Stronghold Crusader 2 : The Princess and the Pig (PC)

 

Publié le Mardi 31 mars 2015 à 12:00:00 par Alexandre Combralier

 

Test Stronghold Crusader 2 : The Princess and the Pig (PC)

Princesse Monotonie

imageSorti en octobre dernier, Stronghold Crusader 2 était ce RTS plein de bonne volonté, distrayant au début, grisant parfois, mais dont les défauts se faisaient de plus en plus ressentir au fur et à mesure des heures de jeu. Peu à peu, sans rien renier du bon temps passé sur le jeu, on s’apercevait de la faiblesse de son moteur graphique, de la répétitivité de son gameplay, et des mécaniques obscures d’une Intelligence Artificielle parfois aux fraises. Bref, Stronghold Crusader 2 remplissait, ni plus ni moins, son contrat de RTS honnête – loin, il est vrai, de la gloire de son illustre aîné.

Le jeu de Firefly Studios a néanmoins trouvé son petit public, et c’est à ces milliers de passionnés avant tout que s’adresse The Princess and the Pig, le premier DLC du jeu. Pour 4,99 €, celui-ci apporte une nouvelle campagne de sept missions, des cartes solo et multi inédites, et deux personnages au caractère et au gameplay différents. Faut-il alors craquer pour ce DLC ?

D’un côté le Porc, de l’autre la Princesse. Au fur et à mesure des missions du jeu, vous combattrez l’un et l’autre de ces personnages. Le Porc – que les fans de la série reconnaîtront – est un véritable bourrin : sa tactique est de construire des forteresses qui sembleront impénétrables au premier venu… Plusieurs couches de murs en pierre, des adversaires lourdement armés qui attendent derrière… Il va falloir sortir l’artillerie lourde. De son côté, comme on pouvait s’en douter, la Princesse la joue plus fine : plus imprévisible, elle aligne une grande variété d’ennemis et de nombreux engins de siège soutenus par des multitudes d’archers. En fonction de votre adversaire, il faudra donc adopter la stratégie : gros engins de siège pour le Porc, ou armée plus diversifiée et mobile face à la Princesse, les différentes missions demandent donc au joueur de se remettre en question, ce qui n’est pas peu intéressant.

screenEn revanche, il est bien dommage de constater que les personnalités des deux personnages ne sont jamais creusées, se limitant à une série d’incantations grossières (et vite répétitives) lors de chaque phase de jeu. Comme dans le jeu original, Stronghold Crusader 2 pâtit d’une totale absence de scénarisation qui aurait pu renforcer l’attrait de ses missions solo. Notez aussi – et on ne comprend pas pourquoi – que l’on combattra également des adversaires historiques (Saladin, Richard Cœur de Lion…), mêlés un peu n’importe comment à la campagne… L’attention ne s’est visiblement pas dirigée sur l’immersion.

screenscreenscreen

screenThe Pig and the Princess ne révolutionnera en aucune manière les habitudes de la série. On retrouve donc les mêmes forces (un challenge stimulant, des sièges vraiment travaillés) et les mêmes faiblesses (moteur du jeu, et surtout mécaniques répétitives voire brouillonnes)… Le plus gros défaut du jeu est sans aucun conteste sa difficulté exponentielle et punitive. L’Intelligence Artificielle triche grossièrement, au point de rendre les missions souvent crispantes.

screen
Alors qu’elle n’a que très peu de bâtiments ou de ressources, elle réussit néanmoins à aligner des armées conséquentes… C’est semble-t-il le seul moyen que les développeurs aient trouvé pour ne pas rendre les parties trop déséquilibrés (notons qu’il n’y a pas de niveau de difficulté de l’I.A…). Par conséquent, les situations sont souvent bloquées, et les affrontements peuvent vraiment s’éterniser. La deuxième mission (un 1vs1vs1vs1) est à ce sujet un casse-tête quasiment inextricable, chaque adversaire se neutralisant mutuellement. Une horreur…

screenscreenscreen

screenBien sûr, on objectera que la majorité des habitués de Stronghold Crusader 2 jouent plutôt en ligne. Mais ils risquent alors d’être franchement moins attirés par cette extension, qui n’apporte rien, si ce n’est quelques cartes, au mode multi. Heureusement, The Princess and the Pig est vendu à un prix attrayant - 4,99 € - et apporte une bonne dizaine d’heures de jeu, bien que la durée de vie soit hélas artificiellement gonflée par la difficulté de la campagne. Si vous êtes alors un aficionado du jeu original, et que vous avez trouvé certaines missions solo trop faciles, l’extension vous plaira tout à fait par le défi stratégique qu’elle propose. Les autres passeront volontiers leur chemin, mais ce n’était de toute façon pas à eux que Firefly Studios s’adressait.


 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Stronghold Crusader 2 : The Princess and the Pig (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Firefly Studios

Développeur : Firefly Studios

PEGI : 12+

Prix : 4,99 €

Aller sur le site officiel

Stronghold Crusader 2 : The Princess and the Pig (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0