victoire apportent une rejouabilité et une fraîcheur malgré tout agréable. Parce que c’est un système de jeu classique, apprécié, rodé, impeccable. Un savant mélange de choix de progression, de choix de bonus, de choix d’évolution. Civilization Beyond Earth est, au final, un excellent jeu, tout simplement. Sans surprise, mais excellent tout de même.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Civilization: Beyond Earth (PC, Mac)

Plateformes : PC

Editeur : 2K Games

Développeur : Firaxis

PEGI : 18+

Prix : 50 €

Aller sur le site officiel

Civilization: Beyond Earth (PC, Mac)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

 

 

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

- L'Edito du dimanche par AL-bondit

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par clayman00

- L'Edito du dimanche par clayman00

- L'Edito du dimanche par AL-bondit

- L'Edito du dimanche par Papa Panda

0