Monster Hunter World (PS4, Xbox One)

 

Publié le Lundi 29 janvier 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Monster Hunter World (PS4, Xbox One)

Un renouveau gagnant ?

imageVéritable phénomène en Asie, et plus particulièrement au Japon, la saga Monster Hunter peine à trouver ses marques en occident. Malgré tout, avec le soutien sans faille de l’écurie Nintendo, le jeu, signé Capcom, réussit bon gré mal gré à séduire de plus en plus de joueurs de ce côté-ci de la planète, via ses multiples opus sortis sur 3DS.

A la rédac’, il faut bien l’avouer, après s’être refilé le bébé chacun son tour pour tester les différents opus, le constat a été sans appel : Ce n’est pas une série pour nous. Le fond, d’une platitude et d’un intérêt limité, voire d’une consistance inexistante, doublé d’une forme redondante et casse-couilles, nous a vite fait classer chaque jeu dans la colonne « pas envie de tester cette daube ».

Après, comme à chaque fois, il ne s’agit que de subjectivité. Et nous ne jetterons pas la pierre aux fans de la série, sous prétexte qu’ils ont des goûts de merde. Enfin si, mais bon… pas fort, quoi.

L’arrivée de Monster Hunter World est vue comme le Messie par beaucoup de monde. Capcom, déjà, qui voit en lui le moyen d’imposer durablement son univers en occident. Les fans, qui voient en lui le moyen de jouer à plusieurs dans un univers qu’ils adorent. Par pure conscience professionnelle, et pas du tout parce que j’ai perdu à la courte-paille, j’ai donc décidé de m’y recoller avec un esprit vide de tout préjugé. Monster Hunter World est présenté comme un renouveau de la série. Encore plus beau, plus riche, plus profond. Soit. Alors accueillons-le avec un esprit renouvelé et une vraie envie de découvrir ce nouveau phénomène.


screenMonster Hunter World commence avec un exil forcé, débuté comme une jolie découverte. Les dragons majestueux ayant quitté le monde connu vers une partie inexplorée de la planète, les chasseurs envoient certains des leurs en bateau pour aller voir où, pourquoi et comment. Et bien entendu, vous êtes parmi eux. Rapidement fracassé par l’une de ces bestioles, vous êtes finalement l’un des seuls survivants à débarquer dans une nouvelle contrée où il va tout falloir refaire. Ne cherchez pas le fond, en fait. Il n’y en a pas. On pouvait espérer un peu plus de profondeur sur les personnages, l’univers, l’histoire… il n’en sera rien. A une époque où un Horizon Zero Dawn vous propose là aussi une chasse aux monstres mais innove en termes d’univers et propose une vraie histoire, on reste carrément sur sa fin. Et la comparaison n’est pas faite au hasard, puisqu’un DLC avec une quête exclusive permettant de fabriquer l’arc d’Aloy,  l’héroïne, d’Horizon, est disponible dans MHW. Bref, c’est plat, ça tombe comme un cheveu sur la soupe et on se dit qu’au Japon aussi, ils prennent des stagiaires de 3ème, et que c’est à l’un d’eux qu’on a confié l’écriture de l’histoire.

Bonne nouvelle, vous pourrez créer votre propre personnage. Mauvaise nouvelle, c’est un brin long, en raison de multiples options, et vous ne pourrez que modifier le visage et non pas le reste du corps. Une fois votre chasseur ou votre chasseresse créé(e), il faudra encore faire la même chose (en plus light), pour votre Palico, sorte d’animal de compagnie qui va vous escorter. Bon, globalement, on ne va pas faire non plus la fine bouche : c’est long à faire, mais c’est plutôt complet et il y a de quoi se faire plaisir avec une vraie personnalisation et de très nombreuses options.

screenVient ensuite la chasse. A partir de votre village de base, Astera, vous allez partir à la chasse. Le village ne vous servant grosso modo qu’au repos et à la création d’armes. Cette création est primordiale : pas de niveau à monter, pas d’xp à récupérer… la progression de votre personnage se fait via la création d’armes. Au fil du temps, vous trouverez sur le corps de vos proies, des matériaux pour renforcer votre arsenal… et aller donc latter de plus gros monstres… qui lâcheront de nouveaux matériaux permettant de forger armes et armures encore meilleures pour aller latter d’encore plus gros monstres qui lâcheront… enfin bref, vous avez compris l’idée.

De nombreuses armes s’offrent à vous, de l’épée classique (mais de grande taille), au marteau en passant par les dagues, rapides, l’arc, le fusil et j’en passe et j’en oublie. Rien ne vous empêche de changer d’arme régulièrement, mais on vous conseille à chaque fois de passer par la case entraînement pour vous familiariser avec et découvrir les différents combos proposés…

screenscreenscreen

screenChaque quête donnée va vous entraîner sur les traces d’un monstre en particulier. Monstre qu’il faudra pister (empreintes, fluides corporels…). Pour vous aider, vous pourrez récupérer des insectes attirés par un monstre en particulier et qui vous seront très utiles tant repérer les traces est parfois coton, notamment quand la végétation est dense. Ah. Et bien entendu, vous pourrez décider de dézinguer d’autres monstres croisés sur votre route. Au risque de tomber sur un plus fort ou d’y laisser une précieuse énergie, voire votre vie…

Chaque combat est un vrai combat à mort. Dans tous les sens du terme. Violent, désespéré, contre parfois des géants… Avec toujours une vraie notion de réflexion et d’adaptation. On ne saute pas sur un monstre comme ça, sans préparation. On l’observe, on apprend à le connaître, parce que ses habitudes peuvent l’emmener sur un terrain qui vous sera favorable : la flore peut largement vous aider, comme par exemple le ralentir ou le blesser. La Nature est un piège géant dont il faut se servir… et se méfier. Parce que vous pourrez vous aussi en être victime.

screenC’est peut-être la grande force de ce Monster Hunter World, d’ailleurs. La nécessité de s’adapter. Adapter sa chasse selon son environnement, selon le type de monstre chassé, selon qu’on veuille le tuer ou le capturer, mais aussi selon ses propres armes. Et notez que sauter dessus depuis une corniche est possible, pourvu que vous soyez assez doué pour survivre à un rodéo. Votre Palico vous filera un coup de main précieux durant ces combats.

Il faut bien avouer, ce que le jeu offre de technique en solo, il le perd un brin en multi. Car le jeu est en effet jouable en multijoueur. Et il est d’ailleurs basé principalement sur cette possibilité. Vous pourrez créer votre partie (16 joueurs) privée ou non. Et les quêtes, une fois activées, peuvent accueillir entre 1 et 4 joueurs (à vous de décider). Un joueur peut rejoindre une quête en plein milieu, voire même débarquer en plein milieu d’un combat (ils auront alors moins de récompenses), sachant que le jeu s’adapte : plus il y a de joueurs, plus il est résistant, et ce même en pleine baston…


screenLe problème étant que si vous n’avez pas un groupe de potes ou une guilde sérieuse avec laquelle partir à la chasse, votre partie peut parfois tourner au cauchemar avec des joueurs qui sautent sur n’importe quel monstre et se font dézinguer stupidement, sans chercher à prendre en compte toutes les subtilités du jeu, telles que nous en parlions précédemment. Et la quête échouant au bout de 3 « morts » de personnages (en fait, de simples K.O. temporaires)…
Durant le test du jeu, notez que nous avons bien plus souvent croisé des joueurs complètement cons que subtils et aguerris. Quant à la possibilité d’envoyer une fusée pour demander de l’aide, soyons clair, la plupart des joueurs n’en ont rien à foutre… Sans parler des serveurs, internationalement mélangés et sans aucune indication de qualité ni de latence… (priez pour ne pas tomber sur une partie en Asie…).

On parlera brièvement des graphismes, plutôt réussis, surtout sur les monstres et une distance de visibilité importante, chose qui péchait dans les précédents opus. On tiquera par contre sur certaines textures, un brin d’aliasing et, surtout, sur de nombreux ralentissements, surtout sur PS4 ou Xbox One première génération. Mais bon. Globalement, avouons-le, c’est visuellement très réussi. Certaines régions sont splendides et la faune et la flore valent le coup d’œil. Même la caméra, souvent merdouilleuse, n’arrivera pas à nous dégoûter des paysages. Des combats, par contre…

screenOn restera bien plus dubitatif sur le gameplay. Outre les textes écrits spécialement pour être lus avec une loupe, et une navigation dans les menus pénible et tout sauf intuitive, vous allez parfois utiliser des objets sans le vouloir, par un clic malheureux… Idem pour l’inertie des armes et la latence, parfois mortelle, entre le choix d’une action (esquive par exemple) et son application à l’écran.
Après, vous allez me dire, « oui, c’est comme ça dans Monster Hunter, et puis on s’y fait… ». Certes. Mais ça ne m’empêche pas de trouver ça merdique.

Enfin, il faut bien avouer que le jeu s’avère rapidement gonflant quand on n’accroche pas plus que ça à l’univers et au système : c’est totalement redondant, totalement répétitif…

screenAllez, on va conclure. Il y a encore tout un tas de petits détails que l’on aurait pu citer (mini-jeux au village, gestion des soins amélioré…) mais j’ai l’impression d’avoir déjà trop écrit.
En gros, le constat est simple : si vous aimez le genre Monster Hunter, c’est sans doute là le meilleur de la série. Plus beau, plus grand, jouable à plusieurs, avec de gros monstres encore plus variés… Si, comme moi, la série vous a toujours gonflé, par contre… et bien elle vous gonflera encore. Répétitif, avec un gameplay vieillot (dans le mauvais sens du terme), sans aucun fond et avec une forme discutable… Et honnêtement, le jeu en multi ne m’a pas plus convaincu. Certes, c’est plaisant de tomber parfois sur des bons joueurs et profiter de leur expérience. Et les parties s’en trouvent sublimées. Mais la plupart du temps, j’avoue que l’on se coltinera surtout des bourrins imbéciles qui vous pourriront votre quête plus qu’autre chose… Et comme tout le monde n’a pas forcément 3 potes avec qui jouer à chaque fois…

Bref, un excellent jeu pour les fans, mais qui n’arrivera pas à séduire de nouveaux joueurs.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Monster Hunter World (PS4, Xbox One)

Plateformes : Xbox One - PS4

Editeur : Capcom

Développeur : Capcom

PEGI : 18+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Monster Hunter World (PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Monster Hunter World (PS4, Xbox One) :

Derniers Commentaires

- À quoi jouez vous ce week-end ? par clayman00

- À quoi jouez vous ce week-end ? par jymmyelloco

- Le dessin du jour de Solène par jymmyelloco

- Waifu Uncovered par Tirelipimpon

- L'Edito du dimanche par Azu

- Ennio Morricone n'est plus par Azu

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

0