Space Commander : War and Trade (Nintendo Switch)

 

Publié le Mardi 25 mai 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Space Commander : War and Trade (Nintendo Switch)

L'âme solo

imageParcourir l’immensité galactique à bord de son vaisseau spatial, dans le but de combattre les pirates et autres belligérants, mais aussi commercer avec tous les peuples extraterrestres, voire faire le lien entre les colonies humaines intergalactiques n’est pas chose inédite dans le jeu vidéo.

David Braben et son Elite nous proposait déjà ça il y a 36 ans et d’autres ont depuis pris le relai, dont son descendant Elite Dangerous.

Mais il faut bien avouer que ce genre de jeu est assez rare sur console, et plus particulièrement sur Nintendo Switch.

Space Commander : War and Trade est un jeu édité par 7Levels dans lequel vous allez incarner le commandant d’une flotte spatiale. Le jeu débute sans préambule. Vous êtes à bord d’un vaisseau de base et devez combattre des ennemis, avant de choisir de nouvelles missions. Et c’est à peu près tout, ou presque, d’ailleurs.

Au fil des missions, vous allez choisir une orientation. Commercer, combattre… vous pouvez décider de votre activité principale, tout en sachant que vous pouvez soit rester dans le droit chemin, soit devenir à votre tour un pirate de l’espace, sans foi ni loi. Dans tous les cas, la baston sera au rendez-vous à un moment ou un autre : les déplacements entre les galaxies sont longs, parfois très longs, et plus le temps passe, plus les risques (aléatoires) de faire une rencontre avec des belligérants augmente. Dites-vous donc que, même si vous êtes plutôt commerçant pacifiste dans l’âme, il faudra quand même parfois jouer du canon laser.


imageLe but du jeu est basique : gagner de l’argent. Beaucoup d’argent. Et ainsi améliorer non seulement votre vaisseau mais construire carrément toute une flotte de véhicules. Vous pourrez ainsi choisir à chaque mission lesquels vous accompagne, et leur assigner un rôle précis. Mieux encore : durant les réjouissances, vous pourrez passer d’un vaisseau à l’autre très facilement et ainsi faire pencher la balance avec vos compétences de combattant spatial.

De vaisseau en flottille, de mission en mission, vous devrez donc gérer votre pécule, sachant que vous devrez aussi payer carburant et munitions. Et plus les voyages sont longs, plus ça va vous coûter… d’autant plus que je vous le rappelle, les longs voyages favorisent les attaques… Vous pourrez choisir de les faire plus rapidement, mais ce sera au prix de fuel supplémentaire.

imageAssez basique au final, Space Commander : War and Trade manque quand même de profondeur, d’un scénario complet, de personnages forts et, au global, d’originalité, pour tout à fait convaincre. On va vite tourner en rond et un sentiment de lassitude s’installe petit à petit. C’est effectivement assez répétitif.

Et pourtant, le jeu n’est pas désagréable, loin de là. Assez simple à prendre en mains, notamment grâce à une interface réussie, il est aussi vraiment joli pour un jeu sur Nintendo Switch. Certes, ça manque un brin de détails, mais globalement, c’est beau. Les planètes visitées sont jolies (forcément, on regrette de ne pas pouvoir les explorer au sol totalement) et variées, bref, Space Commander : War and Trade reste un jeu plaisant, qui ne manquera pas de vous offrir quelques heures agréables. Et surtout, il est vendu à moins de 10 €, ce qui rajoute à son intérêt, forcément.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Space Commander : War and Trade (Nintendo Switch)

Plateformes : Switch

Editeur : 7Levels

Développeur : Home Net Games

PEGI : 12+

Prix : 9,99 €

Aller sur le site officiel

Space Commander : War and Trade (Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Derniers Commentaires

- Lara Croft dans Final Fantasy ? Quoi ? par clayman00

- Potion Craft est entre vos mains par jymmyelloco

- L'Edito du Dimanche par clayman00

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Citan

- L'Edito du Dimanche par jymmyelloco

0