Comancheria, la critique du film

 

Publié le Mardi 6 septembre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Comancheria, la critique du film

Western moderne

imageFin fond du Texas, de nos jours. A la mort de leur mère, Toby doit faire face à une situation problématique. La banque doit saisir la ferme familiale, en faillite, dans quelques jours. Or une récente étude a prouvé que le sous-sol regorgeait de pétrole.
Pour ne pas perdre ses terres, rembourser la dette et sortir du besoin, il fait appel à son frère aîné, Tanner, sorti de prison il y a peu.
Les deux frangins décident de braquer de petites succursales de la Texas Midlands Bank, celle-là même qui menace de leur saisir leurs biens.
Inexpérimentés, multipliant les erreurs heureusement compensés par une chance insolente, les deux hommes enchaînent les braquages…

A leurs trousses, un ranger vieillissant qui doit partir en retraite dans les prochaines semaines, et son adjoint.

Film de braquage de banques, Comancheria est signé David Mackenzie (Les poings contre les murs, Perfect Sense) et réunit un trio de choix devant la caméra : Jeff Bridges, Chris Pine et Ben Foster.

L’histoire nous place en plein drame d’une Amérique ruinée par les banques, des gens modestes pris à la gorge et au bord du précipice. On ne peut qu’avoir une certaine tendresse pour eux, malgré leurs choix douteux et cette décision de s’en sortir par la violence. La mise en scène simple, la réalisation volontairement lente, le choix de décors vides, des petites villes peu peuplées, de grands paysages désertiques, accentue avec brio ce sentiment de désespoir, de perte, de gouffre.


screenComancheria est un bon film. Malgré le fait qu’il n’évite pas certains clichés. Malgré le fait que toute l’action est complètement prévisible. Que la fin est évidente. Porté par un Jeff Bridges brillant, campant un flic porté par le sens du devoir, dont la vie est dédiée à un métier qui ne veut plus de lui, et par un Ben Foster très juste en révolté qui peine à contenir la violence qu’il a en lui, Comencheria tour à tour séduit, attendrit et choque. Chris Pine fait du Chris Pine, malheureusement : une moue timide, une personnalité en retrait, et quelques rares scènes plus réussies n’arrivent pas à le sortir complètement de ce rôle qu’on lui connait trop bien.

On aurait aimé peut-être plus de surprises. Plus de retournements de situation. Une confrontation entre les braqueurs et leurs poursuivants plus intense, un peu à la De Niro et Al Pacino dans Heat. On se contentera finalement d’un film classique, bien fichu, agréable à voir, mais qui ne marquera pas le genre.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Comancheria, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Wild Bunch Distribution

Développeur : David Mackenzie

PEGI : 12+

Prix : Cinema

Comancheria, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Comancheria, la critique du film :

0