B.ARK (PC, PS4, Xbox One, Switch)

 

Publié le Mercredi 4 août 2021 à 12:00:00 par Julia Bourdin

 

B.ARK, avis

Attention il mord !

Développé par Tic Toc Games, B.ARK pour Bio-interstellar Ark est un Shoot’em up spatial aux relents de bullet hell (selon moi du moins). Ce n’est pas trop le genre de jeu auquel je joue souvent, mais en voyant les images, j’ai craqué. On va incarner des animaux trop mignons ! Ni une, ni deux, j’ai téléchargé le jeu, mais finalement qu’est-ce que ça donne ?




Barker est le chien et l’ami de Milla, une ingénieure de génie spécialisée dans les armures de combat, notamment pour les animaux (si si, je vous le jure). Un jour, alors qu’ils étaient tous les deux en voyage spatial, la Dark Tide (grosso modo Marée imageNoire), un groupe de méchas terroristes, attaque le vaisseau. Ni une ni deux, Milla met Barker, en compagnie de trois autres compagnons, dans une capsule de sauvetage. Elle a juste le temps de la lancer avant d’être capturée sous les yeux de Barker. Nous allons donc incarner Barker et ses amis, connus sous le nom du groupe B.ARK, essayant de sauver Milla et le système solaire.

Le premier niveau est un tutoriel bien ficelé où on nous apprend les déplacements de base, le tir, le tir chargé, l’esquive et l’existence d’une ultime attaque qui se recharge avec le temps. Il y a donc, si on compte le joystick de déplacement, trois boutons, et la prise en main est à la fois facile et intuitive.

On peut donc se lancer dans les différentes missions. Elles auront chacune pour décor une planète ou ex-planète (hein, Pluton) du système solaire et auront un objectif visant à diminuer l’influence du groupe terroriste, mais aussi arrêter un de ses lieutenants.

Les niveaux sont très bien conçus. Ils ont chacun leurs spécificités en termes de décor, mais aussi de pièges et de mécaniques. Des éléments destructibles réapparaissant, des éclairs paralysants, des obstacles mouvants… Bref. De quoi ne pas avoir le temps de s’ennuyer. Chacun introduit de nouveaux types d’ennemis par rapport au niveau précédent et nous permet de mémoriser les patterns au fur et à mesure. Et enfin, chacun est construit sur le même modèle : trois boss dont celui final, entrecoupé de passages en side-scrolling contre des vagues d’ennemis, chaque boss étant un checkpoint en cas de décès. image

J’ai trouvé cette structure claire et précise très agréable, car, non seulement elle permet de savoir où on en est, elle permet aussi d’avoir un objectif à atteindre et son lot de défis : économiser un maximum de points de vie durant la phase des vagues d’ennemis pour survivre au boss et obtenir le checkpoint.

Ensuite, on retrouve tous les power-ups classiques de ce genre de titre ; regain de point de vie, d’ultimes attaques ou encore de puissance de tir. Classiques, mais bien maîtrisés. En plus, la conception des niveaux place idéalement les power-ups dans des éléments destructibles du décor, on est bien contents de trouver la recharge de vie quand elle arrive enfin !

La petite particularité du titre, c’est le choix du pilote. Il y en a quatre, avec chacun un pouvoir unique. Barker le chien peut débloquer des canons supplémentaires, les balles de Marv le lapin sont à tête chercheuse, celles de Lucio l’ours peuvent exploser à l’impact, créant de dégâts de zone, tandis que Felicity la chatte peut effectuer des tirs dispersés. A l’aide d’un power-up, vous pouvez même augmenter la puissance de ce pouvoir jusqu’à trois niveaux. Par exemple, Barker peut débloquer trois canons supplémentaires. J’ai mis cependant un peu de temps à comprendre ceci et cela mériterait d’être un peu mieux mis en avant dans le tutoriel.

Ce que j’aime bien aussi, c’est que chaque pilote a une personnalité propre et une raison d’aller protéger le système solaire. Ils sont attachants et j’aurais aimé en découvrir plus sur eux. Le seul bémol sur ce point, c’est que certains dialogues ont lieu durant les niveaux et sont donc difficiles à lire tout en esquivant les tirs adverses.

Mais le truc qui m’a le plus pris au dépourvu dans B.ARK, c’est que, bordel, c’est dur ! Je ne m’attendais pas à ce qu’un jeu aussi imagemignon et coloré puisse me faire autant rager. En solo, on retourne au checkpoint à chaque mort et n’oublions pas que les checkpoints sont après les boss. Il y a des pans de niveaux que j’ai faits de nombreuses fois, jusqu’à apprendre par cœur le pattern du boss et chaque obstacle pour réussir à passer à la phase suivante ! Et ça, dès le premier niveau, la courbe de difficulté -si elle existe- elle n’a aucune pitié pour vous ! Je n’ose même pas imaginer ce que le jeu donne au niveau de difficulté « insane », ayant joué en normal…

Franchement, je comprends tout à fait ce genre de défi et de difficulté dans un shoot’em up, mais il serait quand même avisé de prévenir un peu plus les potentiels joueurs et acheteurs… En effet, les graphismes mignons et le PEGI 7 peuvent attirer une maman voulant faire plaisir à son enfant et j’ai un peu de mal à imaginer mes petits-cousins jouer à ça en solo.

J’ai finalement appelé mon frère en renfort pour tester le mode multijoueur. Et le jeu devient tout de suite beaucoup plus simple. En effet, en multijoueur, il est possible de ramener à la vie un joueur, et ce, de façon illimitée au simple prix d’un temps de imagerésurrection de plus en plus long. Le retour au checkpoint n’a lieu qu’à la mort de l’équipe au grand complet. D’ailleurs, il est même possible de se passer d’une grande partie du temps de résurrection si un joueur rattrape le pilote du joueur hors combat avant que celui-ci ne quitte l’écran, ce qui amène quelques prises de risque bienvenues. En plus, il y a même un classement entre joueurs pour les pièces, le nombre de sauvetages et d'ennemis tués ! 

Enfin, on sent que le jeu a été en réalité bien plus étudié pour du multi que du solo, car si des joueurs lancent leur ultime au même moment assez proche l’un de l’autre, elle se transforme alors en une ultime combinée très puissante ! C’est vraiment une super idée ça, je trouve.

Au final, B.ARK est un jeu que j’ai trouvé très fun à plusieurs. C’est un shoot’em up qui maîtrise bien tous les codes du genre auquel il appartient et qui y ajoute même sa patte avec les différents pilotes et leurs pouvoirs. La campagne a beau être très courte (je l’ai fini en multi en environ 2 heures), elle est sympa pour une après-midi entre amis.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

B.ARK (PC, PS4, Xbox One, Switch)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4 - Switch

Editeur : Tic Toc Games

Développeur : Tic Toc Games

PEGI : 7+

Prix : A déterminer

Aller sur le site officiel

B.ARK (PC, PS4, Xbox One, Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0