Peninsula, la critique du film

 

Publié le Mardi 20 octobre 2020 à 12:00:00 par Théo Valet

 

Peninsula, la critique du film

Les zombies sous ecsta sont de retour

imagePeninsula est la suite du populaire Dernier Train pour Busan. Dans ce film vous suivez Jung-Seok, un nouveau héros qui va devoir retourner sur la péninsule, à Séoul, 4 ans après s'en être échappés. Il a pour mission d'aller chercher un paquet d'argent se trouvant dans un camion dans la ville. Cet argent appartient à un genre de gang qui soudoie les gardes-côtes afin de passer à travers la quarantaine qui couvre la péninsule et récupérer toutes sortes de richesses.
Notre héros est accompagné d'une équipe comprenant son beau-frère ainsi que deux autres personnes. En arrivant là-bas, il va découvrir que des personnes livrées à elle-mêmes vivent encore dans les décombres de la ville.

Le film est donc toujours typé Epouvante-Horreur et toujours réalisé par Yeon Sang-ho. Le rôle de Jung-Seok est joué par Gang Dong-won qu'on connaît surtout pour avoir joué dans des films coréens. Je ne pense pas que présenter le reste du casting vous servira beaucoup sachant que le film est joué seulement par des acteurs coréens. Passons donc sans plus tarder à la critique du film en lui-même.

Peninsula est très différent de Dernier Train pour Busan, négativement parlant. Les zombies sont toujours au top, voir même mieux que dans le premier. On peut déjà remercier le budget du film qui a été doublé par rapport a celui de son grande frère. Ils sont donc mieux maquillés, plus réaliste et vous feront dresser les cheveux sur la tête tant par leurs mouvements vifs que imprévisibles. Certains d'entre eux font des cascades vraiment bluffantes par moments. Cependant ils ne nous ferons pas plus peur que ça vu que le film a pris un tournant bien plus action, qu'horreur. Au début du film on sent bien la tension qu'on avait dans le premier film avec des endroits sombres et un silence pesant. Tout est très vite balayé par des scènes bien bourrines où les zombies se font éclater par dizaines. Les humains n'ont plus vraiment peur d'eux dans la péninsule après quatre ans à les côtoyer. Les seuls moments de tension seront quand ils arriveront en grosses hordes à la World War Z. Référence qui sera utilisée quelquefois dans le film d'ailleurs


imageMême le côté nocturne que Yeon Sang-ho a voulu mettre en avant en expliquant que les zombies ne voyaient rien quand la nuit tombe mais entendent très bien ne tient pas en haleine tout le film. Nous ne sommes pas habitués à ça au début, c'est une nouvelle facette des zombies qui nous est dévoilée. Seulement, après quelques jeux de lumière et autres pétards, on sait comment ça marche et ça ne nous impressionne plus tellement.

Je crois que c'est LE résumé du film, il essaie beaucoup de choses mais ne va jamais jusqu'au bout de ces idées. On est vraiment surpris pendant les trente premières minutes du film, puis on se dit "ouais, ok".

Ce n'est pas les personnages un peu vides ni le scénario vraiment simple et prévisible qui vont aider à nous surprendre. Les personnages sont sympas mais on ne sait pas grand-chose sur eux ou alors c'est vraiment basique. Même notre cher Jung-Seok ne sera pas plus approfondi. On sait qu'il doit affronter ses démons intérieurs mais c'est tout. Cependant il offrira quand même de sacrées scènes d'action où il dégommera des zombies avec grande classe que ce soit au fusil d'assaut ou avec ces arts martiaux. Les scènes de combat au corps-à-corps sont par contre un peu brouillonnes par moments, ça va vite et la caméra ne permet pas de voir correctement les affrontements.

imagePour revenir sur le scénario, ne vous attendez pas à très original. Comme je l'ai écrit en haut du paragraphe précédent, c'est simple et si prévisible. Le film n'aborde aucun sujet auquel on peut s'attendre. Des pistes sont posées ici et là mais rien n'est développé. On nous parle de la Corée du Nord qui est à priori préservée de l'épidémie en début de film mais ensuite aucune mention de ça nulle-part. Pareil pour le gros groupe de survivants, on sait qu'ils ont survécu et qu'ils sont tarés parce qu'on les voit mais on ne sait rien de ce qu'ils ont vécu. Ce qui fait qu'on s'en fout totalement d'eux, même le gros méchant qui est au final juste un grand taré. Mais lui, au moins, va proposer des scènes très drôles. Je dis bien joué à l'acteur qui est à fond dans son rôle.

Au niveau du côté prévisible du scénario, c'est hallucinant, on devine tout ! On sait à chaque fois quel personnage va mourir, qu'est-ce qui va se passer 15 minutes avant que ça se passe. C'est un des autres gros échecs du film. Dernier Train pour Busan était vraiment surprenant pour le coup par plein de choix scénaristique mais là c'est le vide abyssal.

Il faut aussi que je vous parle des scènes de courses-poursuites en voitures qui sont nombreuses dans le film. De loin, tout va bien, c'est classique mais ça fait le job. Mais alors quand on s'approche, on se croirait dans Need For Speed. Les voitures font des mouvements totalement improbables et on le voit énormément. Les cascades ont clairement été faites en modélisation 3D pour arriver à un pareil résultat. Ou alors je veux connaître leur moniteur de pilotage pour apprendre à faire des virages où la voiture glisse totalement en travers de la route avant de se remettre en avant. Si vous allez voir le film vous comprendrez de quoi je parle.

imageEt malgré tout ça le film a réussi à me captiver. Je ne me suis pas ennuyé pendant les deux heures de film. Je suis juste déçu car je m'attendais à bien des choses et je n'ai pas été satisfait de ce côté là. Lorsque, au début du film, on nous dit qu'on est quatre ans plus tard je me suis dit qu'on allait en savoir bien plus sur l'origine du virus et ce qui s'est passé pendant les quatre ans mais rien du tout ! Ça sonne comme un prétexte justifiant le fait qu'on voit seulement des nouveaux personnages et aucune référence au premier film. Je pense que la communication à propos du film n'a pas été bien gérée car on est loin d'une suite, on est seulement face à un film se passant dans le même univers que Dernier Train pour Busan. On n'y retrouve donc ni l'ambiance ni la direction du premier. Moi je m'attendais à une vraie suite, d'où ma déception. Surtout quand on voit que les premières minutes du film partent dans la direction du premier film avant d'être chassées d'un revers de main.

Au final le film fait le job de nous divertir en nous en mettant plein les yeux avec des effets spéciaux très réussis (sauf pour les voitures) et des idées très sympas sans pour autant s'approcher de la réussite qu'a été Dernier Train pour Busan. Attendez-vous à de l'action/horreur plutôt que de l'épouvante/horreur. Et encore, ne vous attendez pas à avoir peur.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Peninsula, la critique du film

Plateformes :

Editeur : RedPeter Film

Développeur : Yeon Sang-Ho

PEGI : 12+

Prix : Cinéma

Peninsula, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0