One Piece Pirate Warriors 4 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

 

Publié le Mercredi 8 avril 2020 à 12:00:00 par Emmanuel Perez

 

Test de One Piece Pirate Warriors 4 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Par des fans, pour les fans

Avec plus de quarante jeux à son actif, la licence phare d'Eiichiro Oda revient sur le devant de la scène avec un genre que certains trouveront comme le plus approprié… tandis que d’autres crieront que ce nouvel opus n’apporte finalement pas grand-chose de plus que son prédécesseur, Pirate Warriors 3, sorti il y a déjà cinq ans dans notre belle contrée.

Sauf que filer des pains par milliers en cette période de confinement permet malgré tout de se défouler. Alors, simple mise à jour d’un Pirate Warriors 3 déjà énorme en termes de contenu ou réel nouveau jeu proposé par les petits gars de chez Omega Force ?

La réponse dépendra de votre indulgence à comprendre ce que propose le genre Musô et de votre amour pour l’équipage du chapeau de paille.

D’ailleurs, petit retour en arrière afin de comprendre ce qu’est un Musô.
Si vous n’avez jamais joué à un jeu de ce type, sachez qu’ils sont présents depuis des lustres et qu’ils se sont déclinés sur toutes nos machines depuis l’avènement de la 3D et l’arrivée de la PlayStation.
C’est déjà Omega Force que l’on trouve à l’origine de ce qui deviendra, avec Dynasty Warriors 2, un genre à part et susnommé Musô il y a plus de vingt ans, ce qui laisse penser que chez ce développeur, on cultive l’art de la baston à grande échelle.


En effet, le principe du Musô est plutôt simple, choisissez un univers, historique ou non, lié à des licences déjà connues et fortes ou originales, permettant d’incarner un ou une ribambelle de héros. Faites-les se balader de zone en zone infestées d’ennemis qui sont autant de petits sacs de frappe et autres coups fatals, permettant de les liquider par centaines, voire par milliers. Pour arriver finalement à un boss, véritable sac à points de vie. Et recommencez le tout x fois, le temps de raconter une histoire.

One Piece Pirate Warriors 4 n’échappe donc pas à ces règles de bases, et c’est donc pour raconter l’histoire de Monkey D Luffy et comparses que vous choisirez ce jeu plutôt qu’un autre dans le même style.
Car aujourd’hui, si l’on aime ce type de jeux, il y a fort à parier que l’on trouvera alors une licence ou une autre qui nous plaira et offrira alors de l’indulgence à apprécier à sa juste valeur notre achat.
Zelda, Dragon Quest, Gundam, personne ou presque n’échappe à son jeu de type Musô.
C’est San Goku qui doit faire la gueule car malgré un nombre de jeux encore plus impressionnant que la licence One Piece, nous n’y avons pas encore eu droit.
Omega Force, si tu nous lis….

Un roster de 43 personnages jouables et une histoire fidèle au manga ou à l’anime (c’est donc un autre moyen de lire l’œuvre d’Eichiro Oda) nous sont proposés par ce OPPW4.
Si certains y verront là une simple mise à jour des arcs narratifs de la licence et auront le temps d’observer une légère progression graphique par rapport au précédent jeu. Les autres, les amoureux du genre, ne seront par contre pas déçus.

OPPW4 défoule, et défoule encore, et nous offre sur une même galette pas moins de sept arcs, mis en scène avec le moteur du jeu, et de nombreux modes de jeux alternatifs pour qui aime les challenges et la rejouabilité.
Mode histoire, mode libre, chasse aux trésors, jeu en ligne, personnages à débloquer avec chacun son style de combat et sa palette de mandales et rendu fidèle à l’anime, difficile de bouder ce One Piece si l’on aime la licence.
Et c’est peut-être là le point fort et faible du jeu.


Inégal en fonction du style de combat, on reviendra rapidement à choisir le ou les mêmes personnages afin d’évincer la difficulté de certains niveaux et hormis le plaisir de collectionner l’ensemble du roster, on tourne finalement vite en rond et on finira inlassablement à trouver le jeu répétitif, soyons honnête.

Mais pour un amoureux d’une licence, impossible de bouder un jeu comme celui-là, et c’est bien grâce à un fan service aux petits oignons que ces licences s’imposent face à des titres du moment. Et avec un 4 derrière son nom, cela indique clairement que les Pirate Warriors trouvent leur public à chaque sortie.

Finalement, il est difficile de penser qu’Omega Force n’aime pas l’univers qu’il illustre ici dans un jeu vidéo tant l’ensemble des aspects transpirent One Piece.
Si vous avez aimé le 3, ne passez pas votre chemin, car ce 4 offre une belle retranscription de la licence, et même si on se sent parfois perdu dans un écran surchargé d’effets de coups, que l’on ne comprend pas toujours avec lucidité ce qu’il se passe et que l’on a parfois tendance à marteler les touches de la manette comme un véritable bourrin, on y retourne toujours avec plaisir.

Complet, relativement beau (si on aime le style du mangaka), on pardonne les quelques faiblesses graphiques lorsque l’on voit le nombre de personnages animés à l’écran et la palette de coups offertes pour chaque combattant ou encore la fluidité de l’ensemble qui, sur un PC de bonne facture, ne souffre d’aucun ralentissement.

Allez, je retourne dégommer du larbin, car il me semble bien qu’il me manque encore un rang S sur une mission.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

One Piece Pirate Warriors 4 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Plateformes : PC - Wii U - Xbox One - PS4

Editeur : Bandai Namco Entertainment

Développeur : Omega Force

PEGI : 12+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

One Piece Pirate Warriors 4 (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Derniers Commentaires

- Pause croquis de Marion par clayman00

- L'Edito du Dimanche par clayman00

- A quoi jouez-vous ce weekend ? par clayman00

- A quoi jouez-vous ce weekend ? par jymmyelloco

- L'Edito du dimanche par Quantum

- Pause croquis de Marion par Papa Panda

- L'Edito du dimanche par clayman00

0