Mini Motorways (PC, Mobile)

 

Publié le Lundi 13 septembre 2021 à 13:00:00 par Luc Vidal

 

Mini Motorways (PC, Mobile)

Quand être maire devient presque relaxant

imageAujourd’hui nous allons parler d’un jeu de puzzle/gestion dont le concept est basé sur la logistique de réseaux routiers de grandes villes. Non, ne partez pas. Vraiment, restez. Ça peut être fun. En fait, ça l’est vraiment.

Mini Motorways est un jeu de puzzles infinis. C’est-à-dire que les niveaux n’ont pas de fin, ils ne s’arrêtent que lorsque vous perdez. Votre but est donc d’avoir le plus haut score possible, que vous pourrez ensuite comparer avec le reste du monde dans un classement. Il existe cependant plusieurs niveaux qui sont en fait des cartes différentes basées sur des grandes villes existantes (Tokyo, Dubaï, etc…).

Tous les niveaux se déroulent de la même manière : des bâtiments apparaissent aléatoirement sur la carte, vous devez les relier de manière à ce que les voitures puissent atteindre leur destination et revenir chez elles et la zone de jeu s’agrandit progressivement, avec toujours de plus en plus de bâtiments qui apparaissent et donc de plus en plus de trafic qui s’encombre etc... Il existe deux types de bâtiments : les maisons, qui hébergent deux voitures, et les « lieux de travail » (ils n’ont pas de nom dans le jeu) où les voitures doivent aller pour récupérer des épingles qui permettent d’augmenter notre score et de ne pas perdre. Le problème c’est que chaque bâtiment possède une couleur et que seuls les bâtiments de la même couleur peuvent interagir entre eux (les voitures bleues proviennent de maisons bleues et ne peuvent aller que dans des lieux de travail bleus).


image En clair, les lieux de travail créent des épingles (qui en gros ressemblent aux pins rouges de Google Maps) à intervalles réguliers. A chaque fois qu’une épingle apparaît, une voiture de la même couleur sort de sa maison et se dirige vers le lieu de travail. Lorsqu’elle y arrive, l’épingle disparaît, on marque un point et la voiture retourne chez elle. Elle ne pourra repartir chercher une épingle que lorsqu’elle sera retournée dans sa maison. Si un lieu de travail accumule trop d’épingles, un compte à rebours se lance (et les épingles continuent de s’empiler). Si le nombre d’épingles ne descend pas en-dessous du seuil à la fin du temps, la partie se termine. Tous l’objectif du jeu est là : assurer une circulation fluide afin d’éviter d’accumuler les épingles de chaque lieu de travail.

image Alors, au début, tout va bien. On a une maison, un lieu de travail, on les relie et on est content. Après on commence à avoir deux couleurs, mais là encore, ça va. Et puis on arrive à 4 ou 5 couleurs avec deux ou trois lieux de travail chacune. Les routes se croisent de partout, les gens sont dans des embouteillages dès qu’ils sortent de chez eux et puis on perd. Parce qu’en plus de gérer le trafic, il faut gérer ses ressources. Et oui, on a un nombre de cases de route limité. La partie se divise en jours et en semaines, et une fois par semaine, on choisit entre deux ravitaillements aléatoires. Ces deux choix comportent des cases de route mais proposent une ressource spéciale différente.

Ces dernières nous donnent différentes manières de faciliter la construction de notre réseau routier :
  • Les ponts nous permettent de construire des routes sur l’eau.
  • Les tunnels fonctionnent comme les ponts, mais pour les montagnes.
  • Les autoroutes relient deux cases de route par un chemin qui survole tout (bâtiments, autres routes, eau…) sauf les montagnes et permettent donc d’assurer un chemin rapide entre deux points.
  • Les feux laissent passer ou bloquent les voitures dans un croisement pour fluidifier la circulation en changeant à intervalles réguliers (comme des feux dans la réalité).
  • Les ronds-points permettent, comme les feux, de fluidifier la circulation dans un croisement, mais sont plus efficaces, au détriment de prendre beaucoup plus de place (ils ne peuvent pas être placés dans des endroits où il y a beaucoup de bâtiments).
Mini Motorways propose donc des puzzles basés à la fois sur la réaction et l’anticipation. Puisque les bâtiments apparaissent aléatoirement, il faut s’adapter en permanence, changer ses trajets tout en gardant en mémoire notre de stock de cases restantes. Mais au fil que la partie avance et notre ville se développe, on peut essayer de prévoir où seront les plus gros croisements, placer nos ronds-points de manière stratégique, repérer dans quelle zone se concentrent les maisons de telle couleur, etc…

Cela donne une vraie rejouabilité aux différents niveaux (qui sont au nombre de 11) car, à cause de l’aléatoire du jeu, les problématiques ne sont pas toujours les mêmes sur la même carte. Mais, en plus de ça, ce qui donne vraiment envie d’y retourner, c’est son niveau de finition.

Tout d’abord, le jeu possède un style graphique simple et épuré qui peut paraître simpliste au début, mais qui est en fait totalement justifié à la vue des centaines d’éléments que l’on a dans le jeu au bout de quelques minutes dans une partie. Les feedbacks de Mini Motorways sont aussi un de ses plus grands points forts. Tout est très juste, les sons, les effets sur les imageéléments qui méritent notre attention… Tout est fait pour que l’expérience de jeu soit la plus lisible possible. Le joueur n’a aucune source de stress en dehors de la difficulté seule du jeu. On a, en plus de cela, plein de petites attentions faites au joueur, qui sont malheureusement encore trop rares dans les jeux aujourd’hui. Le tutoriel prend bien son temps pour expliquer le jeu, pour être sûr qu’on a bien tout compris. Dès ce dernier, le jeu nous propose un mode daltonien et nous donne un choix entre deux contrôles pour gérer les routes, selon notre préférence. On a également un mode nuit et des défis quotidiens et hebdomadaires, qui sont des niveaux similaires aux normaux avec des règles supplémentaires (comme « pas de pont » etc…). Tout cela fait que le jeu est agréable à découvrir, à jouer, et à rejouer.

Mini Motorways est donc un jeu plus compliqué mais bien plus fun que ce qu’il n’en a l’air. Les parties infinies assurent que la difficulté soit au rendez-vous avec parfois des prises de têtes (en même temps sur un jeu de puzzle c’est un peu le but) mais sans frustration. Si vous cherchez un jeu calme et simple, sans être ni ennuyeux ni trop facile. Mini Motorways est à au moins considérer.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Mini Motorways (PC, Mobile)

Plateformes : PC - Mobile

Editeur : Dinosaur Polo Club

Développeur : Dinosaur Polo Club

PEGI : 3+

Prix : 8.19 € (sur PC)

Aller sur le site officiel

Mini Motorways (PC, Mobile)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0