Battleborn (PC, Xbox One, PS4)

 

Publié le Mardi 10 mai 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Battleborn (PC, Xbox One, PS4)

Le renouveau du FPS multijoueur ?

imageL’Univers est en péril. Non, relisez cette phrase à voix haute, et en prenant un timbre grave. Le plus grave possible. Limite tombeau. Vous l’avez ? Bien. L’Univers est en péril. Le tyran Rendain et ses hordes infernales de Jennerits colonisent par la force et détruisent tout sur leur passage. Planète après planète. Et la dernière étoile, Solus, est leur prochaine destination.
Une seule lueur d’espoir : les héros. Les Battleborn. La crème des guerriers de toutes races regroupée ici pour lutter contre l’envahisseur. 25 héros. Et vous n’allez en choisir qu’un…

Avant toute chose, il faut bien savoir dans quoi l’on met les pieds avec Battleborn, pour en apprécier toute la saveur.

Battleborn est un jeu multijoueur entre potes. Exclusivement. C’est un jeu qui s’apprécie uniquement entouré d’amis. On peut toujours s’associer avec les joueurs rencontrés çà et là dans les parties, certes. Mais le plaisir est mille fois décuplé entre potes, avec sa propre petite équipe. Vous me direz, c’est souvent le cas quel que soit le jeu multi. Oui, mais ça l’est encore plus ici.
Les 25 héros sont répartis en 5 factions : Last Light Consortium, spécialisée dans la cybernétique. Les Eldrid, sortes d’elfes combattants. Les Rénégats, marginaux et plus sombres. Les Républiques Pacificatrices Unies, sortes de soldats. L’Imperium Jennerit, qui combattent leurs semblables.
25 héros, tous différents, avec chacun son look, ses armes, ses coups spéciaux. Grosso modo, ils peuvent être rangés dans différentes catégories : le combattant au corps à corps, le soigneur, le combattant à distance. Avec quelques personnages qui sont à la frontière de l’une ou de l’autre.


screenQuoiqu’il en soit, il ne faut JAMAIS oublier une chose quand vous composez votre équipe de 5 combattants avec vos potes : faire une équipe équilibrée. Sans soigneur, vous ne remporterez pas la partie. Un gars qui shoote de loin peut être très utile. Un bourrin au corps à corps est essentiel. Et un gars entre corps à corps et distance peut aussi avoir son intérêt. Mais faites réellement attention où vous mettez les pieds. A chaque partie que nous avons fait et où l’équipe était déséquilibrée, nous avons soit été mis en échec, soit avons tellement galéré que le jeu n’en valait pas forcément la chandelle.

Chacun de ces personnages va évoluer au fil de l’aventure et de l’expérience glanée. Vous aurez sur dix niveaux, le choix entre deux évolutions qui confèreront différents avantages. Un soigneur, par exemple, pourra choisir entre sa fonction de soin ou les empoisonnements qu’il inflige. Un personnage au corps à corps pourra renforcer sa résistance, ou développer sa puissance.

Quoi qu’il en soit, Battleborn est un jeu qui demande de la persévérance. Pour tester les différents personnages et trouver ceux qui vous conviennent le mieux. Pour les faire évoluer selon votre manière de jouer.

screenLe jeu se divise en deux parties. Un mode histoire, jouable seul (sans intérêt) ou jusqu’à 5 joueurs. Jouable même en écran splitté sur une même console ! 8 missions qui dureront entre 20 et 45 minutes, selon la mission, le niveau de difficulté et les capacités de vos coéquipiers et vous. Grosso modo, comptez 6-7 heures pour en venir à bout. L’intérêt étant, bien entendu, d’y jouer, d’y rejouer avec un autre personnage, puis encore un autre, puis… enfin bref, de quoi tester et retester les héros et choisir la bonne alchimie.
Ce mode histoire mélange les zones fermées, de type couloirs, avec les arènes plus ouvertes. On alterne les intérieurs et les extérieurs. Premier constat : on ressent la patte Borderlands dans le gameplay. En effet, inutile d’espérer rester planqué et défourailler bien à l’abri derrière une caisse ou un muret. Ici, c’est à l’assaut, sans avoir le temps de respirer. Des vagues d’adversaires vous attaquent, souvent soutenus par des chefs ennemis plus balaises. Vous avez un nombre de vies limité, partagées entre tous. A utiliser avec modération, donc, même si vous en récupèrerez quelques-unes tout au long du jeu.
 Et heureusement, vous pouvez soigner vos coéquipiers tombés au combat, avant qu’ils ne trépassent. Vous avez une trentaine de secondes pour ça. Mais si vous tombez tous, c’est le game over assuré.

screenscreenscreen

 screenIl va donc falloir avancer. Encore et toujours. Avec une certaine notion de verticalité puisque les ennemis sont parfois perchés. Vous allez nettoyer des zones, avancer, récupérer du loot…  C’est souvent intense. Pas le temps de vraiment souffler. Très rythmé avec parfois des passages plutôt cotons à passer. Le tout avec un petit côté fun et déjanté comme Gearbox Software sait si bien le faire.

L’autre aspect du jeu, c’est son multijoueur. 5 contre 5.  Il y a 3 modes au total. Le mode Incursion, c’est deux camps. Chacun doté de deux pods mobiles qu’il faut détruire. Pour cela, il faut amener vos 5 minions (esclaves) pour désactiver leurs boucliers avant de pouvoir leur tirer dessus.
 Tout au long du chemin vers le camp adverse, outre combattre les autres joueurs, vous pourrez récolter des éclats qui vous permettront d’acheter des défenses pour votre base, telles des tourelles fixes, à activer à des endroits bien précis. Sachant que les ennemis pourront tout à fait activer les leurs aux mêmes endroits…
Vous pourrez aussi recruter de puissants mercenaires. Pour ce faire, il faudra d’abord les combattre et les vaincre, afin d’avoir le droit de louer ensuite leurs services…
Le mode Conquête, lui, est un simple mode de capture de points par équipe. Enfin, le mode Fusion vous demande d’accompagner des minions vers un incinérateur au centre de la carte. Plus vous en jetterez dedans, plus vous marquerez de points.

screenAu final, Battleborn a une base totalement jouissive et bien étudiée. Avec ses graphismes léchés à la Borderlands, son rythme, ses nombreux et différents héros, un mode histoire sympa avec un bon level design, mais un brin trop court malgré tout, ainsi qu’un mode Incursion en multi tout à fait réussi… il y a largement de quoi se faire plaisir. A condition, et c’est à souligner une nouvelle fois, d’avoir une équipe soudée et complémentaire. L’inverse nuirait à l’expérience de jeu. Malgré tout, il faut être honnête : on aurait aimé plus de modes de jeux (un simple Deathmatch et Team Deatchmatch par exemple), plus de cartes et peut-être aussi un poil plus d’évolution de personnages, sur encore plus de niveaux…

Bref, un très bon jeu, mais un peu léger en contenu pour tout à fait convaincre.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Battleborn (PC, Xbox One, PS4)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : 2K Games

Développeur : Gearbox Software

PEGI : 16+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Battleborn (PC, Xbox One, PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Battleborn (PC, Xbox One, PS4) :

0