Hell Architect (PC)

 

Publié le Mardi 24 août 2021 à 12:00:00 par Julia Bourdin

 

Hell Architect (PC)

Employée de Satan à temps partiel

Vous le savez sûrement depuis tout ce temps, on m’attribue souvent un comportement un peu canin, un peu misanthrope parfois… Alors, quand Cedric m’a donné un code en me disant que ce jeu allait me faire marrer, je savais que c’était lui : Hell Architect, développé Woodland et édité par Leonardo Interactive, un jeu de survie-gestion de l’Enfer. Alors torturer mon prochain pour la gloire de Lucifer, qu’est-ce que j’en ai pensé ?




Dans Hell Architect, vous allez incarner un jeune démon récemment embauché pour gérer une portion de l’Enfer, la développer et s’occuper des pécheurs qui y travaillent… C’est-à-dire leur faire subir les pires souffrances possibles (mais avec modération, sinon ils perdent la raison et ne travaillent plus) …

Ce qui me plaisait au premier abord dans ce jeu, c’était évidemment son côté humoristique. Après tout, faire brûler des petits pèlerins tous nus dans des chaudrons, c’est rigolo, non ? Enfin, cet aspect apparait principalement dans les différentes imagecinématiques du jeu qui sont de très bonne qualité. On les retrouve majoritairement avant les différentes campagnes et elles cultivent un côté absurde très appréciable, notamment quand il s’agit de censurer les parties génitales de nos petits pécheurs… On apprécierait même que cela soit un petit dessin animé à part entière.

Il est aussi rigolo de retrouver des pécheurs bien connus parmi nos invités comme Eve, par exemple, et de remarquer que les faiblesses des personnages sont bien en raccord avec leurs personnalités.

Côté gameplay, on est sur le pur classique du genre. En effet, on pourra sélectionner des endroits à creuser ce qui donne des ressources, comme de la pierre ou de la terre, et placer des bâtiments à construire qui requièrent diverses ressources. Ensuite, nos petits pécheurs se déplaceront et iront construire ou creuser, ce qui leur prend un certain temps. Cependant, ils ont des besoins qu’il va falloir gérer (comme la faim, la soif ou le sommeil) en construisant divers bâtiments et en lançant la production de consommables tels que de l’eau ou de la nourriture. Au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu, la qualité de ces imageconsommables et donc leur efficacité seront améliorables.

Et ça tombe bien, car il va leur en falloir de l’énergie aux pécheurs. En effet, la Souffrance et l’Essence, qui sont les deux ressources servant à faire de la recherche, ne sont récupérables qu’en les torturant…

D’ailleurs, j’aurais aimé un tutoriel en général plus complet, car pour l’Essence, notamment, je ne savais pas comment la récupérer… En effet, là où la Souffrance nécessite simplement la création de bâtiments spéciaux pour être produite, l’Essence nécessite l’utilisation d’un menu spécial dans l’interface de nos pécheurs… Il m’a fallu essayer un tas de choses pour comprendre comment ouvrir ce menu.

Heureusement, les interfaces en jeu sont en général vraiment bien faites et donnent des explications complémentaires bienvenues (c’est grâce à elles que j’ai appris l’existence du menu spécial pour l’Essence notamment). Là où elles pèchent en revanche, c’est au niveau des décorations. En effet, celles-ci ont un rayon d’efficacité, lequel n’est pas spécifié dans le menu Construction.

Bref, si on oublie le fait qu’il faut constamment appuyer sur le bouton sélectionner pour pouvoir interagir avec votre imageenvironnement, ce qui est désagréable, le jeu est globalement réussi et bon. Cependant, je le trouve très classique, très convenu. Je pense qu’il aurait mérité un peu plus d’originalité au niveau des mécaniques. On aurait pu appuyer plus sur le thème de l’Enfer dans la boucle de gameplay, peut-être des bonus spéciaux suivant le Cercle de l’Enfer dans lequel on construit, par exemple…

Enfin, le jeu est tout de même loin d’être mauvais et propose plusieurs modes de jeu afin de varier les plaisirs : plusieurs campagnes avec leurs défis, mais aussi un mode sandbox qui vous propose de développer votre parcelle d’enfer jusqu’au Jugement Dernier, c’est-à-dire pour un bon bout de temps. Le jeu a même l’intelligence de proposer plusieurs modes de difficultés qui influent sur la quantité de ressources obtenue en minant, la fréquence des besoins de nos pécheurs et leur nombre, il me semble.


                                                                        image


En conclusion, même s’il n’a rien de transcendant, si vous êtes fan du genre, vous passerez un bon moment sans le moindre doute. En ce qui me concerne, j’ai bien aimé, même si j’en espérais un peu plus…

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Hell Architect (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Leonardo Interactive

Développeur : Woodland Games

PEGI : 12+

Prix : 22,99 €

Hell Architect (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0