Jungle Cruise, la critique du film

 

Publié le Mercredi 28 juillet 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Jungle Cruise, la critique du film

It's a small world after all

imageSur le papier, tirer un film d’une simple attraction de parc peut paraître saugrenu. Dans la réalité, vu le succès de Pirates des Caraïbes, on se dit que quand c’est bien fait, ça peut vraiment rapporter gros.
Disney veut donc réitérer l’opération et s’est tourné vers l’attraction Jungle Cruise.
Entre nous, ça aurait pu être pire : on a échappé à « It’s a small world » avec la chanson qui tourne en boucle…

Jungle Cruise, c’est l’histoire de Lily Houghton, jeune fille de la petite noblesse anglaise, qui rêve de célébrité dans un monde d’hommes. Nous sommes en pleine Seconde Guerre Mondiale (c’est juste pour situer, car l’affrontement n’a aucune incidence sur le déroulé du film). Lily, férue de sciences, est à la recherche de l’arbre originel dont les pétales peuvent soigner tous les maux. Elle espère ainsi révolutionner la médecine et sauver des millions de vies. Malheureusement, au même moment, un Prince allemand impitoyable est aussi sur ses traces.

Les recherches de Lily vont l’emmener, elle et son frère MacGregor, au beau milieu de la jungle amazonienne. Et MacGregor est tout l’inverse de Lily : précieux, peureux et réservé. Tous deux vont tomber sur Frank, un capitaine aux commandes d’un bateau en ruines, mais un homme plein de ressources et de courage. Il va les emmener au fin fond de la jungle à la recherche de l’arbre… Non sans affronter de très nombreux dangers parmi lesquels le Prince allemand et son terrible sous-marin, mais aussi des forces surnaturelles venues d’une autre époque…


imageSigné Jaume Collet-Serra, habitué à Liam Neeson puisqu’il l’a fait tourner dans Sans Identité (2011), Non-stop (2014), Night Run (2015) et The Passenger (2018), le film met à l’affiche Dwayne Johnson, qu’on ne présente plus, mais aussi Emily Blunt (Sans un bruit, Le Retour de Mary Poppins), Edgar Ramirez (César du meilleur espoir masculin en 2011 pour le film Carlos) et l’humoriste anglais Jack Whitehall. Paul Giamatti tient aussi un petit rôle dans le film.

Film familial par excellence, Jungle Cruise emprunte à beaucoup d’autres films pour asseoir son histoire et ses ressorts comiques, mais aussi son action. On retrouve de la Momie (1999) avec le héros, l’héroïne et le frère benêt de l’héroïne qui apporte la touche humoristique du trio. On retrouve des créatures sorties tout droit de Pirates des Caraïbes (façon Davy Jones, mi-homme, mi-monstre animal), le tout dans un décor que n’auraient pas renié A la poursuite du Diamant Vert ou plus récemment, les derniers films Jumanji.

De l’action, bien entendu, avec quelques scènes très abusées (la poursuite avec le sous-marin notamment) mais qui fonctionnent parfaitement. Quelques longueurs aussi, sans qu’elles soient insupportables.

imageLe film est surtout porté par son trio d’acteurs principaux, Dwayne Johnson, qui cabotine toujours autant, Emily Blunt, un peu caricaturale toutefois dans son personnage et Jack Whitehall, parfait en ressort comique. L’alchimie entre les trois est au rendez-vous et, grâce à lui, le scénario arrive à tout nous faire avaler.

Résultat, Jungle Cruise ne révolutionne rien. Il recycle énormément, ce qui donne un petit goût de déjà-vu en sortant de la salle. Mais malgré ça, il fonctionne. On passe un bon moment. C’est un bon petit divertissement familial, parfois spectaculaire, toujours de bon goût, qui ne restera certes pas dans les annales du cinéma, mais vraiment plaisant. A voir sur grand écran, bien entendu, pour en prendre plein la vue.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Jungle Cruise, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Disney

Développeur : Jaume Collet-Serra

PEGI : 3+

Prix : Cinéma

Jungle Cruise, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0