Free State of Jones, la critique du film

 

Publié le Mercredi 14 septembre 2016 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Free State of Jones, la critique du film

L'ombre du cas caca

imageMississipi, durant la guerre de Sécession.

Newton Knight est un soldat et infirmier de l'armée Confédérée. Dégouté par les horreurs et les raisons de la guerre, il déserte pour ramener au pays le corps de son jeune neveu mort sous ses yeux.

Très rapidement, il se retrouve traqué par les Confédérés car il aide les gens du coin à se rebeller contre les rationnements abusifs et les agissements des soldats Sudistes. Trouvant refuge dans les marais avec des esclaves en fuite, Knight continue son combat.

Il tombe alors amoureux de Rachel, une esclave dans une plantation de coton, et va mener la vie dure aux troupes Confédérés et aux esclavagistes.

Jusqu’à créer, avec d'autres déserteurs et les esclaves, l'Etat libre de Jones. Un état indépendant où les hommes et femmes vivent libres et égaux, quelle que soit la couleur de leur peau.

Free State of Jones est réalisé par Gary Ross, à qui l'on doit Hunger Games et prochainement Ocean's 8. Matthew McConaughey rentre dans la peau et la barbe de Newton Knight, les actrices Gugu Mbatha-Raw et Keri Russell jouent les deux femmes Rachel et Serena tandis que Mahershala Ali rentre dans la peau de Moses Washington.


screenLe film est un biopic quelque peu romancé d'une figure controversée de l'histoire US. Traitre à la cause Sudiste pour les uns, héros se battant pour la cause des esclaves et le droit de vote des noirs pour les autres. Reprenant les grands moments de la vie de cet homme, qui fut soldat, fermier, rebelle et homme politique Américain, le film rajoute à ces évènements des scènes concernant l'un des descendants de Newton Knight, Davis Knight qui, parce qu'il a un arrière-grand-parent noir, ne peut se marier avec une femme blanche.

Ces rajouts, bien que reflétant intelligemment les problèmes des lois racistes encore en vigueurs 85 ans après la guerre, ont malheureusement tendance à casser le rythme du film et surtout servent de transition prétexte pour passer d'une époque à l'autre.

McConaughey jouant le personnage principal, c'est lui qui a la part belle durant quasiment tout le film. Il livre une très belle prestation. Il donne l'impression d'être possédé par le personnage. Et physiquement, il met encore une fois son corps à contribution pour ressembler le plus possible au vrai Newton Knight.

screenProblème, comme McConaughey prend le plus de place, beaucoup d'autres rôles passent au second plan ou sont moins développés. En premier lieu, Rachel et Moses. L'une sera sa femme et à part être une esclave abusée par son maître, on ne sait pas grand-chose d'autre. Et l'autre, une fois affranchi, va se battre pour le droit de vote des noirs jusqu’à son assassinat par le fraîchement crée KKK. Or, on aurait aimé en savoir plus sur ces personnes.

Malgré cela, Free State of Jones est un très beau film, présentant des faits historiques de façon claire et sans aller dans la démesure ou l’inutile. De plus, aux vues des problèmes actuels aux Etats Unis, le film a le don d'appuyer là où ça fait mal. Et parfois, appuyer là où ça fait mal, ça fait du bien.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Free State of Jones, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Metropolitan FilmExport

Développeur : Gary Ross

PEGI : 7+

Prix : Cinema

Free State of Jones, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Free State of Jones, la critique du film :

0