Spotlight, la critique du film

 

Publié le Mercredi 27 janvier 2016 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Spotlight, la critique du film

L'histoire qui a changé le visage de l'Eglise

image2001, Boston.

Marty Baron devient le nouveau patron du Boston Globe, grand quotidien de la ville.
L'idée de Baron est de relancer la rentabilité du journal en bousculant quelque peu ses lecteurs, très catholiques, et ses journalistes, très routiniers.

Il va donc demander à l'équipe des quatre journalistes d'investigation nommée Spotlight de se concentrer sur l'affaire d'un prêtre pédophile.
Leur enquête va déboucher sur le plus grand scandale touchant l'Eglise Catholique à travers le monde.

Spotlight est un thriller dramatique réalisé par Tom McCarthy. Il retrace donc l'enquête menée entre 2001 et 2002 par Michael Rezendes, Walter « Robby » Robinson, Sacha Pfeiffer et Matty Carroll qui entacha à jamais l'Eglise Catholique.

Nous retrouvons au casting Mark Ruffalo, Michael Keaton, Rachel McAdams et Brian d'Arcy James dans les rôles des journalistes. Liev Schreiber joue Marty Baron et John Slattery joue Benjamin C. Bradlee. Voilà pour l'équipe du Globe. Stanley Tucci est l'avocat d'une partie des victimes, Mitchell Garabedian.

On remerciera les acteurs d'avoir travaillé avec leurs modèles pour n'en faire ni trop peu, ni des caisses.

Pour votre information, le scénario a été sur la « Black List » en 2013, une liste semi-officielle à Hollywood où sont recensés les scénarios les plus aimés mais pas encore produit.


screenNe cherchez pas d'actions, d'espions, d'explosion, de complots ou d'invasion dans ce film, il n'y a rien de tout cela. Ici, Hollywood se rappelle qu'il y a encore quelques années, il était capable de faire des films qui ne soient pas que des blockbusters ou des adaptations de livres/comics.

En visionnant Spotlight, on pense instantanément à "Les Hommes du Président" sur le Watergate. Mais aussi à tous ces autres films d'investigation qu'Hollywood savait faire. Car il savait rendre passionnant le travail d'enquête des journalistes, loin des clichés véhiculés la plupart du temps.

Et Spotlight est passionnant.

screenVoir ces quatre journalistes remonter petit à petit et patiemment le fil d'une enquête aussi grave. Voir l'hypocrisie d'une Eglise qui n'est capable que de faire la morale sans chercher à prendre le problème des milliers de prêtres pédophile à bras le corps. Comme ce Cardinal qui n'a que pour réponse : « Laissez tomber, en ces temps troublés (ndlr post-11septembre), les gens ont besoin de croire en l'Eglise ». Voir ces avocats qui, depuis des années, règlent en toute discrétion des "incidents" similaires répondre aux journalistes moralisateurs : « Et quand y'a dix ans, je vous ai envoyé une liste de 20 noms de prêtres, vous étiez où ? »

Car, finalement, c'est aussi l'une des grandes forces de Spotlight : mettre toute le monde face à ses propres contradictions. Journalistes, policiers, juges, avocats, prêtres. Tout ce petit monde n'est ni tout blanc, ni tout noir.

Bref, Spotlight est passionnant dans son fond. Et il faut le voir. Rien que pour dire à Hollywood qu'il y a un public pour ces films.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Spotlight, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Warner Bros

Développeur : Tom McCarthy

PEGI : 12+

Prix : Cinema

Spotlight, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Spotlight, la critique du film :

0